A. NIBAL
lecteur
Abonné·e de Mediapart

65 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 juil. 2019

La trouille, valeur collective

La trouille du futur transpire. Au travers d’une certaine forme d’éditorialisme à sensation, soit les trois quarts de la scribouillardise écrite, tapuscrite ou webuscrite d’aujourd’hui, on pourrait presque la sentir par tous les pores de nos peaux, si éprouvées récemment par un nouvel inconfort auquel il faut désormais… se résigner ? Certainement pas !

A. NIBAL
lecteur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Epoque-charnière, ou avant-goût de charniers auxquels des vautours sans scrupules aimeraient nous accoutumer ?  

Sur beaucoup de sujets brûlants d’aujourd’hui, la même question revient… que pouvons-nous faire ? Non pas  y faire, qui serait la marque d’une abdication, mais bien réaliser, dans l’action concrète. Premier pas : prêter l’oreille ailleurs qu’en notre petite bulle, tribu, parti, ou cellule familiale, nous démontre que l’indifférence (non sans beaux discours pour s’en dédouaner) n’est le fait que des pouvoirs.

Une complaisance orientée voudrait instiller la réalité (??!!) d’une bonne volonté de nos gouvernants, en fait dé-fi-ni-ti-ve-ment périmés, à dégager, puants bien avant la date de péremption officielle. Bullshit, comme dirait le plus con d’entre eux, jaune au sommet mais foie-jaune de la racine des cheveux à la pointe des orteils !

Inutile d’épiloguer sur leur obsolescence à peine programmée. Qu’ont-ils fait ? Nib de nib, sauf trois ou quatre raouts mondains à l’année, où l’on se concerte entre… puissants ? T’as rêvé mon Jupi, retourne téter ta mère, mes respects à vous Madame Noguès.

Des voix s’élèvent. Oui, et ensuite ? Les combattant.e.s pour un avenir possible (génération quoi ? Z’, ou faut-il réinventer notre alphabet ?) se font gazer et éjecter manu militari d’un pont où le sit-in, pas loin d’un demi-siècle après sa pacifiste naissance, n’est plus qu’une entrave à la libre circulation… dites-moi que je rêve, ou ne me dites rien. Tou.te.s ou presque sont des jeunes. "Nos" jeunes, ceux et celles que nous avons aidé à grandir, et que nous n’accompagnons plus assez.

Pendant ce temps-là, certains s’écharpent sur la légitimité d’une Greta Thunberg en tant que porte-étendard de la sauvegarde de notre planète. Notre planète chérie, entendons-nous et je le proclame, tellement nous ne la méritons plus. J’ai des larmes aux yeux quand j’extrapole l’avenir de ma dernière petite-fille, mais sans doute ai-je la larme facile.

Mon espoir ? Nous, communauté qui réfléchit, s’empoigne et se balance dans les gencives parfois édentées (je parle de moi) quelques vérités dont aucune n’est totalement à jeter. Il y en a forcément d’autres du même genre, ne reste qu’à trouver le principe synergétique. Nous en avons les moyens, contrairement à ceux qui prétendent régir nos vies de bambins ou d’ancêtres qui " jusqu’à nouvel ordre" ne seront plus des électeurs et électrices…

De la même manière que cet article, qui m’a touché au-delà de toute rationalisation. Il contient des propositions que tout un chacun peut mettre en œuvre. A commencer par un boycott, résolu et définitif , des sources dont nous usons en dehors de nos canaux habituels d’information.

J’ajouterai ceci, pas assez lu, mais "le bonhomme" (pardon à qui de droit de cette familiarité) en a l'habitude et ne s'en offusque pas...

https://blogs.mediapart.fr/berthe-dominique-henri/blog/290719/procrastination-et-rechauffement-climatique 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Covid : en laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique, soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal
Aux jeunes travailleurs, la patrie peu reconnaissante
Dans la droite ligne de 40 ans de politiques d’insertion des jeunes sur le marché de l’emploi, le gouvernement Macron s’est attelé à réduire « le coût du travail » des jeunes à néant. Selon nos invités, Florence Ihaddadene, maîtresse de conférences en sociologie, et Julien Vermignon, membre du Forum français de la jeunesse, cette politique aide davantage les employeurs que les jeunes travailleurs et travailleuses.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier