moineau persan
Sepideh Farsi, Cinéaste
Abonné·e de Mediapart

89 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 sept. 2022

moineau persan
Sepideh Farsi, Cinéaste
Abonné·e de Mediapart

Rejoins-nous !

Les émeutes battent leur plein en Iran pendant que le président Raïssi était en visite à l'ONU et que Anonymous a fait tomber le portail gouvernemental iranien la nuit du 20 septembre.

moineau persan
Sepideh Farsi, Cinéaste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Brûler ce qui fait mal ! © anonyme

"Rejoins-nous !"

Voici ce que disent les iraniennes aux hommes et aux femmes qui restent sur les trottoirs à les regarder défiler et à se faire tabasser. Matraquage, tir de gaz lacrymogène, tir à balles réelles. Tout est de mise et le nombre des morts et blessés augmente à chaque heure sans qu’il y ait un comptage officiel. Aujourd’hui, 5 jours après l’annonce de la mort de Mahsa (Zhina) Amini, 22 ans, originaire de Saqqez au Kurdistan, assassinée par la police des mœurs, le pays s’embrase. Les manifestations, plus cantonnées au villes kurdes au début, s'étendent partout en Iran. Les manifestants entonnent: Kurdistan, la prunelle des yeux de l'Iran.

La contestation élargit ses demandes. On protestait d'abord pour rendre justice à Mahsa (Zhina) Amini, mais aujourd'hui, on invoque la dictature, on interpelle Khamenei. Les femmes défilent, avec et sans foulard. Beaucoup brûlent leur voile, d’autre coupent leurs cheveux en se filmant.

L’internet est coupé dans plusieurs villes du Kurdistan, dont Sanandaj et Saqqez. Et le débit est plus lent partout en Iran.

Hier soir, les hacktivistes de Anonymous ont fait tomber le portail national du gouvernement iranien.

Les vidéos des manifestations inondent le net. Beaucoup de villes se lèvent aux côtés du Kurdistan et la gronde s'élargit. C’est trop tôt encore pour juger de la dynamique du mouvement protestataire, mais par moments on retrouve des images qui rappellent la vague verte en 2009 où les manifestants arrivent à faire reculer les forces de l’ordre, comme ici à Rasht.

Impossible de décoller les yeux de la timeline twitter et de l’avalanche des vidéos qui arrivent de l’Iran. Dans les vidéos, la présence féminine domine les voix aigues des femmes couvrent souvent les voix masculines. On a la gorge serrée et les yeux qui brûlent, comme si le lacrymaux se propageait à travers la toile.

Voici la liste des villes où l’on manifeste : Arak, Bandarabbas, Birjand, Bukan, Gohardasht, Gorgan, Hamédan, Ilam, Ispahan, Kerman, Kermanshah, Kish, Marivan, Mashhad, Qazvin, Qom, Rasht, Sari, Sabzévar, Sanandaj, Saqqez, Shiraz, Tabriz, Téhéran, Yazd, Zanjan. Et la liste n’est pas exhaustive.

Le nombre exact des victimes est difficile à annoncer, mais on compte parmi elles un enfant de dix ans blessé et une vieille femme décédée à la suite d’un coup sur la tête.

Mais la violence des forces anti-émeutes contre les manifestants est comme toujours gratuite et sans borne. Elles sont beaucoup plus organisées qu’en 2009 et leurs habits se sont uniformisés.

Et puis, il y a aussi des images qui donnent de l’espoir, comme ici à Sari (Région de Mazandarane au bord de la Caspienne), où une jeune femme jette son foulard dans les flammes en faisant une pirouette.

La beauté de cet élan libertaire est décuplée par sa volonté d’être inclusif. Les iraniennes demandent à avoir le choix. Non pas d’interdire le port du voile, mais de le rendre « non obligatoire ». J’insiste sur la nuance, subtile, mais néanmoins très importante. Être libre de choisir son style vestimentaire, avec ou sans voile, voilà ce que les iraniennes réclament. Cela montre la maturité et le sens civique du mouvement contestataire qui fait trembler l’Iran depuis plusieurs jours et qui ne s'arrête pas qu'au port du voile.

Après de nombreuses vagues de protestations matées dans le sang, dont les plus saillantes restent celles de 2009 et 2019, les iraniennes, et les iraniens à leurs côtés, tentent une nouvelle fois, de se défaire de la dictature religieuse qui les opprime depuis 1979.

Quelque soit le résultat des émeutes actuelles où les femmes sont en première ligne, cela constituera une avancée pour le droit des femmes en Iran.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Élections italiennes : après Draghi, l’extrême droite
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — Élections italiennes : après Draghi, l’extrême droite
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Comment dire « non au fascisme » est devenu inaudible en Italie
La victoire du post-fascisme n’a surpris personne en Italie, où l’extrême droite s'est installée dans le paysage politique et médiatique depuis des décennies. Le « centre-gauche », impuissant et sans repères, porte une lourde responsabilité dans cette banalisation. Aujourd’hui, seules quelques rares organisations de jeunesse tentent de bousculer l’atonie générale qui s’est emparée de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Corruption
Qatar-Sarkozy : les nouvelles liaisons dangereuses
Un rapport de la police anticorruption montre que Nicolas Sarkozy aurait fait financer a posteriori par le Qatar, en 2011, des prestations de communication réalisées par le publicitaire François de La Brosse pour sa campagne électorale de 2007, puis pour l’Élysée. Aucune d’entre elles n’avait été facturée.
par Fabrice Arfi et Yann Philippin
Journal — Justice
Ce double condamné que Macron envoie représenter la France
À la demande d’Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy a représenté la France, mardi 27 septembre, aux obsèques de l’ancien premier ministre japonais. Le fait que Nicolas Sarkozy ait été condamné deux fois par la justice, notamment pour « corruption », et soit lourdement mis en examen dans l’affaire libyenne, notamment pour « association de malfaiteurs », ne change rien pour l’Élysée.
par Fabrice Arfi et Ilyes Ramdani
Journal
Crise de l’énergie : sans « compensation » de l’État, le scolaire et l’université en surchauffe
Pour affronter la flambée des prix de l’énergie dans tout le bâti scolaire et les établissements d’enseignement supérieur, collectivités et présidents d’université s’arrachent les cheveux. Le projet de loi de finances 2023 est cependant bien peu disert sur de possibles compensations de l’État et écarte l’hypothèse d’un bouclier tarifaire. En réponse, économies, bricolage ou carrément fermeture des établissements d’éducation.
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk
Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis
Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda
Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige