Mérôme Jardin
Abonné·e de Mediapart

193 Billets

2 Éditions

Billet de blog 9 oct. 2018

9 octobre 1998: LGBTI, qu'avons-nous appris de la trahison socialiste?

Il y a vingt ans, les députéEs socialistes au pouvoir désertaient l'Assemblée, permettant à l'opposition menée par Boutin de saborder le PaCS. Quelle leçon les mouvements LGBT en ont-ils tiré alors que Macron réaffirme son homophobie et que Libération, après le Figaro, après le Monde, offre une publicité à la Manif pour tous et invisibilise encore une fois les lesbiennes ?

Mérôme Jardin
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C'est ce jour que je suis rentré à Act Up-Paris. Privé de l'enterrement de mon ex mort du sida, j'attendais du PaCS cette reconnaissance dont la République m'avait privé, moi et tant d'autres, au prix de notre dignité, de nos droits, de notre santé, de nos vies.

Ainsi donc, malgré l'hécatombe du sida décimant les gays, et qui aurait dû, à défaut d'une vision politique combattant les hiérarchies homophobes, donner au moins aux parlementaires socialistes les affects nécessaires pour aller voter, ils nous abandonnaient à Christine Boutin.

Manif de Boutin perturbée par Act Up-Paris, janvier 1999

Cette homophobie socialiste, elle était déjà perceptible dans les atermoiement d'Elisabeth Guigoux, ministre de la justice qui entendait épargner « l'ordre symbolique de la société », en écho aux homophobes de droite qui eux parlaient d'ordre naturel ou divin. Dans les hésitations de Lionel Jospin. Dans le dégoût affiché du ministre de l'intérieur, de la « gauche » plurielle, l'homophobe Chevénement (qui recommençait à expulser des malades du sida dans des pays où ils ne pourraient se soigner, Macron n'a pas imité que son homophobie).

Act Up-Paris n'a pas gentiment demandé le PaCS. Elle n'a pas gentiment demandé le mariage. Nous avons déployé une immense banderole « Homophobes » à la manif de Boutin. Nous avons interpellé la hiérarchie catholique par des actions, par exemple en célébrant un mariage lesbien à Notre-Dame. Nous avons occupé Solférino pour interpeller des « socialistes » sur leur homophobie et leur programme politique refusant l'ouverture du mariage, maintenant donc les inégalités en fonction des orientations sexuelles. Nous avons zappé de nombreux médias pour protester contre leur homophobie sans attendre qu'on nous donne la parole. Nous avons porté plainte contre Vanneste, développé une expertise sur l'effet de l'homophobie sur la santé.

Le militantisme évolue, les actions changent, mais j'ai l'impression que nos luttes sont effacées et qu'on ne tire pas compte des erreurs passées. On laisse croire que des gentils politiques ont voté le Pacs, puis le mariage, et que leur travail a été compliqué par des méchants homophobes, un peu agités, désuets, mais inoffensifs. Mais l'homophobie structure la société, attendre de représentantEs politiques ou des médias qu'ils s'en défasse et qu'ils nous en débarrasse sans intervenir vigoureusement dans l'espace public est vain. Quel sens ont des rassemblements dont le message est "l'amour vaincra" alors qu'il n'est pas question d'amour mais de droit, de société et de politique, d'une homophobie qui structure la politique, l'Etat, les médias ? Si je veux vois l'amour gagner, je lance une pétition pour qu'il y ait enfin un couple homo dans les Feux de l'amour. Si je veux lutter contre l'homophobie d'où découle le refus de la PMA, celui de la Manif pour tous, de Charlie Hebdo ou de Macron, je ne dis pas gentiment "l'amour vaincra" !

La semaine dernière, SOS Homophobie remettait un prix à Christiane Taubira. L'ex Garde des Sceaux a subi sexisme et racisme en défendant notamment le mariage pour tous et mérite de la gratitude. Mais elle vient d'une force politique qui a maintenu les hiérarchies lesbophobes et transphobes en ayant refusé la PMA et le changement d'état civil pour les trans. Elle vient d'un groupe sur lequel il aura fallu travailler 10 ans pour qu'il accepte que, oui, les homos puissent se marier. Pourquoi récompenser des politiques qui arrivent une fois le combat achevé, et ne jamais rappeler le combat au long cours des militantEs anonymes qui se sont tapé tout le travail préalable, dans la haine et l'ingratitude générale, y compris parfois celle de leur propre communauté ? Comment tirer les leçons de nos luttes passées si nos propres représentants associatifs les effacent et entretiennent l'idée que le progrès tombe du ciel grâce à des responsables politiques ? A quoi sert de célébrer un film comme 120 Battements par Minute si c'est pour masquer la nécessité de l'activisme, dans toutes ses formes et de s'en tenir à une confiance dans nos dirigeants politiques qui ne nous a jamais rien apporté?

Ce que nous apprend l'anniversaire du 9 octobre, c'est que nous n'avons rien obtenu sans lutter. Pas en demandant gentiment à un Macron, maintenant ouvertement les hiérarchies homophobes et transphobes par pur calcul politicien, d'avoir du « courage » - comme s'il était question de courage ici. Pas en starifiant des personnalités politiques qui n'ont fait que finir un long travail de fond commencé par des anonymes.  Mais en luttant, en perturbant, en s'imposant par tous les moyens dans un espace public, médiatique, politique qui nous exclut.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Une pratique révélatrice des impasses de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot
Journal — France
Dans le Sud, le pas de deux des identitaires et du RN
À Nice, Menton et Aix-en-Provence, trois figures des identitaires se présentent aux élections législatives sous les couleurs d’Éric Zemmour. Le RN présente face à eux des transfuges de la droite et fustige leur radicalité, alors qu’ils étaient membres du parti quelques mois plus tôt.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
L’Âge de pierre, de terre ou de raison ?
Le monde du BTP doit se réinventer d’urgence. Les récents événements internationaux ont révélé une nouvelle fois son inadaptation face aux crises de l’énergie et des matières premières. Construire avec des matériaux locaux et peu énergivores devient une évidence de plus en plus difficile à ignorer pour ce secteur si peu enclin au changement.
par Les Grands Moyens
Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS
Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony
Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées