Municipales à Nice: votez Pantaï!

Les élections municipales approchent ! Mouais, journal a-partisan sans être a-politique, ne soutenant aucune liste, vous transmet donc en exclusivité le programme d'un parti qui ne se présente pas, le PaPoPa, ou Parti Populaire du Pantaï, le parti des fous, des doux rêveurs, les utopistes un peu cinglés, ceux qui aiment chanter, danser, faire un pas de côté dans la course du monde.

PROGRAMME DU PAPOPA par Pilule Rouge

  1. Aussitôt que les espèces vivantes niçoises dans leur intégralité, dans un engouement unanime, nous auront donné la victoire dès le premier tour des prochaines élections municipales (et de toutes celles qui suivront), le PaPoPa, après avoir généreusement offert une part de socca de chez Pippo à Estrosi (et aux autres aussi parce qu’on est pas radins nous) pour le consoler, procèdera au démantèlement de la mairie : repeinte en rouge à pois noirs comme une coccinelle, elle sera transformée, après avoir hébergé si longtemps des requins, des tanches et des anguilles, en aquarium pour poissons multicolores végétariens et pacifistes. Ouvertes à tout-e-s, surtout les jours d’élections pour venir y buller sur les transats géants et autre hamacs accessible pour admirer les couchers de soleil.
  2. La municipalité de Nice sera transformée en Fédérations des Communes Nissartes Autonomes (FCNA), voisine et amie de la Fédération des Communes Royasques Autonomes (FCRA). Le plat local emblématique en sera le kébab-socca-falafel-mafé-tandoori (sauce samouraï). Chaque quartier de la fédération (Saint-Roch, Libé, l’Ariane, les Moulins, République…), grâce à des comités élus par tirage au sort et sans smartphone, se chargera alors de planifier la végétalisation comestible de son béton et la peinturluration, aux couleurs de son choix, de ses façades. En honneur des services rendus au Pantaï, une place particulière sera accordée à la Commune Libre du Babazouk (CLB), où le Happy Hour sera décrété permanent et dont les ruelles seront intégralement dédiées aux arts de rue.
  3. Il sera décrété que chaque comité de quartier se devra d’être paritaire en tous points, et devra donc comporter des représentants de chaque genre (femmes, hommes, trans, intersexes, androgynes…), espèce (chats noirs, chauve-souris, loutres, marcassins, chouettes, mangoustes…), race (terriens, vénusiens, proxima-du-centauriens… seuls les Jupitériens seront invités à retourner au plus vite se faire griller la lune sur leur astre).
  4. Dans le cadre de l’autonomie alimentaire de la FCNA, l’aéroport sera transformé en champs de courgettes, pois chiches et potirons. Avec suppléments salades tomates oignons. Les touristes désireux de venir nous rendre visite n’auront qu’à venir en jambe, ça leur fera les pieds (ou l’inverse). 4.1 : pour répondre aux râleurs qui voudront encore prendre l’avion, l’option pas du tout démago de déplacer l’aéroport à Monaco est envisagée.
  5. Pour ce qui est des festivités, il sera décrété que la Santa Capelina du 1er mai aura lieu tous les dimanches. Comme il sera décrété que les lundis, mardis, mercredis, jeudis, vendredis et samedis deviendront des dimanches, elle aura donc lieu tous les jours. Quant aux dimanches, ils seront transformés en mardis gras, et les carnavals indépendants auront donc lieu chaque semaine. Le carnaval officiel sera revendu aux monégasques et aux chinois, qui en feront ce que bon leur semblera partout sauf ici. Probablement des avions, des hélicoptères et du beurre de cacahouète. Grand bien leur fasse. Ce qui permet une grande cohérence politique d’ailleurs.
  6. Le Negresco sera réquisitionné pour l’accueil des demandeurs d’asile, et des places de domestiques y seront réservées à tous les membres de la PAF de Menton. 6.1 : les autres palaces aussi, ainsi que tous les bâtiments voués à le devenir, à commencer par celui de projet d’hôtel de luxe de la Providence dans la vieille ville.
  7. L’immonde #IloveNice qui défigure Roba Capeu sera déplacé dans le jardin de M. Ciotti, tandis que toutes les sculptures moches installées en ville par M. Estrosi seront quant à elle relocalisées dans son salon ou son garage à moto.
  8. La ville entière, en tant que terrain Pantaï, sera déclarée comme définitivement hors de la matrice, et donc territoire 100% Pilule Rouge, étant entendu « qu’EST Pilule Rouge : le sourire des enfants, le parcours des lèvres x aux lèvres x’ qui leurs font face, un chat qui dort, les rues vers 18 heures 37, une sieste au pied d’un olivier, la musique, l’écriture, la danse, les dessins à la craie sur les murs, l’amour-pas-la-guerre, les fleurs, qu’elles soient ou non en pot mais pas trop coupées s’il vous plait, le soleil, les arbres et les montagnes, tout ce qui concourt à laisser prospérer les fleurs, les arbres, et les montagnes, et de manière générale tout ce qui, de près ou de loin et dans toutes les positions envisageables, fait que la vie est un miracle quotidien »,  et que « n’EST PAS Pilule Rouge : tout ce qui va à l’inverse de ce qui précède, Éric C. tout particulièrement ».
  9. En terme de sécurité, notre programme repose sur un principe simple : « faites ce que vous voulez du moment que vous n’emmerdez personne ». Les flics seront repeints en verts à pois roses et affectés à l’accueil des sans-abris, et les caméras de surveillance, tournées vers le ciel pour filmer les étoiles filantes. Seul-e-s les caméras qui seront tombées amoureuses avant l’exécution de la règle numéro 9 auront encore l’autorisation de s’admirer.
  10. l’égoïsme et le narcissisme seront tolérés, voire encouragés, à condition que cela soit avec réflexivité et autocritique. Mais sans exagérer quand même !
  11. Le logement du 20, rue de la Condamine, dans le Vieux Nice, sera laissé à ses occupants légitimes, les enfants du grand marionnettiste pantaï Serge Dotti.
  12. Bien entendu, une seule chose restera interdite : aimer sans amour.   

