Nicole Péruisset-Fache
Chercheure en sciences humaines indépendante, poétesse
Abonné·e de Mediapart

301 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 déc. 2019

Nicole Péruisset-Fache
Chercheure en sciences humaines indépendante, poétesse
Abonné·e de Mediapart

L'honneur du peuple français

Face aux oligarchies prédatrices qui bafouent les lois que pourtant elles édictent, face à la République du déshonneur, notre peuple a raison de résister. Il suit en cela une longue histoire où se jouent son honneur et sa vie.

Nicole Péruisset-Fache
Chercheure en sciences humaines indépendante, poétesse
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’honneur du peuple français

 L’affaire Delevoye démontre maintenant qu’Emmanuel Macron, Président de la République et, à ce titre, garant de la Constitution, a considéré avec beaucoup de légèreté les devoirs qui lui incombent en la matière, ainsi que le montre Paul Cassia dans l’article de blog ci-contre :

L’insoutenable légèreté de la déontologie selon Jean-Paul Delevoye

16 DÉC. 2019 PAR PAUL CASSIA

 Mais les manquements du Président de la République ne s’arrêtent pas là. Comme le précise l’alinéa 5 de l’article 2 du Titre premier de la Constitution, le principe de notre République s’énonce comme « le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple ».

 Titre premier - DE LA SOUVERAINETÉ

ARTICLE 2.

La langue de la République est le français.

L'emblème national est le drapeau tricolore, bleu, blanc, rouge.

L'hymne national est « La Marseillaise ».

La devise de la République est « Liberté, Égalité, Fraternité ».

Son principe est : gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple.

 Or la politique conduite par le Président et son équipe ne s’énonce pas du tout de la même façon, elle se présente de plus en plus chaque jour comme le gouvernement de l’oligarchie, par l’oligarchie, pour l’oligarchie, suivant en cela le modèle américain qui plaît tant à notre jeune président, modèle que Thomas Piketty et Joseph Stiglitz ont bien repéré, ainsi qu’en témoignent leurs derniers ouvrages, Capitalisme et idéologie (Piketty, 2019) et Peuple, Pouvoirs et Profits (Stiglitz, 2019), puisqu'il faut comprendre qu'aux Etats-Unis, (dont la Constitution établit aussi que le gouvernement du peuple se fait par le peuple pour le peuple), il s’agit en fait d’un gouvernement du 1% par le 1 % pour le 1 %, c’est-à-dire les ultra-riches, les milliardaires, ceux qui financent dans une gabegie sans nom les dépenses électorales, ceux que notre président érige en modèles pour les jeunes.

Nous n’en sommes peut-être pas encore tout à fait là, raison de plus pour que nous nous en mêlions. Car la démocratie, ce n’est pas seulement mettre un bulletin de vote dans une urne à échéances répétées et ainsi donner un blanc-seing aux candidats élus comme ils le croient. La démocratie, c'est aussi prendre son destin en main et résister à tous les abus. Souvenons-nous que notre démocratie est toute neuve : elle n’existe (sur le papier) que depuis avril 1945 et le droit de vote des Françaises, réduites au silence avant cette date. Elles ne se laisseront plus réduire au silence, Messieurs les oligarques.

Les manifestants et manifestantes des rues de France, tout riens qu’ils soient / que nous soyons aux yeux d'E. Macron, ont bien compris les enjeux des dernières réformes et, non seulement ils refusent ce saccage des retraites destiné à les transformer un peu plus en esclaves-cochons de payants, mais encore ils refusent toute la politique dévastatrice de reniement du Programme national de la Résistance dont il restait quelques bribes et dont il reste au moins pour le moment encore la Sécurité Sociale, politique aux mains d’une oligarchie qui vit en apesanteur quand la majorité de nos concitoyens se débat dans les difficultés matérielles et morales de tous ordres et devrait maintenant se préparer à n’entrevoir qu’une vieillesse dans le dénuement, la misère, le manque, sauf à avoir versé des cotisations mirobolantes à des assurances qui peuvent aussi bien mettre la clé sous la porte (souvenons-nous de la crise financière de 2008 qui a ruiné bien des retraités américains) tandis que de nombreux jeunes dans la force de l'âge ne trouvent pas d’emploi, ou du moins pas d’emploi à la hauteur de leurs qualifications, même en traversant la rue. Alors ces derniers devront-ils travailler jusqu’à la mort pour pouvoir glaner quelques points de retraite sans pour autant en fin de compte avoir droit à quoi que ce soit ? Car d'ici là, leurs droits auront encore été bien rabotés si nous ne faisons rien. Est-ce cela le nouveau monde de M. Macron (rappelons-nous aussi toutes les arnaques historiques sur lesquelles se sont construits « le Nouveau-Monde », « l’Amérique », le « rêve américain ») ?

Non seulement nos députés votent les lois, bien souvent dans leur intérêt propre, mais ensuite ils font comme s’ils ne les connaissaient pas et ne les respectent pas ! N’est-ce pas, M. Delevoye ?

Si nos élus sont en train de s’enfoncer dans la République du Déshonneur, notre peuple au contraire, depuis 1945, puisque c’est une date qui ne déplaît pas à Edouard Philippe, lequel prétend que la réforme des retraites s’inspire du Conseil national de la Résistance (CNR), nous a montré le chemin de l’honneur. La fille de FFI et belle-fille de FNFL que je suis est fière de le souligner. C’est bien aux Résistants que nous devons d’avoir œuvré à libérer la France, d’avoir œuvré à la construction d’un monde meilleur, d’avoir dès 1944 avec la Déclaration de Philadelphie préfiguré un monde du travail plus juste, au prix de tous les dangers, au prix de leur vie pour certains. 

C’est tout à l’honneur de nos travailleurs et de nos travailleuses, aujourd'hui, de résister aux manipulations et aux mensonges. Ils sont ceux et celles qui produisent, honnêtement, depuis des siècles, dans des conditions terribles parfois, la richesse de ce pays sans chercher à gagner des millions, ce sont eux la richesse de ce pays. Sans eux, l’oligarchie n’est rien. Ce sont eux, les résistants de toujours, qui représentent l’honneur de la République et de la France.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Au Royaume-Uni, la livre sterling tombe en ruine
En campagne, la première ministre Liz Truss avait promis le retour aux heures glorieuses du thatchérisme. Trois semaines après son accession au pouvoir, la livre s’effondre et la Banque d’Angleterre est obligée d’intervenir. Premier volet de notre série sur le chaos monétaire mondial.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85