Mérôme Jardin
Abonné·e de Mediapart

193 Billets

2 Éditions

Billet de blog 26 sept. 2018

Planning familial : Naëm Bestandji à l'épreuve des faits

Catalyseur d'une campagne de diffamation contre le Planning familial, Naëm Bestandji a du mal avec les faits. Comment son discours grotesque peut-il être pris au sérieux ?

Mérôme Jardin
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

[Je mets en illustration de cet article quelques captures d'écran des posts du Planning familial des Bouches-du-Rhône, qui permettront à chacunE de juger du niveau d'entrisme des "islamistes" décrit par Naëm Bestandji.]

Une campagne de diffamation, relayée sans prudence par Marianne, touche le Planning familial et vise à faire croire qu'il serait infiltré par des militantEs « islamistes ». Au coeur de cette campagne grotesque, un bloggueur qui se dit féministe et laïque.

Selon N. Bestandji, ceci est une campagne des Frères Musulmans

Un modèle de rhétorique complotiste

Les textes de Naëm Bestandji, dont celui repris dans l'article de Marianne, sont des modèles de rhétorique complotiste. Il écrit par exemple le 22 septembre : « certains Plannings de province abandonnent progressivement leurs valeurs historiques pour se rapprocher des valeurs de l'intégrisme musulman. »

En dehors des Bouches-du-Rhône, on n'aura aucun exemple concret de Planning se rapprochant des « valeurs de l'intégrisme musulman ». L'affirmation « certains plannings » n'est donc pas étayée. Ces « valeurs » ne sont évidemment pas définies, permettant de faire passer le simple respect de la liberté de conscience prévue par le droit français comme de l'intégrisme. Tout peut donc devenir signe d'intégrisme. L'adverbe « progressivement » permet de laisser croire à un long processus, parfois invisible. C'est bien pratique quand on n'a aucun fait à apporter. Si je vous montre la campagne relayée par le Planning de Marseille sur la sous-représentation des minorités sexuelles comme preuve de l'absurdité d'un quelconque entrisme opposé aux droits des personnes, on pourra me répondre : "mais c'est progressif, attends, il y a des signes".

On est donc en pleine rhétorique du doute, qui permet de porter des accusations sans preuve au nom d'un long processus « progressif » tout en s'abstenant de décrire les étapes de ce processus. Et cela permet d'englober toute la structure associative (« certains »), tout en se ménageant une porte de sortie en cas d'objection patente.

Les agents dormants de Daesh en pleine propagande

C'est ce ce que ne manque pas de faire Naëm Bestandji dans son post du 25 septembre : « je n'ai jamais dit que l'ensemble du Planning Familial soutient l'excision », écrit-il, ce qui n'est pas faux. Il avait simplement écrit à propos de l'excision le 22 septembre : « J'aimerais savoir si le siège à Paris cautionne ces nouveaux idéaux. ». Il posait donc comme hypothèse plausible le fait que le siège national puisse soutenir l'excision. Le 25 septembre, il écrit : « Il est évident que le Planning a toujours combattu ces mutilations. » Le 22 septembre, le feministe aurait donc aimé savoir ce qui était évident le 25. Très cohérent.

En trois jours, donc, le militant se contredit sur les positions du Planning, et ses contradictions relèvent du fait, documenté, prouvable, non d'une rhétorique du doute à laquelle lui se tient.

Sur l'excision

En dehors de cette rhétorique, le militant produit un échange sur le compte Facebook autour de la notion de « liberté de choix » et de l'excision. Or, comme le reconnait lui-même l'intéressé, l'excision n'est pas une pratique religieuse. Qu'importe à Bestandji dont on peut résumer la pensée ainsi : " c'est quand même du patriarcat, je nuance un peu, donc c'est pas pareil que l'intérisme musulman, mais je le mets quand même." Toujours très cohérent, Bestandji regrettera le 25 septembre l'amalgame entre sa critique de visuels mettant en scène une femme portant le voile et la question de l'excision, amalgame qu'il a été le premier à faire. Et il reprochera au Planning de se défendre sur cette dernière question et non sur la première (ce qui est au demeurant faux) , alors même que l'accusation de complaisance envers de telles violences mérite largement la priorité.

J'ai déjà analysé cet échange et rappelé que la réponse du Planning des Bouches-du-Rhône était très claire : les excisions sont des violences faites contre les femmes, contre leur gré. En défendant le libre choix, le Planning s'oppose bien à l'excision. La réponse est donc bien plus large que la réponse attendue, mais ne l'exclut pas, bien au contraire. Comme je l'avais déjà indiqué, la généralisation de la réponse tient peut-être aussi au refus de rentrer dans le piège tendu par l'internaute ou par le fait que la position du Planning est si évidente qu'il n'y a pas besoin de la rappeler et que l'autrice de la réponse a préféré insister sur la notion plus générale de choix, notion excluant de façon évidente l'excision.

Bestandji, qui se rappelle opportunément le 25 septembre l'évidence de la condamnation de l'excision par le Planning n'a pas daigné songer le 22 septembre que cette évidence expliquait la réponse sur Facebook, bien mieux que l'hypothèse absurde d'une quelconque complaisance. Un détail, sans doute.