COMMUNIQUE DU C.A.C.A. (Collectif Anarchiste de la Côte d’Azur)

Le Collectif Anarchiste de la Côte d’Azur (on sait, on aurait dû faire gaffe aux initiales…) soutient pleinement et entièrement le PaPoPa, qui représente pour nous la seule façon de mettre en place à Nice les bases d’un véritable municipalisme libertaire. Si vous avez lu le Mouais du mois dernier, vous savez déjà ce que c’est. ‘Faut suivre. Le CACA souhaite également affirmer son soutien à tout ce qui dans ce monde, ici ou ailleurs, rend la vie aussi drôle et bouillonnante et ridiculise à chaque seconde les grands prêtres de l’Ennui Planifié. « Tout est près. Les pires conditions matérielles sont excellentes. Les bois sont blancs ou noirs. On ne dormira jamais. » André Breton, Manifeste du surréalisme, 1924. Nous sommes vivants, et ils sont morts, parce que plus rien ne vit dans leurs phrases creuses, dans leurs voitures avec chauffeur, dans leurs palais ministériels, dans leurs pupitres de conférence de presse, dans leurs ridicules petites cravates pointant leur virilité complexée (ou pas), dans leurs grotesques agitations pour désespérément tenter de faire croire qu’ils sont là et qu’ils vivent, dans leur pathétique refus du tombeau, dans leur déni de la crémation qui en deviendrait touchant s’il ne les poussait pas à autant de violence, à autant de sauvage brutalité dans leur incapacité à mourir enfin, et à enfin nous laisser vivre. Nous sommes vivants, parce que nous avons pour nous les armes de la solidarité, du partage, de l’écologie sociale, de l’autogestion, de la démocratie directe, de la grève générale, du municipalisme libertaire, de l’occupation, des comités de quartiers, des assemblées populaires, bref de tout ce qui nous aide à communier ensemble dans ce simple fait d’être en vie et de refuser la loi des morts, et de recréer autour de nous ce monde vivant qu’ils ont tâché de détruire. Nous sommes vivantes, vivants, et ils sont morts. Macko Dràgàn.

 ******

COMMUNIQUE DU PAPOPA

Personne ne vous représente ?  Alors une solution : « votez personne ! » Un doute ? Personne tiendra ses promesses. Personne ne favorisera pas ses amis à votre place. Personne vote utile ! Alors « Votez PAPOPA, votez personne ! ».

Laissons la parole à Serge Dotti, l’un de nos plus éminents porte-paroles, qui, dans son Manifeste Néolithique, a parfaitement résumé où en était la question :

1/ Le beau est beau.

2/ Le laid est laid.

3/ Un beau cul n'a jamais eu besoin d'aucune preuve.

4/ Le fait que l'art demande des preuves, prouve une seule chose : sa disparition.

5/ La vie même est en voie de disparition : la cuisine a été remplacée par l'alimentation, la liberté par le loisir, l'amour par le sexe, le désir par l'ennui, la parole par le bruit.

6/ Il s'agit de retrouver cette parole et son aura de silence. Parole dite, peinte, chantée ou dansée. Cette parole devient alors immédiate comme le silence. Elle est reconnue de tous : c'est la beauté.

7/ Le but de l'art est l'immédiat, car la vérité se prouve d'elle-même. Les goûts et les couleurs ne se discutent pas : ils s'affirment. L'art est le domaine où cette vérité s'incarne pour devenir sensible : la beauté s'autoproclame. C'est un choc, un impact : balle et belle.

8/ Ceux qui ont intérêt à brouiller les cartes pour conserver le pouvoir du mensonge, propagent les mensonges du pouvoir. Marchands, flics et mercenaires de l'art sont à leur solde. Nous baignons dans leur marmite et rien du réel ne leur échappe. Ils écrasent et étouffent : même le ciel de nos villes fait du rase-mottes.

