République Souveraine soutient les tweets antisémites de son responsable Jeunesse

Le soutien que le mouvement de Georges Kuzmanovic accorde à des tweets explicitement antisémites de son nouveau responsable Jeunesse va poursuivre République Souveraine.

 Une blague de mauvais goût que tu as faites à un moment donné et que tu as retirée » C'est en ces termes que le président de République Souveraine décrit les dizaines de tweets antisémites que le responsable du comité Jeune de ce mouvement a publiés au cours des deux dernières années1.

montage-tweets-antisemites-1

Le mercredi 23 décembre, République Souveraine publie en urgence une vidéo dont l'objectif est d'exonérer le responsable de son comité Jeunes, Tanguy Lacroix, de tout antisémitisme. La polémique a semblé suffisamment sérieuse à Georges Kuzmanovic, le président du mouvement, pour qu'il assure lui même l'entretien filmé. Le responsable de République souveraine est très clair. Ces messages « ne tombent pas sous le coup de l'antisémitisme. » Assurant que racisme ou antisémitisme ne sont pas tolérés dans son mouvement, que cela déclencherait une procédure d'exclusion, il tient à le dire  : « ce n'est pas le cas et c'est ça qu'on veut débunker avec toi aujourd'hui et aussi parler de cette instrumentalisation que font certains pour jeter l’opprobre sur toi, sur République Souveraine ou sur d'autres, peu importe, alors qu'il n'y a rien. »

charles-lacommunautequonnapasledroitdenommer

« Il n'y a rien », mais on consulte des avocats et on fait une vidéo un 23 décembre pour se justifier, en présence du président du mouvement.

Les arguments avancés pour minimiser ou nier le caractère antisémite des tweets sont peu convaincants. Selon Georges Kuzmanovic et Tanguy Lacroix, il s'agirait de « quelques messages », de « trois précisément ». On les compte dans les faits par dizaines et ils témoignent d'une véritable cohérence. Ils seraient aujourd'hui effacés. D'une part, cela ne justifie pas qu'ils aient été écrits. D'autre part, ceux qui ont été effacés ne l'ont été que sous la pression de la dénonciation publique et de très nombreux tweets antisémites ont été conservés par son auteur avant que son compte principal ne soit suspendu par Twitter. Enfin, Tanguy Lacroix ne semble pas avoir déconstruit les ressorts antisémites qu'ils réactivent régulièrement. C'est ainsi que le 22 décembre, la veille de la publication de la vidéo, il qualifie le pire attentat antisémite en Allemagne depuis 1945 de « truc ».

charles-trucenallemagne

Mais l'argument central pour nier l'antisémitisme de ses productions est que ce ne seraient que des blagues, de l'humour, du second degré. D'une part, on compte dans la production antisémite de Tanguy Lacroix des tweets on ne peut plus sérieux estimant que la racialisation des juifs par les nazis pouvait avoir un peu de sens, restreignant le racisme à des considérations génétiques, réhabilitant donc la notion pseudo-biologique de races humaines, accordant au négationnisme un intérêt historiographique, attribuant au mouvement Black Lives Matter un tract antisémite pourtant rédigé par des suprémacistes blancs héritiers du Klu-Klux-Klan ou encore plusieurs messages reposant sur la contre-vérité, parfois explicitement formulée comme telle, que les juifs de France ne souffriraient d'aucune discrimination ou que la notion de « privilège juif » serait de l'ordre de la croyance, d'une opinion discutable, donc respectable.

