Blog suivi par 635 abonnés

Ni égards ni patience. Le blog de Mačko Dràgàn

Journaliste punk-à-chat à Mouais, Télé Chez Moi, Streetpress...
Nice
À propos du blog
"Ce qui vient au monde pour ne rien troubler ne mérite ni égards, ni patience". René Char. « Cet éditorialiste « de la street », contrairement aux commentateurs rémunérés du petit écran, injecte de l’humour, de l’autodérision, du doute partout où il le peut. Travailleur de l’ironie, Mačko manie la taquinerie avec brio pour mieux chatouiller les politiques et démasquer leurs aberrations. » Livia Garrigue, « Contester l'ordre policier - Mačko Dràgàn, un anar en Estrosie »
  • La lutte pour aller bien (enfin, mieux)

    Par | 73 commentaires | 89 recommandés
    I’m back. Je suis pas allé loin, juste au fond du bol, en dép’, avec médocs et tout le toutim. J’en reviens avec cette interrogation : que faire collectivement des troubles psys générés par cette société de m*** ? Quelle place pour ça dans nos luttes ? Parce qu’en vrai, nous avons de très bonnes raisons d’aller mal. Et il va falloir s’y pencher avant de tous devenir fous.
  • Suis-je un « boomer » ?

    Par | 34 commentaires | 59 recommandés
    Littéralement, non puisque je n’ai que 29 ans. Mais le terme désigne de façon plus large les personnes restées bloquées sur un logiciel de pensée un peu daté. Et ça, je ne suis pas à l’abri. Mais je sais que je peux me remettre en question. Et vous ? Est-ce que vous êtes prêts à reconnaître que les jeunes générations militantes, parfois reloues pour nous d’accord, ont peut-être raison ?
  • Mangez vos morts (et pas nos vies)

    Par | 42 commentaires | 86 recommandés
    La façon que vous avez de vous foutre de nos gueules ne connaît plus aucune limite. Vous passez votre vie à vous plaindre et à insulter ceux qui luttent pour changer les choses, et dès qu’on vous le fait remarquer vous poussez des grands cris. Mais comme a dit l’abbé Pierre : «les premiers violents, les provocateurs, c’est vous !» Alors oui, mangez vos morts, et vive la grève générale.
  • Ouvrir les yeux sur le fascisme qui vient

    Par | 67 commentaires | 123 recommandés
    Un peu partout, « la loi et l’ordre » s’imposent, sous une forme directement inspirée des années 40 comme Italie, ou de façon plus insidieuse, comme chez nous. De L’écofascisme au post-fascisme en passant par l’autoritarisme policier ultra-libéral, c’est cinquante nuances de brun. Et il va falloir commencer à sérieusement s’en inquiéter, si on ne veut pas voir nos gosses grandir au son des bottes.
  • Je m’en fous (?)

    Par | 42 commentaires | 102 recommandés
    Elle est pas top, cette rentrée. Et l’hiver sous pénurie ne s’annonce pas radieux non plus. Mais je ne sais pas, je dois être en dépression, parce que je m’en fous. Je m’en fous de tout. Des polémiques, des grands cris, des médias aux ordres, de Macron. J’ai juste envie de me barrer. D’aller hiverner avec les marmottes. A moins que…
  • Ne plus être les seconds rôles du film catastrophe

    Par | 9 commentaires | 33 recommandés
    Souvent, on me traite de « bobo » sur les réseaux. Mais ce terme ne veut plus rien dire, car maintenant le « bobo » c'est juste l'altruiste, même s'il est pauvre. Le second rôle qui vit autrement. Et qui, dans le film catastrophe bas budget qui se joue, commence à en avoir gros de se faire insulter. Notre mode de vie est celui de l'avenir. Ne vous en déplaise. Les seconds rôles vaincront.
  • Ils nous regardent mourir

    Par | 87 commentaires | 136 recommandés
    L’automne au mois d’aout. Photo prise par moi-même dans les alentours proches de Chambéry. L’automne au mois d’aout. Photo prise par moi-même dans les alentours proches de Chambéry.
    Ceci est un SOS, à dire dans toutes les langues : They watch us dying. Nos miran morir. Il s’adresse à vous, frères et sœurs ravagées par le changement climatique, mais aussi aux pollueurs et profiteurs qui s’enjaillent pendant qu’on crève. Nous ne défendons pas la nature : nous sommes la nature qui se défend. Et qui ne se laissera pas mourir. Le mot d’ordre : autodéfense et sabotage.
  • Avec mes potes, sur la dernière barricade

    Par | 27 commentaires | 74 recommandés
    Avec les potes, on a tout ce qu’il faut pour (re)faire un monde. Et on se battra jusqu’à la dernière barricade, même si « la révolution n’est plus synonyme de barricades. Elle est un tout autre sujet, bien plus essentiel : elle implique de réorganiser la vie tout entière de la société ». Ce à quoi on s’emploie. Faire les cons, tout en faisant la révolution : ça va être grandiose. Ça l’est déjà.
  • Fait chaud, merde

    Par | 5 recommandés
    Pas très subtil comme titre. Mais une fois transformé en flaque, la subtilité, on n’a plus un endroit où se la mettre. Je rentre de chantier, j’ai chaud à en crever. Alors je vais juste hurler ma haine contre ces tarés qui ont fait qu’on en arrive là, qui vont devoir le payer, et je le dis : contre la chaleur, ZAD partout, et tous à poil (lien vers un article paru en Edition de Mediapart).
  • Demain ne sera pas mieux

    Par | 55 commentaires | 93 recommandés
    C’est la merde, vous avez remarqué ? Et c’est triste, mais on ne peut même plus se payer le luxe de se dire que « ça ira mieux demain ». Non. Là-haut, ils ne changeront rien. Droit vers le mur. Et nous en-bas, on en paiera le prix. Ne reste plus qu’à organiser le pessimisme, et habiter la catastrophe. « Couler en beauté, plutôt que flotter sans grâce » (Corinne Morel Darleux)