Hors série 4 - Les chauffards, ces héros !

On entend partout des contre-vérités ou des explications partielles. C'est pourquoi j'ai créé quelques fiches pratiques. Chacune traite d'un seul sujet et l'explique de façon très synthétique et claire.

Ce blog n'a pas pour ambition de traiter l'actualité à chaud. Il est d'abord là pour faire de l'éducation au sens général et surtout sur le long terme. Cependant, ce 23 janvier 2019, est mise en lumière une information qui est en elle-même de l'éducation tant son message est orienté et erroné.

A la une d'un quotidien que je ne lis pas mais que je paye quand même... et que ses lecteurs payent 2 fois (voir l'explication ici : Enfumage lexical - Terme 5 : la presse gratuite), le coût exorbitant de la casse des radars : plus de 500 millions d'euros. Les radars rapportant environ 1 milliard d'euros par an à l’État, cela fait donc une perte de recettes d'au moins 500 millions. Je pense que jusqu'ici vous ne voyez pas la supercherie car en effet pour l’instant il n'y en a pas. Celle-ci arrive juste après, dans l'analyse des conséquences de cette information que font les journalistes dits indépendants.

On nous apprend que, à cause de cette perte, il y aura moins d'argent pour entretenir les routes. Alors, afin que notre beau pays puisse avoir les routes les mieux entretenues du monde, je me permets de lancer un appel à tous les automobilistes : appuyez sur le champignon ! Dès que vous voyez un radar, accélérez afin de vous faire flasher et ainsi permettre de bien entretenir nos routes. Et surtout n'en ayez pas honte car sans vous, nous ne pourrons bientôt plus rouler dans de bonnes conditions. Nous comptons sur votre incivilité, et même sur votre dangerosité à utiliser votre véhicule pour avoir les moyens financiers d'entretenir notre patrimoine routier.

Question : comment faisait-on pour entretenir nos routes quand il n'y avait pas de radars ? Déjà, on avait un service public qui les entretenait et pas des entreprises privées. Or on le sait, le privé coûte toujours plus cher que le public (voir cet article pour plus d'explications : Fiche pratique 2 : différences entre public et privé). Mais en plus, on utilisait l'argent dans des choses concrètes au lieu de le dilapider dans les paradis fiscaux par l'intermédiaire des actionnaires. Il n'y avait pas le CICE qui nous prive de 40 milliards par an, l'évasion fiscale qui nous coûte aujourd'hui plus de 100 milliards malgré les efforts surhumains que font nos divers gouvernements pour "lutter" contre, au lieu de payer des chômeurs on payait des agents publics dont le nombre va encore diminuer dans les prochaines années, les dividendes qui détournent en moyenne 60% des bénéfices des entreprises... Et j'en passe comme la fin de l'ISF (qui rapporte 4 fois plus que les radars), la flat tax et autres...

Bref, quand on désinforme de la sorte et qu'on se fait ensuite taper dessus lors des manifestations, il faudrait bien avoir conscience que ce n'est pas la profession de journaliste qui est attaquée par les manifestants, mais ceux qui la bafouent.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.