Observatoire international des prisons - section française
Organisation non gouvernementale de défense des droits et de la dignité des personnes détenues
Abonné·e de Mediapart

298 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 nov. 2021

Incendies en prison : « L’institution carcérale génère ces réactions extrêmes »

Sur les 900 feux de cellule qui se déclarent chaque année, la majorité sont allumés volontairement. Selon les spécialistes, la prison, dans son fonctionnement et son essence même, favorise ces réactions extrêmes.

Observatoire international des prisons - section française
Organisation non gouvernementale de défense des droits et de la dignité des personnes détenues
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

par Charline Becker et Laure Anelli de l'Observatoire international des prisons-section française. Dossier "Incendies en prison", 4/6.

Maison d’arrêt de Villepinte, 23 juin 2020. Un homme met le feu à son matelas. « C’est un type qui n’avait pas de papiers, pas de famille en France, pas de revenus, il était très isolé. On lui a confisqué son portable à la suite d’une fouille de cellule. La règle c’est la règle, mais le problème avec les “indigents”, c’est que quand on leur retire le peu qu’ils ont, ils vont très mal », explique une personne travaillant dans l’établissement(1). L’homme décédera quelques heures plus tard des suites de cet incendie. Maison d’arrêt de Fleury-Mérogis, août 2021. Surpris avec un téléphone portable à l’issue d’un parloir avec sa compagne, un homme est placé à l’isolement, tant pour motif sanitaire – les contacts, y compris par objet interposés, sont interdits – que disciplinaire. Leur droit de visite est suspendu. Transféré sans effets personnels ni tabac, il met le feu à sa cellule quelques minutes plus tard. Il se trouve actuellement dans un coma prolongé au service des grands brûlés.

Au-delà de leur caractère dramatique, ces histoires sont emblématiques des situations qui, parties d’un incident qui pourrait sembler ordinaire en détention, peuvent amener une personne détenue à déclencher un feu de cellule. Dans son référentiel des pratiques professionnelles relatif à la sécurité incendie, l’Administration pénitentiaire invite à une « vigilance particulière » en cas de conflit avec l’administration ou d’autres détenus, d’avis de décès, de permission de sortir refusée, de changement de cellule non accepté, de sanction disciplinaire ou de placement au quartier disciplinaire. Mais au-delà de ces facteurs conjoncturels, ce sont les causes structurelles de ces passages à l’acte qu’il convient de questionner. « L’institution carcérale génère, par sa nature répressive, des réactions extrêmes. Privé de liberté, privé d’autres moyens de transaction, les passages à l’acte sur soi ou sur autrui sont plus fréquents qu’en milieu libre », explique le Dr Kania, psychiatre en milieu pénitentiaire. Aussi, c’est la façon même dont est organisée la vie en prison, particulièrement dans les maisons d’arrêt, qui est à mettre en cause. Dans ces établissements, les personnes détenues, cloîtrées en cellule, sont placées dans une situation d’extrême dépendance vis-à-vis des surveillants, que ce soit pour se nourrir, vider leur poubelle, aller à la douche, se rendre en promenade, passer un appel à la cabine, consulter le médecin ou même simplement demander une cigarette à l’un de leurs codétenus. Des surveillants qui, faute de temps ou de bonne volonté, répondent parfois avec retard, voire pas du tout. « Cette dépendance permanente, l’impuissance et l’attente constante qui en résultent sont des facteurs de tension quotidiens »(2), relèvent les sociologues Antoinette Chauvenet, Françoise Orlic et Corinne Rostaing. Conjugués à l’impossibilité de s’expliquer ou d’être entendus, ils poussent les personnes détenues « à retourner contre soi ou contre autrui les problèmes qui ne peuvent être réglés », poursuivent-elles.

Des constats partagés par les professionnels de terrain. « Ces feux, ça répond à de la frustration, à de la colère. C’est toujours dans un lien de contexte : parce qu’on n’arrive pas à avoir ses cantines, qu’on a la sensation d’être pris pour un idiot… », observe ainsi Myriam, infirmière psychiatrique en milieu pénitentiaire. Le motif peut, au regard extérieur, paraître parfois futile. « On se dit “ce n’est pas possible de faire ça pour une cigarette”, mais c’est la répétition qui va être le catalyseur, poursuit Myriam. Ça va être le fait de demander une cigarette le matin, oubliée le midi, que le message soit mal transmis l’après-midi puis finalement refusé par un autre surveillant… et là, ça va déclencher quelque chose. » Aussi, pour cette professionnelle, « la plupart du temps, les gens ne veulent pas mourir quand ils font ça, au contraire. C’est le même principe que ceux qui vont tout casser dans leur cellule, ou qui vont l’inonder ». Pour d’autres professionnels cependant, la frontière entre acte contestataire et suicidaire paraît ténue. « Mettre le feu à sa cellule, sachant qu’on ne peut pas ouvrir soi-même la porte, que des gens sont morts comme cela… ce n’est pas rien comme acte. C’est le tout pour le tout, “écoutez-moi ou je meurs” », analyse le Dr Canetti, psychiatre en milieu carcéral. Pour lui, ne voir dans ces incendies qu’une dimension contestataire est réducteur : « Pour contester, ils sont prêts à mettre leur vie en danger, explique-t-il. Même si la pensée suicidaire n’est pas clairement élaborée au moment où ils le font, il y a un tel sentiment de désespoir, d’inutilité de la contestation, qu’ils se disent “autant être mort”. Et je dois dire que la prison est très bien faite pour donner ce sentiment de ne pas exister. En prison, vous êtes un numéro. Quand vous avez en face de vous des surveillants qui ne prennent pas au sérieux vos appels, qui ne vous répondent pas… ça vous conforte dans l’idée que vous n’êtes rien, que vous n’existez pas. »


Les troubles psychiatriques en question

S’il faut se garder de toute généralisation, une donnée néanmoins interroge : au moins neuf des vingt-et-une personnes décédées dans des incendies ces dernières années souffraient de troubles psychiques. Parmi elles, quatre étaient déjà passées par l’hôpital psychiatrique (ou devaient y être internées prochainement), et cinq avaient en outre déjà incendié leur cellule auparavant. Décédé en août 2018 à la prison de Fleury, D. était ainsi connu pour son instabilité et ses troubles du comportement. Dépressif, sous traitement, il s’était déjà mutilé avec des lames de rasoir à de nombreuses reprises. Il était également connu pour allumer des feux de mouchoirs sur le bord de sa fenêtre – comme il le faisait encore une heure avant sa mort.
Certains profils se révélaient même totalement incompatibles avec un maintien en détention – a fortiori avec un placement à l’isolement. C’était ainsi le cas d’Hamidi Bensouina, décédé à la prison de Douai en 2020. Hospitalisé en psychiatrie à plusieurs reprises, il n’avait, aux dires de l’administration pénitentiaire, « pas sa place en détention »*. Son parcours, jalonné par des dizaines de condamnations, était marqué par des aller-retours entre l’hôpital et la prison. Devenu indésirable dans les structures hospitalières, il l’était tout autant en détention, où il était décrit comme « ingérable ». Lors de sa dernière incarcération, un mois après son arrivée, il mettait une première fois le feu à son rideau de douche. Deux jours avant sa mort, un rapport cité par le journal Le Parisien alertait une « énième » fois sur la situation de ce détenu « dépourvu de toutes ses facultés mentales », estimaient ses auteurs. Le 8 novembre 2020, Hamidi périssait dans l’incendie de sa cellule**. Comme lui, Alexis, décédé à la prison de Roanne en 2020, n’avait pas sa place en détention. Diagnostiqué bipolaire depuis longtemps, déclaré irresponsable par un expert psychiatre, il avait été interné à l’hôpital, avant qu’un arrêté préfectoral ne le renvoie en prison. Placé au quartier disciplinaire, il décédera dans un incendie de cellule dans la nuit du 17 au 18 juillet 2020.
* « “Ingérable en détention” et “indésirable en psychiatrie” : chronique d’une mort annoncée en prison », Le Parisien, 11 avril 2021.
** Ibid. 


Découvrez les articles au sommaire de ce dossier sur les incendies en prison :


(1) OIP, « Incendie à la prison de Villepinte : un mort, et beaucoup de questions », juillet 2020.
(2) A. Chauvenet, C. Rostaing et F. Orlic, La violence carcérale en question, Presses universitaires de France, 2008.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et le collectif Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat