Mouloud Akkouche
Auteur de romans, nouvelles, pièces radiophoniques, animateur d'ateliers d'écriture...
Abonné·e de Mediapart

1144 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 janv. 2015

Mouloud Akkouche
Auteur de romans, nouvelles, pièces radiophoniques, animateur d'ateliers d'écriture...
Abonné·e de Mediapart

LIBERTÉ DEPRESSION

Que dire ? Se taire. Hurler ? Chialer ? Marcher ? Chacun cherchera  sa "manière impossible" de se consoler.  Certains  rapidement, d’autres mettront du temps. Mais dans tous les cœurs et les esprits il y aura un avant et un après 7 janvier. Une ligne de fracture de notre histoire individuelle et collective.

Mouloud Akkouche
Auteur de romans, nouvelles, pièces radiophoniques, animateur d'ateliers d'écriture...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

                     Que dire ? Se taire. Hurler ? Chialer ? Marcher ? Chacun cherchera  sa "manière impossible" de se consoler.  Certains  rapidement, d’autres mettront du temps. Mais dans tous les cœurs et les esprits il y aura un avant et un après 7 janvier. Une ligne de fracture de notre histoire individuelle et collective.

            17 assassinats et des blessés.  Des noms médiatisés, d’autres connus que de leurs proches. Tous fauchés par les mêmes rafales meurtrières et barbares.  Massacrés par des mercenaires  de la  foi… du sang.  Armes lourdes contre crayons.  Pas besoin d’un dessin pour voir où se situe le courage.

            Et Dieu dans tout ça ? Toujours injoignable ? En réunion ? Pas au courant que depuis des siècles des individus se réclamant de lui tuent et violent. Hier les croisés, aujourd’hui les islamistes.  Capable de créer le monde, incapable de mettre aux pas Ses assassins.  Rien ne change sous les cieux ; il devrait avoir pourtant une vue plongeante sur les exactions commises en son nom. Expulser Dieu de la terre ? Le mettre en orbite pour qu’il aille officier sur d’autres planètes?

              Désolé mais, face à cette folie meurtrière qui dépasse l’entendement,  l’envie de redevenir athégriste me taraude.  Cracher sur toutes les religions.  Une poussée de haine antireligieuse. Connerie  de l’amalgame toujours facile, j’en conviens. En effet, ne  jouons pas le jeu de ces barbares cherchant à  nous plonger dans la réaction épidermique. Nous entretuer. Et les aider à faire  imploser la démocratie.

            Ce serait plus simple si la religion était la seule responsable de ces horreurs. Non, la barbarie a des racines beaucoup plus profondes que certains voudraient nous faire croire. Elle n’est pas le fruit de telle ou telle religion (même si l’islamisme – pas la majorité des musulmans–  en est le principal représentant en ce moment).  Quelles qu’en soient les raisons, elle  génère des assassins. Tueurs de rêves et de laïcité. Fossoyeurs d'enfance et de poésie.

            Qui sont ces barbares ? Un croisement de nouvelle technologie et sourates du Coran enfoncées dans le crâne ? Incultes du 21 ème siècle élevés par Youtube, la téléralité, et le dernier Imam ( extrémiste ou pas )du coin qui a parlé ? Chacun, personnalité ou anonyme de bord de comptoir, aura son idée.  Pas un billet écrit à chaud qui pourra répondre à toutes ces questions. Ni apporter une solution.

            Comprendre la genèse de ces nouveaux barbares, réfléchir sur leur parcours est important.  Mais sans oublier de les combattre.  Marine le Pen, Zemmour, Finkielkraut etc, ont des solutions radicales.  D’autres pensent  que l’éducation  et la culture pourront venir à bout de cette folie mobile qui traverse la planète. La tragédie de Charlie Hebdo  confortera sans doute les radicaux. 2015 est très mal parti pour le vivre ensemble.

            Aujourd’hui, nous sommes abattus. Comme dans un coma collectif, prêt à céder à une forme de liberté dépression.  A quoi bon ? Plus facile à dire qu’à faire mais essayons d’être à la hauteur de ces  résistants préférant mourir debout qu’à genoux. Nous le leur devons, ainsi qu’à la liberté d’expression dont la caricature est le fer de lance.

         Charb  et sa bande n'auraient pas aimé se faire enculter, encarter, ou panthéoniser.  Trop libres et bien mal élevés pour entrer à  l'Académie française de la caricature. Leur humoiu noir, sauvage, punk, cruel, libertaire, libertin, parfois injuste et con, etc, refusait de bien se tenir à table. Conchiant les puissants et la connerie, ils braquaient leurs crayons tels des armes de dérision massive. Ne rêvant pas et ne pensant pas dans les clous.

          L'humour est souvent une façon de chialer sans déranger les larmes. Aujourd'hui, elles semblent vouloir prendre le dessus. N'offrons pas ce triste spectacle aux  assassins incultes qui veulent nous faire baisser la tête et polluer notre présent. Alimentons la  flamme irrévérencieuse de Charb et sa bande. Des "ka-lâches" ont  déjà eu leurs peaux criblées de balles. N'offrons pas en plus  leurs plumes athées et insoumises. Continuons de rire des autres et de soi.

       *  Merci à Libération d'avoir publié un extrait de ce texte.

        * Dieu ne répond pas à son courrier. "Lettre à un personnage de fiction : Dieu;" paru en février 2014 dans Faits Religieux.

         Un texte reparu ici.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Élections italiennes : après Draghi, l’extrême droite
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal
Le renseignement de sources ouvertes, nouvel art de la guerre d’Ukraine
La collecte et l’analyse des traces numériques laissées par les combats qui font rage en Ukraine peuvent-elles avoir une incidence sur le déroulement du conflit ? La guerre du Golfe avait consacré la toute-puissance de la télévision, celle d’Ukraine confirme l’émergence de l’Open Source Intelligence (OSINT).
par Laurent Geslin
Journal
« Bloc syndical » policier : un mariage scellé par Alliance et béni par Darmanin
Treize syndicats de police ont annoncé leur rapprochement en vue des prochaines élections professionnelles. Mercredi, à la Bourse du travail de Paris, le ministre de l’intérieur s’est félicité de cette union née à l’initiative d’Alliance, une organisation très ancrée à droite.
par Pascale Pascariello
Journal — Terrorisme
Tuerie à la préfecture de police : « J’ai eu l’impression qu’il était possédé par le diable »
Mickaël Harpon se considérait comme frappé par une triple peine : handicapé, agent (administratif et non policier) et musulman. À l’issue d’une nuit folle où il s’imagine dialoguer avec Allah, l’informaticien de la direction du renseignement de la préfecture de police de Paris va tuer quatre collègues.
par Matthieu Suc
Journal — Discriminations
Discrimination des femmes : la Défenseure des droits met un carton rouge à l’Olympique lyonnais
Dans une décision dont Mediacités révèle la teneur, l’autorité indépendante, saisie par une ancienne joueuse, reproche à l’OL de ne pas respecter « les principes fondamentaux de non-discrimination fondés sur le sexe » et « la protection de l’intérêt supérieur des jeunes filles mineures ». Tout le football français est concerné.
par Justin Boche (Mediacités Lyon)

La sélection du Club

Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org