Observatoire international des prisons - section française
Organisation non gouvernementale de défense des droits et de la dignité des personnes détenues
Abonné·e de Mediapart

298 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 mars 2016

Sexualité en prison : petits arrangements entre détenus

Sexualité et prison 12/14 - Derrière les barreaux, entre une intimité impossible dans des cellules surpeuplées et l'absence d'UVF qui condamne à des rencontres furtives aux parloir, les détenus mettent en place des stratégies pour tenter, tant bien que mal, de vivre leur sexualité. Extraits de témoignages.

Observatoire international des prisons - section française
Organisation non gouvernementale de défense des droits et de la dignité des personnes détenues
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un détenu dans une cellule collective © CGLPL

« À une époque, j’étais dans une cellule de cinq personnes, on était entassé. Les codétenus avaient mis en place une organisation spéciale. Chacun pouvait avoir la cellule pour lui tout seul pendant quelques heures. Ils m’ont dit : “ Tu ne fais pas n’importe quoi en cellule, interdit d’avoir des pulsions la nuit, etc. En revanche, une fois dans la semaine, on te laisse tout seul et tu fais ce que tu veux, on ne veut rien savoir.” Pendant que les autres partaient en promenade ou en activité, tu pouvais te laver, fumer, te faire du bien… Tu ne devais simplement pas toucher aux affaires des autres. Ce qui se passait dans la cellule ne regardait que soi. On savait quand le surveillant allait passer, on mettait un truc à notre fenêtre et on se faisait plaisir. Ou au moins de temps en temps. C’était un bon arrangement. Le problème c’est que quelques fois c’était difficile, il y en avait toujours un qui pétait un plomb et qui voulait rester dans la cellule… »


« Au parloir, on s’arrangeait entre détenus pour que ceux qui recevaient leur parents ou leurs enfants se placent devant, et ceux qui recevaient leur copine se mettent à la fin de la queue, pour être au bout du couloir... Jusqu’au jour où les surveillants ont compris, et ont commencé à nous placer. »

Ces textes sont issus de la revue trimestrielle Dedans-Dehors, éditée par l'Observatoire international des prisons. Pour les citer : Observatoire international des prisons, Dedans-Dehors, n°90, décembre 2015, pp16-17. Pour vous abonner à la revue papier, c'est ici.

Les autres billets de la série "Sexualité et prison" :

"Sexualité en prison : la grande hypocrisie" (1/14)

De surveillante de prison à femme de détenu (2/14)

Au coeur des parloirs intimes (3/14)

"Le premier parloir intime, c'est comme aller à sa première boum" (4/14)

De la frustration sexuelle à l'incapacité à se réinsérer (5/14)

Sexe en prison : le plaisir empêché (6/14)

Etre homo en prison (7/14)

Le corps des femmes sous contrôle (8/14)

En prison, il y a une perte de libido considérable (9/14)

Contre la misère affective, des prisons mixtes ? (10/14)

Le couple à l'épreuve de la prison : témoignages de femmes de détenus (11/14)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal — Éducation
« On veut comprendre pourquoi le collège n’a rien fait »
Près d’un mois après le suicide de Dinah, 14 ans, ses parents ont déposé plainte pour « harcèlement » et accusent le collège de non-assistance à personne en danger. Plusieurs témoins dénoncent la passivité de l’établissement. La direction dément tout dysfonctionnement.
par David Perrotin
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal
Étudiants précaires : une petite prime et des bugs
Plutôt que de réformer le système des bourses, le gouvernement a décidé d’accorder une prime inflation de 100 euros aux étudiants boursiers. Les serveurs du Crous n’ont pas tenu le choc, les bugs se sont multipliés et nombre d’étudiants n’ont pas pu faire leur demande dans les délais.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau