Nestor Romero
Enseignant... encore un peu
Abonné·e de Mediapart

244 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 mai 2019

¡ Adios Pablo ! ¡Salud Kichi !

Podemos, mené par Pablo Iglesias, vient de subir une catastrophique défaite aux dernières élections européennes, municipales et régionales qui, en Espagne, se déroulaient simultanément dimanche dernier. José María Gonzalez, « Kichi », maire de Cadix, est le seul membre de Podemos réélu, et ceci brillamment. Comment se fait-il ?

Nestor Romero
Enseignant... encore un peu
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Kichi élu © Europa Press

La question se posait voici déjà quelque temps : Est-ce la fin de Podemos ? La réponse, depuis dimanche ne fait plus guère de doute : oui, Podemos c’est fini. En tout cas le Podemos libertaire qui avait pu porter nos espoirs, celui du 15-M et de la « revolución ética », celui qui dénonçait la « casta » sur tous les tons, celui qui prônait la cohérence entre le discours et les actes, ce Podemos n’est plus.

J’ai raconté, ici, et là, les événements qui ont conduit à ce marasme, je n’y reviendrai donc pas sinon pour souligner que, outre le « verticalisme léniniste » instauré par Iglesias et quelques proches, outre la rivalité des egos entre les deux ex-copains Pablo et Íñigo (Errejón), l’épisode de l’achat de la hollywoodienne villa à 600 000 euros par Iglesias et sa compagne Irene Montero a été sans doute le tir dans la nuque d’une organisation déjà moribonde.

Kichi avait été, à ce moment-là, la seule personnalité de Podemos à faire part publiquement de son « indignation » et à rappeler dans une lettre ouverte à Juan Carlos Monedero ( indéfectible soutien de Iglesias) que le code éthique de Podemos n’était pas une simple formalité, que c’était une garantie pour que nous vivions comme les gens ordinaires, même si, quand on est connu, ce n’est pas facile. Et, en effet, il a continué à vivre dans son 40 m² de currante (travailleur) comme il dit, dans le quartier où il est né.

Certes, ce n’est pas là l’unique raison de la réélection pour ainsi dire triomphale de Kichi qui frôle la majorité absolue avec 13 sièges (+3) sur 27 car il a beaucoup fait pour les plus démunis, pour les enfants qui maintenant peuvent manger correctement à l’école comme pendant les vacances grâce à la municipalisation des services privatisés par la droite qui régna pendant 35 ans à Cadix, tout cela en réduisant substantiellement la dette laissée par cette même droite. Il ne fait cependant aucun doute que sa cohérence (à l’inverse de l’incohérence pabliste) pour ainsi dire stoïcienne et joyeuse dans son mode de vie et son action politique a été déterminante.

Signe de cette cohérence, il entame ce second mandat en invoquant à nouveau les mânes de Fermín Salvochea (1842-1907), ancien maire anarchiste de Cadix et président du « Cantón » lors de l’insurrection Cantonaliste de 1873-1874. En 2015 pour exprimer le sens de son mandat il avait tout simplement remplacé dans le bureau du maire, son bureau désormais, le portrait du roi Juan Carlos par celui de Fermín Salvochea.

Pablo défait © PODEMOS

Cohérence donc, qui dans un parti démocratique exigerait, après de tels revers, Podemos en Espagne, la FI en France, pour le moins la démission des deux principaux dirigeants, Iglesias là-bas , Mélenchon ici.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Défense
Néonazis dans l’armée : l’insupportable laisser-faire du ministère
Un militaire néonazi, dont le cas avait été évoqué il y a huit mois par Mediapart, a été interpellé en novembre par des douaniers. L’armée, elle, ne l’avait sanctionné que de vingt jours d’arrêts. Ce cas pose une nouvelle fois la question de la grande tolérance de l’institution vis-à-vis de militaires fascinés par le Troisième Reich. D'autant que Mediapart a encore découvert de nouveaux cas.
par Sébastien Bourdon et Matthieu Suc
Journal — Gauche(s)
Union des gauches : Hidalgo et Montebourg tentent de rebattre les cartes
La candidate du PS et le candidat de la Remontada à la présidentielle ont appelé, dans la journée, à une candidature commune à gauche, en offrant de se retirer. Les pressions en faveur de l’union ainsi que les mauvais sondages expliquent aussi ce retournement. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Droite
À droite, mais à quel point ? Valérie Pécresse sommée de placer le curseur
La candidate LR à l’élection présidentielle est confrontée à une double injonction : retenir les électeurs d’Éric Ciotti, tentés par un basculement à l’extrême droite, sans rebuter pour de bon la droite « modérée » qu’embrasse Emmanuel Macron. Le premier défi de sa campagne. Et le principal ?
par Ilyes Ramdani
Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille
Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot