Nestor Romero
Enseignant... encore un peu
Abonné·e de Mediapart

244 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 nov. 2019

Espagne: après Pablo Iglesias, Kichi, le maire de Cadix, déménage

On se souvient du tollé soulevé par la maintenant fameuse et toujours luxueuse villa acquise par Iglesias et sa compagne Irene Montero. A leur tour, le maire de Cadix José María Gonzalez, Kichi, et sa compagne Tersa Rodriguez déménagent. Mais pas tout à fait de la même manière.

Nestor Romero
Enseignant... encore un peu
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Kichi y Teresa

On n’en revenait pas. Après avoir, pendant des années vilipendé la caste et prôné le précepte gramscien selon lequel les « intellectuels organiques », détenteurs du savoir, se donnant pour mission de construire une nouvelle « hégémonie » prélude à la prise du pouvoir par « la gente », ces gens qui ne disposent pas (encore) de ce savoir, c’est-à-dire de ce pouvoir, ces intellectuels donc se doivent de partager les conditions de vie de cette « gente », de ces gens, de ces dominés.

Et voici que le plus adulé de ces savants, Pablo Iglesias, un beau jour fait l’acquisition d’une somptueuse villa dans une proximité huppée de Madrid. On s’en souvient, c’est raconté ici et , cela provoqua quelque stupéfaction parmi « la gente » justement.

On se souvient également que la première et peut-être la seule personnalité d’importance au sein de Podemos qui prit publiquement la plume et la parole pour rappeler que le code éthique du parti approuvé à l’unanimité n’est pas une simple formalité mais l’engagement à vivre comme les gens ordinaires de manière à pouvoir les représenter effectivement dans les institutions… fut le maire de Cadix, José María González, Kichi.

Et voici, informe le « Diario de Cadiz », que Kichi, brillamment réélu maire, et sa compagne Teresa Rodriguez, députée au parlement régional andalou, déménagent à leur tour mais de façon bien différente.

En effet, raconte le quotidien régional, la famille s’étant enrichie d’un nouvel enfant va vivre désormais toujours dans le même quartier populaire de La Viña où est né Kichi, dans une demeure un peu plus grande mais dont la superficie est inférieure à la moyenne des maison de Cadix, c’est-à-dire inférieure à 80 m². Bref rien à voir avec une somptueuse villa de 700 000 €.

En outre le quotidien confirme que Kichi, professeur dans le secondaire, tient sa promesse de se contenter d’un salaire d’enseignant et qu’il a au cours de son premier mandat distribué quelque 70 000 € à différentes structures sociales de la ville.

Conclusion : comme on peut le voir sur cette vidéo Kichi aime chanter en particulier dans un de ces groupes typiques de Cadix que l’on nomme « comparsas ». Ici il chante lors de sa première campagne électorale une chanson qui dit ceci : « Si un jour je suis maire de Cadix, je serai un maire comme Salvochea ».

Kichi celebrando que el cambio llegue a Cádiz © Teresa Rodríguez

Oui, comme Fermín Salvochea (1842-1907) l’ancien maire anarchiste de Cadix et Président du « Cantón » lors de l’insurrection cantonaliste de 1873-1874 qui, lui aussi, distribuant aux plus pauvres la fortune héritée de ses parents, était demeuré fidèle à ses principes. C’est pourquoi son portrait a remplacé dans le bureau du maire actuel celui du roi.

Le respect des principes n’est pas si courant en politique pour ne pas être souligné. En Espagne cette attitude est qualifiée de « Honra » mot difficilement traduisible qui amalgame honneur, honnêteté, droiture, mot historique qui fut prononcé à Cadix lors de la révolution libérale de 1868 dite « La Gloriosa » (qui détrôna la reine Isabel II) dans une proclamation fameuse se concluant par l’exclamation : ¡Viva España con Honra !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et le collectif Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat