Le Planning Familial face au complotisme raciste

Le Grand Remplacement au sein du féminisme : Renaud Camus l'a rêvé, le journal Marianne le relaie.

selection-999-252

Sous la plume d'Hadrien Mathoux, le journal Marianne relaie des accusations sans fondement contre le Planning familial des Bouches-du-Rhône, qui se voit dans le plus grand sérieux reprocher une complaisance envers les excisions. L'article se termine par un tableau catastrophique de mouvements sociaux qui subiraient un « entrisme » « islamiste ou indigéniste ».

Le Planning familial des Bouches-du-Rhône et le National ont réagi. Le premier condamne l'article « diffamatoire » de Marianne, le deuxième demande à ce que ce texte soit corrigé.

L'article se fonde sur une source unique, un post Facebook de Naëm Bestandji, présenté comme militant laïque et féministe. Cette unique source est une atteinte aux règles élémentaires du journalisme. Hadrien Mathoux n'a pas interrogé le Planning familial sur les accusations qu'il relaie, le point de vue de l'association n'est représenté que par des messages sur les réseaux sociaux ou sur le site internet. Le biais est évident : Hadrien Mathoux a refusé à l'association la possibilité de s'exprimer sur les accusations qu'il porte contre elle.

De plus, la source unique d'Hadrien Mathoux n'a aucune fiabilité. Comment peut-on accorder le moindre crédit à une personne qui ose écrire : « certains Plannings de province abandonnent progressivement leurs valeurs historiques pour se rapprocher des valeurs de l'intégrisme musulman ». Le plus drôle étant ici le « progressivement ».

La veille même de la publication de l'article de Marianne, le Planning Familial des Bouches-du-Rhône relayait sur sa page Facebook un article de Elle consacré au règlement intérieur sexiste qui interdisent aux filles de porter des shorts sous prétexte que cela exciterait les garçons. Hadrien Mathoux peut-il expliquer le rapprochement progressif avec l'intégrisme musulman ?

Le 21 septembre, c'était une vidéo de témoignage d'une personne trans, dont le lien avec Daesh m'a échappé – mais sans doute qu'Hadrien Mathoux et ses indics fiables sauront me l'expliquer.

© konbinifr

 Le 20 septembre, c'était un post célébrant le oui à l'IVG en Irlande. Cela « sème le trouble » sur ce rapprochement « progressif » avec les valeurs de l'intégrisme musulman.

Et dans les jours qui précèdent ce fut une photo « My pussy, my choice », ("Ma chatte, mon choix"), le relai d'une pétition pour mettre fin aux mutilations sexuelles des enfants intersexe, des témoignages sur le harcèlement, etc. Voilà pour l'intégrisme musulman et les posts qui le documentent.

Hadrien Mathoux reprend sans sourciller l'accusation : « Le Planning familial, association d'éducation populaire historiquement féministe et laïque, se rapprocherait-il "des valeurs de l'intégrisme musulman" dans les Bouches-du-Rhône ? A première vue, l'accusation du militant laïque et féministe Naëm Bestandji a de quoi surprendre. Pourtant, les contenus de communication postés sur le compte Facebook de "Planning Familial 13" sèment le trouble. »

Loin du travail de vérification journalistique, Hadrien Mathoux assume avec ce « sèment le trouble » une logique sensationnaliste d'insinuation et de soupçon opposée au factuel. Il pose donc sérieusement l'hypothèse d'un entrisme religieux intégriste au sein de certains Plannings.

Hadrien Mathoux n'a aucun scrupule à prendre pour argent comptant des discours grotesques. Il ne les vérifie pas. C'est ainsi qu'il reprend mot pour mot une analyse pseudo-sociologique (les conflits de générations marchent à toutes les sauces) de sa source : « Dans son post, Naëm Bestandji précise que "toutes les militantes et salariées du Planning ne sont pas d'accord avec cette dérive", et indique qu'il existerait une "lutte interne entre (pour faire simple) les anciennes et les plus jeunes bercées aux discours islamistes et indigénistes" » Oui, il a bien écrit : « pour faire simple », et Hadrien Mathoux le reproduit. Un journaliste irait vérifier une telle hypothèse auprès des bénévoles et des salariéEs. Hadrien Mathoux se contente de recopier. Pour faire simple.

L'accusation la plus grotesque est celle de complaisance envers l'excision – alors même que quelques jours plus tôt, le Planning dénonçait d'autres mutilations sexuelles, celles exercées en France, par des médecins français, contre les enfants intersexe. Voici comment Hadrien Mathoux justifie cette accusation : « A ce manifeste, un internaute [Il s'agit en fait d'une internaute, cela m'a pris 10 secondes pour le vérifier, mais sans doute que le journaliste de Marianne n'avait pas ce temps pour faire son travail] oppose un raisonnement par l'absurde : la liberté de choix prônée par le Planning familial l'amènerait-il à défendre aussi "les femmes qui militent pour donner une bonne image de l'excision ?" La réponse est éloquente par son non-dit : "Comme déjà dit, on milite pour le libre choix de chacun-e, et que nous puissions chacune faire ce que nous voulons de notre corps sans projeter nos choix sur les autres". Le Planning familial des Bouches-du-Rhône refuse donc ici de condamner explicitement l'excision ou la promotion de cette pratique ! »

Une accusation aussi grave est donc portée sur la base d'un seul argument : le refus de répondre à une question faussement provocatrice, que le journaliste qualifie lui-même de « raisonnement par l'absurde ». Or, d'autres hypothèses peuvent être avancées que la complaisance envers l'excision et le rapprochement avec les valeurs de l'intégrisme musulman : le refus de tomber dans le piège grossier d'une troll, l'idée que les positions et les combats du Planning sont connues et n'ont pas besoin d'être explicitées, l'idée que la condamnation de l'excision découle du principe de libre-choix défendu dans la réponse, etc. Au vu des posts publiés sur Facebook par le Planning du 13, ces pistes sont beaucoup plus crédibles. Hadrien Mathoux n'a pas voulu les examiner.

Réduire les conflits qui traversent le féminisme à une logique d'infiltration ne reposant sur rien est du complotisme. Stigmatiser une fois de plus l'islam ou l'antiracisme politique est du racisme. L'article d'Hadrien Mathoux ne relève pas du journalisme, mais bien du complotisme raciste le plus crasse.

Le texte se conclut sur une alerte générale reprenant les accusations d'entrisme et d'indigénisme. L'exemple d'Act Up-Paris est cité, et une fois de plus, Hadrien Mathoux ne relaie qu'une version du conflit qui a agité l'association, version complotiste, sans chercher un moment à analyser la complexité des conflits qui agitent les mouvements sociaux, et qui découlent des combats à mener, par exemple dans la lutte contre le sida. On est donc en face d'un Renaud Camus qui nous annonce que les luttes féministes, LGBT ou encore à la fac sont grand remplacées. Mais Mathoux précise : « Avec, ici, une spécificité inquiétante : le Planning familial fait partie des associations agréées pour intervenir lors des journées d'éducation à la sexualité à l'école… »

La Manif pour tous accuse profs et associations d'apprendre aux enfants à se masturber ; au bout d'un article piétinant les règles élémentaires du journalisme, Hadrien Mathoux, lui, accuse à mi-mots le Planning familial de vouloir les convertir « progressivement »  aux « valeurs de l'intégrisme musulman ». (Je conclus ainsi « pour faire simple »). Renaud Camus et Eric Zemmour n'ont qu'à bien se tenir.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.