charles-privilejejuif-pasdediscrimination

Par ailleurs, même si on ne s'en tenait qu'aux seules « blagues » de Tanguy Lacroix, l'humour ne peut être un prétexte à l'antisémitisme et au négationnisme, à moins d'être un outil de recrutement de l'extrême-droite. Selon le responsable jeunesse de République Souveraine, « sur Twitter, ce qui est spécifique, pour avoir de la visibilité c'est que (…) on doit soit faire de l'humour, soit provoquer en étant tranché. Ça joue beaucoup pour toucher un public jeune et les algorithmes encouragent ça. (…) Moi par exemple, j'ai fait une vidéo de 50 minutes sur Michel Clouscard, on envoie ça à un jeune, de prime abord, c'est un peu difficile donc il faut hameçonner sur Twitter en faisant de l'humour.  » Ainsi, les blagues antisémites et négationnistes (qualifiées par euphémisme de simples « blagues de mauvais goût ») ne seraient que des « hameçons » pour des jeunes et les amener à la politique.

2019-charles-blaguesurauschwitz

Pourtant, les mobilisations de cette années auxquelles les jeunes ont massivement participé n'ont pas eu besoin de passer par de telles ruses : les blocus de lycée pour dénoncer la réforme du bac en février 2020, ceux pour pour obtenir de réelles mesures sanitaires en octobre dernier, les rassemblements contre les violences policières. Autant de contre-exemples de mobilisations sur les préoccupations réelles de jeunes qui ne se sont pas bâties sur les ruses et tromperies de l'extrême-droite. Tanguy Lacroix les présente pourtant comme inévitables, au prix d'une incroyable falsification historique : « Il faut savoir que l'extrême-droite est présente sur Internet depuis bien avant la gauche. Ça a commencé avec, notamment je pense, le plus vieux mouvement politique né sur Internet c'est Égalité et Réconciliation, donc c'est un peu eux qui ont posé les codes du militantisme sur Internet donc on est obligé de reprendre certains codes. »

charles-6milliardslematin4

Le groupe d'Alain Soral a été fondé en 2007. Act Up-Paris disposait déjà d'un site Internet en 1998, pour ne prendre que l'exemple que je connais le mieux. Tanguy Lacroix invente donc à un mouvement antisémite et négationniste une primauté historique. Il lui accorde aussi une hégémonie politique : au nom de quoi faudrait-il imiter les codes de l'extrême-droite sur Internet quand on voit que les mobilisations réelles des jeunes n'en ont absolument pas besoin ? Qu'est-ce qui peut pousser un jeune militant à mettre autant en avant le mouvement soralien, à présenter ses stratégies comme indispensables, au mépris du réel ? Comment est-il possible que les cadres de République souveraine n'ait pas pensé à vérifier de tels propos avant de valider cette fascination pour Egalité et Réconciliation, et cet aveu de filiation dans la reprise de stratégies sur Internet ?

Bien loin de clore toute polémique, cette vidéo est un véritable soutien à l'antisémitisme et au négationnisme, autant qu'un aveu d'une déconnexion totale de ce mouvement avec les préoccupations réelles de la jeunesse. Cela va suivre longtemps République souveraine, d'autant que ce n'est pas la seule polémique que Tanguy Lacroix a amenée dans le mouvement. Créateur des Charles, un groupe de cyberharceleurs, qui s'est notamment construit autour des blagues antisémites, et qui cible antiracistes, féministes ou militantEs LGBTQI, il est aussi responsable de nombreux tweets racistes, comme celui-ci :

charles-paris-expocolponialedevincennesjpeg

1 Parmi ces tweets, l'inscription des chambres à gaz dans le régime de la croyance au lieu du savoir constitué, la description d'Auschwitz comme un exemple de recyclage écologique où on récupérait cheveux et graisse, une blague sur les nez des juifs catalysant des publications de caricatures antisémites à répétition, les 6 millions de victime de la Shoah réduites à un « Joker » pour « faire pleurer dans les chaumières », la reprise d'un fake antisémite de l'extrême-droite suprémaciste blanche américaine, la défense du négationnisme comme ayant un intérêt historiographique certain, la reprise des motifs antisémites agités par Valeurs Actuelles ou l'extrême-droite contre hongroise contre le philanthrope Georges Soros, etc.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.