Enquête sur les calculs des agences de l’emploi

J’ai écrit cette enquête en 2004, confrontée pour la première fois de ma vie au fonctionnement des organismes sociaux. Effarée par la complexité et l’inutilité d’une bureaucratie qui se révélait aussi ruineuse qu’absurde, j’ai mis sur le papier le détail de celle-ci, afin de comprendre ce qui se passait là exactement. Consciente qu’il est impossible à des gens qui n’ont jamais été chômeurs...

... eux-mêmes de se douter de l’existence d’un tel fonctionnement, il me semble important qu’ils puissent disposer d’un éclairage réaliste sur l’utilisation et les destinations réelles de l’argent public investi dans une « lutte contre le chômage » théorique, qui consiste en pratique à le perpétuer. 

Voici le récit de ce qui m'arrive (2004) de mon côté dans le cadre de mon travail et avec l'ASSEDIC. C'est un peu long en raison de la complexité de la situation, mais ce qu'il en ressort met en lumière un certain nombre de fonctionnements sur lesquels il me semble urgent de s'interroger afin d'y remédier, et peut éclairer utilement les autres recalculés. 

En novembre 2002, revenant de Belgique où j'étais allée travailler en 2000 en raison de la disparition de mon diplôme d'infirmier de secteur psychiatrique en France (voir à ce sujet le site Psychiatrie Infirmière http://psychiatriinfirmiere.free.fr/), je m'adresse à une assistante sociale afin qu'elle m'oriente vers les différents organismes auxquels je dois m'inscrire : ANPE, ASSEDIC, CAF, CPAM. La régularisation de ma situation met plus de deux mois en raison du nombre de documents demandés à droite et à gauche, et de démarches à effectuer.

 Suite à quoi je me vois attribuer une allocation d'insertion par l'ASSEDIC et un complément de la CAF pour arriver au montant du RMI[1]. Ne voulant pas être entretenue par les deniers publics, je trouve du travail au bout d'un mois: un CDD avec promesse de CDI au bout de trois mois.

 Je fais une semaine d'essai à temps plein, et le jour où je commence mon CDD, j'apprends que je ne serai employée qu'a 3/4 temps pour 1000 € et non à temps plein pour 1400 € comme convenu au départ et stipulé dans le premier contrat signé avant la semaine d'essai, et qu'il est impossible que mon ancienneté soit reprise avant le CDI.

 Pour le détail de la suite de ce CDD, mémorable, voir Pénurie d'infirmières: un phénomène planifié sur le long terme. 

En raison de la longueur de cet article, merci de lire la suite en version pdf.

Plan de l’article

1.  ASSEDIC : spoliation des indemnisés, complicité avec les entreprises malhonnêtes, gaspillage d'argent public et tâches dépourvues de sens p.2

           a) Description des faits p.2

           b) Autres témoignages sur des problèmes de paiement des indemnités de  l'ASSEDIC p.5

           c) Inférences : éclairage que jettent les faits sur le fonctionnement de l'ASSEDIC p.9

           d) Techniques utilisées pour décourager les indemnisés p.11

 2. CAF : Une méthode de détection des fraudes basée sur le paradoxe du menteur p.13

 3. Un pseudo-modèle économique basé sur des sophismes p.15

           a) Le "libéralisme" actuel ou la mondialisation d'une économie mafieuse p.15

           b) Mécanismes et conséquences du système des négriers p.16

           c) Des règles économiques truquées p.20

 4. Conclusion p.23

  ______________________ 

[1] Le RMI (revenu minimum d’insertion) en 2004 correspond au RSA (revenu de solidarité active) en 2016.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.