9/ La perte de l'art coïncide avec le recul de la culture et de la vie. Dans les dédales du zoo urbain, l'être humain est traqué par la violence, les rapports de force, la bêtise et la peur. Sous les différents vocables de gouvernants, experts, spécialistes, responsables, ricane la même grimace : celle du sorcier moderne qui, à grande échelle, pratique l'envoûtement de masse. Notre époque en a atteint le degré supérieur. Elle fabrique de nouveaux zombis, des morts-vivants, des déportés de l'intérieur.

10/ La séparation de l'art et de la beauté a servi de base à toutes les camelotes. Dans cette fissure s'est infiltré le temps des marchands : la mode. Le pourrissement de l'art finit dans l'art du pourrissement : on vend de la merde réelle, mais sèche qui, comme l'argent, n'a pas d'odeur. La mort de l'art aboutit à l'art de la mort qui sacralise les galeries de merdes mortes.

11/ Cette contagion infecte tous les domaines : au lieu de la vie, la mort est sexuellement transmissible, l'alimentation industrielle tue plus sûrement que les virus, les animaux deviennent fous."Viva la muerte !", cri des phalanges franquistes, résume le programme des nouveaux sorciers.

12/ Le Roi est nu. Ceux qui participent à la Cour du mensonge portent la lourde responsabilité de se faire complices d'une entreprise de magie noire. En diffusant la laideur, ils plombent la lumière et trahissent l'art et ses buts. Les alchimistes du toc et leurs oeuvres, sont au service d'un envoûtement orchestré à tous les niveaux : l'abrutissement se démocratise, la démocratie s'abrutit.L'époque favorise les réflexes plutôt que la réflexion. Nous sommes bombardés d'images et de bruits qui sont autant de ficelles pour nous transformer en pantins dociles. Ceux qui tirent ces ficelles ont grand soin de rester dans l'ombre. Mais ils gardent la maîtrise du jeu, des règles, des acteurs et leur tapage médiatique et hypnotique élève au rang de génies artistiques les larbins prostitués de leur sale cuisine.

13/ L'art est un acte magique. Il tue le temps en capturant le présent, forme humaine de l'éternité. L'évidence de sa beauté a une vitesse : celle de la lumière. Il s'agit de trouer la réalité de nouvelles fenêtres : de l'air, de l'air, de l'air, de l'art, de l'art, de l'art !

 LES AUTRES COMMUNIQUES :

 De Patrick Allemand :

 « En tant qu’homme de gauche, je… Pourquoi vous vous marrez ? Attendez, non ! Ne partez pas, revenez ! y a encore du caviar ! »

 De Philippe Vardon

 « En tant qu’homme qui n’est pas du tout mais alors vraiment pas, du tout du tout, quelle drôle d’idée, mais alors, d’extrême-droite, je… Pourquoi vous vous marrez ? Attendez, non ! Ne partez pas, revenez ! y a encore du gras de cochon ! »

De Christian Estrosi

« Mon programme est simple et tient en un point : ne pas voter pour moi, c’est faire le jeu du RN et si vous ne le faite pas des hordes de criquets s’abattront sur la ville et le Paillon deviendra rouge sang et nous inondera et détruira la rue Jacques Médecin, que j’ai baptisée du nom de mon mentor d’extrême-droite condamné dans plusieurs affaires pour « délit d’ingérence », « détournement de fonds », « abus de bien sociaux », « abus de confiance », « corruption », « fraude fiscale », déclaré « incapable, à jamais, d’exercer aucune fonction publique » avant d’être déchu de ses droits civiques, qui, face à la ministre Simone Veil, rescapée d’Auschwitz, avait parlé de l’avortement comme d’une « barbarie, organisée et couverte par la loi, comme elle le fut […] par le nazisme en Allemagne », avait déclaré au sujet des migrants que « la France va être envahie par tous les macaques qui n’ont rien d’autre à faire que de venir vivre chez nous », avait affirmé partager « 99,9% » des idées du FN, a accueilli un congrès frontiste à Nice, dont « l’invité d’honneur » était l’ancien Waffen SS Franz Shonhuber, bref la rue que j’ai dédiée à mon mentor et ami sera noyée et ce sera bien dommage. Je le répète donc : ne faites pas le jeu du RN, votez pour moi. Y a encore du coca ! »

D’Eric Ciotti

« Si j’ai décidé de laisser la place à M. Estrosi, ce n’est certainement pas parce que mon parti, Les Républicains ex-UMP ex-RPR ex-les-conservateurs-unis-contre-la-chienlit ex-les-royalistes-unifiés me l’a demandé afin d’être sûr de conserver la mairie, mais bien parce que Christian est un homme de valeur, de conviction, que je l’ai toujours soutenu, et… Argh ! Non, je ne peux pas ! C’est trop dur ! Tout mais pas ça ! C’est MOI qui aurait dû être candidat ! Je reviendrais ha ha ha ! »

mes-doigs-dans-ton-urne

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.