Il faut donc être d'une parfaite malhonnêteté pour voir dans cet échange la preuve d'un « intégrisme musulman ». Si on lui appliquait d'ailleurs sa malhonnêteté, on pourrait noter que dans son texte du 25 septembre, il relativise la gravité de l'excision  : « Focaliser sur la mise au point sur l'excision (...) permet au Planning d'esquiver le sujet de fond qu'est son rapprochement avec le religieux, sujet central de ma publication. » Le militant féministe écrit noir sur blanc que la question de l'excision n'est pas un sujet de fond. Imaginez ce que cela donnerait si le Naëm Bestandji du 22 septembre lisait la prose du Naëm Bestandji du 25 avec la même malhonnêteté. Mais les méthodes dégueulasses valables pour le Planning familial appliquées à Naëm Bestandji susciteraient un tollé mérité ; elles ont été applaudies pour le Planning. L'universalisme est un métier.

Sur le voile et la nudité

Autre « preuve » de Naëm Bestandji, quatre visuels d'une campagne anglo-saxonnes, montrant respectivement une femme en sous-vêtement, assez grosse, assise en tailleur, avec un message en anglais : « La nudité renforce le pouvoir (empowers) certaines femmes » ; une femme portant un voile et parlant au téléphone, avec comme message : « la modestie renforce le pouvoir de certaines femmes » ; un message unique indiquant : « différentes choses renforcent le pouvoir de différentes femmes » ; et un dernier message : « le féminisme est leur droit de choisir ».

Le 22 septembre, ce visuel inspire au militant féministe les analyses suivantes : « mettre sur le même plan la nudité et le voile est bien un raisonnement d'islamistes obsédés par leur libido. » Or rien dans la campagne relayée par le Planning ne fait référence au désir sexuel des hommes, puisqu'il n'y est question que du choix des femmes dans ce qui leur donne du pouvoir. L'introduction de la libido est donc particulièrement gênante. Est-ce la seule présence de nudité féminine qui déclenche ce réflexe chez le militant féministe ?
Cette gêne se confirme dans son post du 25 septembre. Naëm Bestandji y décrit ainsi le premier visuel : « Ce dessin met en scène une femme ronde, blanche, en sous-vêtement dans une attitude dévalorisante. » Or, la femme est assise en tailleur. Quel souci faut-il avoir avec la représentation d'une femme ronde en sous-vêtements et assise pour la juger « dévalorisante » ? On ne le saura pas.

La cellule dormante du Qatar vise nos écoles

Quoi qu'il en soit, en introduisant la libido (celle des islamistes, mais qui de toute évidence sert de relais à celle de l'auteur du billet) ou ce regard jugeant une femme assise et en sous-vêtement « dévalorisant », c'est bien le regard d'un homme jugeant des femmes que réintroduit Naëm Bestandji. La campagne vise précisément à valoriser des formes différentes d'assumer son corps et sa tenue face au regard des hommes. Naëm Bestandji fait de son regard d'homme assignant aux femmes tenues et positions. Ce n'est pas du féminisme, c'est la base du machisme.

Dès lors, la construction fantasmatique de ces visuels comme propagande d'un « intégrisme musulman », totalement démentie par les messages portés, n'est même plus le centre du problème. C'est bien l'authenticité du féminisme du militant qui est en cause, tant sa prose transpire le jugement sur les tenues et l'apparence qu'ont les femmes, et son désir de les normer à leur place.

Assumer ses responsabilités ?

Ces derniers jours, l'antenne visée par la campagne complotiste, celle du Bouche-du-Rhône lançait un visuel « Ma chatte, mon choix », célébrait la légalisation de l'IVG en Irlande, mettait en avant une campagne sur la sous-représentation des personnes LGBT dans l'espace public, etc. Autant de preuve du ridicule des accusations hors-sol de Naëm Bestandji : à moins bien sûr d'imaginer un scénario à la OSS 117, où les agents secrets, peut-être dormants, des Frères musulmans, prennent le contrôle du Planning familial (et d'Act Up-Paris, hein, n'oublions pas....) pour y faire la promotion de l'IVG, défendre les droits des homos, des trans et des intersexes, et crier « Ma chatte, mon choix ».

Le caractère grotesque n'a pas arrêté la campagne. Au point que Marianne remette en cause la rigueur des interventions du Planning à l'école, rejoignant ainsi la Manif pour tous dans ses attaques hors-sol, mais aux conséquences bien réelles, contre l'éducation à la sexualité. Au point que la ministre de la santé Agnès Buzyn indique sur BFM TV qu'elle prend au sérieux ces calomnies et qu'elle va les étudier. Le Planning familial doit notamment faire face aux difficultés dans l'accès concret à l'avortement (baisse de financement, liberté de conscience des médecins), les politiques ne réagissent pas sur la question, mais la ministre de la santé pense plausible la campagne de diffamation. Avec quelles conséquences ? Des baisses de budget ? Le militant féministe, en utilisant l'arme de la calomnie au lieu d'un débat rigoureux et respectueux des diverses formes de féminisme, aurait réussi un beau record : ce que Marion Maréchal (Le Pen) avait promis, baisser les subventions du Planning du 13, le féministe universaliste l'aura peut-être obtenu. Mais ce n'est qu'un exemple d'une longue liste de la convergence des attaques de l'extrême-droite et des faux universalistes contre la diversité du féminisme, comme de l'antiracisme.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà depuis treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : le gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli
Billet de blog
L’École et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI