Nicole Péruisset-Fache
Chercheure en sciences humaines indépendante, poétesse
Abonné·e de Mediapart

305 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 juil. 2019

Nicole Péruisset-Fache
Chercheure en sciences humaines indépendante, poétesse
Abonné·e de Mediapart

Le sieur de Rugy en martyr de la République irréprochable

La politique est chose trop sérieuse pour la confier à d'anciens enfants rois

Nicole Péruisset-Fache
Chercheure en sciences humaines indépendante, poétesse
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le sieur de Rugy en martyr.

Ainsi, sur Twitter, le sieur de Rugy écrit qu’il pense aux mots de Mitterrand après le suicide de Bérégovoy. Mitterrand aurait alors dit que son ministre avait été « livré aux chiens ». Le sieur de Rugy, en martyr de la République irréprochable, nous ferait-il du chantage au suicide ? Quel sens de l’honneur ! Qui sont les chiens ? Le bas peuple que nous sommes ? Les journalistes de Mediapart ? Le chien est un merveilleux compagnon, brave et fidèle (j’ai des chiens depuis plus de quarante ans). En tout cas, il était temps que les chiens arrêtent la caravane, et mettent un terme à ces honteuses dérives. Que les chiens ne se laissent pas intimider par le Président de la République qui, roi de l’insinuation comme toujours (la meilleure défense, c’est l’attaque), insinue qu’ils pratiquent la délation ! Retournement des mots : selon cette définition, la délation consisterait à établir la véracité des faits et à les rendre publics. La politique consisterait-elle donc désormais à bousculer Monsieur Larousse et à mettre ses définitions cul par-dessus tête ? A jeter de la boue sur les autres, on se salit les mains, et en l’occurrence, ce ne sont pas les journalistes qui ont les mains sales.

Le sieur de Rugy expose sans honte et sans pudeur la bassesse de son personnage, bouffi d’orgueil, sûr de son bon droit à dépenser l’argent de la République (voir l’article de blog de Paul Cassia, Les homards du président de Rugy, expression de sa souveraineté, 15 JUIL. 2019 PAR PAUL CASSIA), c’est-à-dire celui de ses concitoyens, comme bon lui semblait (réceptions privées aux vins fins que dans sa grande générosité il ne boit pas, cela lui donne mal à la tête, homards que dans sa grande générosité il ne fait servir qu’à ses invités puisqu’allergique il n’en mange pas, chauffeurs multiples pour convenances personnelles, indemnités parlementaires servant à financer son parti politique, autrement dit à acheter ce parti  contre bons et (dé) loyaux mandats, et déduites de ses impôts s’il vous plaît, il n’y a pas de petites économies, et tout ce qu’on ne sait pas), infantile dans sa folie des grandeurs et ses réactions à l’opprobre qu’il a lui-même suscité.

Voilà où on en arrive avec ceux qui furent en toute probabilité des enfants-rois ! Ils se croient tout permis, tout leur est dû, rien n’est trop beau pour eux.

Que le sieur de Rugy retourne à ses chères études (du moins celles qu’il ne semble pas avoir faites) et continue d’essayer d’épater sa galerie et sa Lady Gala dans l’ombre. Il ne manquera pas à la transition écologique dont il n’avait nullement cure d’ailleurs.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Shtar Academy » : sortie sous haute surveillance d’un album de rap enregistré par des détenus
Ce projet musical unique en son genre a permis à quatre détenus de la prison de Fresnes de travailler avec les plus grands noms du rap français. Un projet de réinsertion qui pourrait subir le contrecoup de la polémique déclenchée cet été autour d’une course de karting.
par Yunnes Abzouz
Journal
Pénurie de places en lycée technologique : des élèves « oubliés » ou forcés de redoubler
Des centaines d’élèves se sont retrouvés sans affectation à la rentrée, en particulier dans les classes STMG, filière négligée par les autorités depuis des années. Alors que des lycéens n’ont toujours pas d’établissement, le mutisme du rectorat nourrit un sentiment d’abandon.
par Névil Gagnepain (Bondy Blog)
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac
Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza
Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze
Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière