Mouais, le journal dubitatif
Journal dubitatif
Abonné·e de Mediapart

97 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 mars 2021

Occupation des théâtres: la liberté de réunion retrouvée

A Nice, on est toujours à la traîne paraît-il. Mais parfois, on se trouve au rendez-vous de l'instant révolté. Pas encore révolutionnaire pour le moment. En attendant, des citoyens se réunissent chaque jour. Et c'est déjà ça.

Mouais, le journal dubitatif
Journal dubitatif
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Art populaire ancestral et institution bourgeoise par préemption, le théâtre contient cette ambivalence qui rejaillit sur la lutte aujourd'hui. Et toujours cette question. Comment sortir de l'entre-soi, comment obtenir le soutien des masses, comment étendre la lutte ? Si l'on (je?) se pose la question d'entrée, c'est déjà qu'on est mal parti, et le tir semble difficile à corriger. Car pour le moment, il s'agit bien d'une lutte sectorielle, circonscrite au monde du théâtre, à ses affiliés et apparentés. Avec pour objectifs principaux, entre autres, le retrait de la réforme de l'assurance chômage, ainsi que la prolongation de l'année blanche pour les intermittents du spectacle.

Néanmoins, à l'heure de ces lignes, comme on dit dans le journalisme d'actualité chaude, 57 théâtres sont occupés en France métropolitaine et outre-mer. Et ce n'est pas rien.

Au regard des grands mouvements sociaux nationaux de ces dernières années, on peut y trouver un air de Nuit Debout. Agora quotidienne où chacun et chacune vient vider son sac, témoigner de sa situation précaire, de son désespoir, une sociologie du mouvement homogène, clairement marquée à gauche, avec des membres à fort capital culturel et à expérience politique, syndicale et associative significative. Pas une tare en soi évidemment, puisque l'auteur de ces lignes correspond plus ou moins à cette description, mais sans doute un frein à la fameuse convergence des luttes, marotte de toutes les luttes sociales embryonnaires qui contient les questions introductives. Alors que faire comme dirait l'autre ? Introduire de la radicalité, sortir de l'entre-soi, donner une visée au mouvement, décompartimenter les revendications, avoir une stratégie d'action efficace, créer un rapport de force politique. Vaste programme s'il en est, mais dans ces moments d'effusions citoyennes, l'ambition ne saurait avoir de limites.

J'ai déjà entendu parmi mes pairs la question du sortir de l'occupation. Le lendemain de l'entrée dans le théâtre. Un questionnement recevable puisqu'il n'y a pas grand intérêt à occuper un théâtre fermé en accord avec la direction et la mairie. Pour autant, ces occupations symboliques permettent surtout de recouvrir une liberté fondamentale entravée depuis le début de la pandémie : la liberté de réunion, consacrée depuis 1881 en France. C'est à cela qu'il faut donner du crédit, et c'est ce temps retrouvé, calfeutré à l'abri des policiers, qu'il faut utiliser pour lancer la fronde. Enfin l'on retrouve un lieu de rendez-vous, un abri, un endroit où l'on se sent en sécurité quand l'espace public est devenu risqué sans masque ni attestation. Marqueur d'une triste époque où les murs marbrés d'un théâtre vide sont plus adéquats à la discussion que la place publique.

En pleine réunion Zoom avec la coordination nationale © Emmanuelle Lorre Vergnes

A Nice, une trentaine de citoyens, militants, étudiants, syndicalistes se relaient pour prendre possession du hall et du parvis du Théâtre national la journée pour converser, et des moquettes des coursives la nuit sur des matelas gonflables pour dormir. Il y a de cela également dans ces mouvements citoyens spontanés : un apprentissage politique de la lutte pour des franges intéressées mais néophytes en la matière et la confrontation entre divers écosystèmes politiques bien établis. Voilà où nous en sommes pour le moment. Des moments chaleureux, de discussion, de rencontres et d'envie de signaler au gouvernement, comme à chaque mouvement social qui prospère, qu'ils ne peuvent pas tout nous faire. Et enfin, que pour nommer la réforme de l'assurance chômage, qui devrait être effective au 1er juillet et qui baissera encore si c'était possible pour 840 000 personnes les allocations chômages, il n'y a qu'un mot : assassins.

Occupons,  occupons, occupons, ainsi que l'indique le mot d'ordre lancé par le théâtre de l'Odéon.

Par Malsayeur le Médisant

Pour s'abonner au mensuel dubitatif Mouais et le recevoir dans sa boîte aux lettres :

https://www.helloasso.com/associations/association-pour-la-reconnaissance-des-medias-alternatifs-arma/paiements/abonnement-mouais

Aussi pour revoir la discussion échaudée avec la directrice Muriel Mayette-Holtz, vendredi 12 mars devant le TNN, alors que nous tentions d'entrer dans le théâtre : https://blogs.mediapart.fr/mouais-le-journal-dubitatif/blog/130321/occupation

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — États-Unis
L’écrivain Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie se trouvait sous assistance respiratoire, après avoir été poignardé le 12 août, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York. De premiers éléments sur le profil de l’agresseur témoignent d’une admiration pour le régime iranien.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Face aux recommandations du GIEC, comment réconcilier l’écologie avec le nucléaire
L'écologie politique a toujours manifesté une aversion contre le nucléaire. Pourtant, cette source d'énergie décarbonée n'est pas dénuée d'intérêt. D'où vient alors ce désamour pour le nucléaire ? Le nucléaire devrait se guérir de deux maux: sa filiation militaire qui met en exergue sa dangerosité, et l'absence d'une vision stratégique renouvelée et forgée avec l'adhésion de la société.
par francois brechignac
Billet de blog
Le piège du nucléaire
Maintenant que la France est en proie à des incendies en lien avec le réchauffement climatique, que notre pays manque de plus en plus d’eau et que notre président et ses ministres, après avoir renationalisé EDF, nous préparent un grand plan à base d’énergie nucléaire, il serait temps de mettre les points sur les « i ».
par meunier
Billet de blog
Réagir avant qu'il ne soit trop tard 2/4
L’avenir n’est plus ce qu’il était ! La guerre en Ukraine, la menace nucléaire, la crise alimentaire, le dérèglement climatique, les feux gigantesques de l’été, les inondations meurtrières, autant d’épisodes anxiogènes de la modernité face auxquels nous devons impérativement réagir. Ces désordres du monde constituent une opportunité à saisir pour modifier notre trajectoire
par HARPAGES
Billet de blog
Le nucléaire sans débat
Où est le débat public sérieux sur l'avenir du nucléaire ? Stop ou encore ? Telle est la question qui engage les générations futures. Une enquête remarquable et sans concession qui expose faits et enjeux. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement