NON au départ de Vingtras !

Le mot trollisme est bien dénaturé depuis l’avènement du réseau social (pris dans son acception la plus enthousiasmante, celle des origines). Soit une sorte de quaternaire de notre époque "moderne", qui veut aller à 400 à l’heure sans en avoir le moteur. Et ne découvre que maintenant la nécessité de lever le pied du champignon… et le nez de son quant-à-soi.

Désigner certains contributeurs comme des trolls ne m’intéresse pas, on n’est pas sur Facebook (enfin, je crois). Ayant eu l’honneur de cette épithète à ma grande stupeur, je ne ferai à personne le plaisir de lui renvoyer l’ascenseur.

La seule chose qui importe est le constat que cette soudaine prolifération de mauvais esprits affecte un blog de la plus haute tenue qui soit sur Mediapart. Celui de Vingtras en l’occurrence, dont le billet intitulé "L'imprégnation sournoise" a donné lieu à une empoignade qui a sidéré après coup  jusqu’à ses participant.e.s. De Jean-André Chérasse, on ne pouvait s’attendre à une autre réaction qu’un "Halte au feu !" salutaire… Sauf qu’il envisage une position personnelle bien plus radicale que la fermeture de son dernier article aux commentaires.

C’est-à-dire, avec l’intransigeance qui le caractérise : faites sans moi, j’ai encore d’autres choses qui m’occupent ailleurs. Rappelons que parmi ces modestes "choses" figurait récemment le deuxième tome des 72 Immortelles, ouvrage de référence sur la Commune de Paris, une période de notre Histoire qui ne croule pas sous une avalanche de documentation.

Dans un jour pas très éloigné, cet épisode pourrait bien avoir enfanté 72 samedis de mobilisation des Gilets jaunes. Je prie instamment les ricaneurs professionnels de s’abstenir de se sortir les doigts des narines pour la circonstance. Autrement dit, d’ignorer délibérément ce billet d’humeur (tout comme bien d’autres, au demeurant).

Il y a belle lurette que j’ai renoncé à communiquer avec des contributeurs bloqués sur leur misérable haine du peuple. Désolé, pas moyen de le dire autrement… j’éviterai cependant de tirer à boulets rouges sur certaines personnes dont les écrits m’intéressaient avant novembre 2018. Ils ne se reconnaîtront pas, ils ne lisent plus qu’eux-mêmes. A l’exception de quelques incursions en territoire ennemi, forcément ennemi, au gré de leurs aigreurs stomacales du moment.

Que Vingtras renonce à tenir son blog ici, et je pense que je ne serai pas le seul à le suivre. Il n'existe pas d'avenir à  Mediapart si les nuisibles, dont quelques-uns ont oublié qu’un jour ils surent écrire, ne se calment pas. De la manière qui leur conviendra… parce que nous ne pouvons plus rien pour eux.    

Jean s’il vous plaît, restez ! Au moins le temps d’assister à la levée de boucliers contre une telle aberration que votre absence en ces lieux…

La photo ci-dessous était destinée à Vent d’Autan (qui pour sa part saura toujours écrire). Je vous la dédie également, JAC. Ne prêtez aucun crédit à l’assertion du carton bricolé… vous pouvez enlever deux zéros puis multiplier par deux. On s’en fout , les medias parlent d’essoufflement depuis le 4ème acte. Et nous de Fraternité et de Lutte depuis le début.

(accessoirement, sur mon gilet jaune remplacé de frais il y avait "Gvt" devant "tout naze"...)

img-2502

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.