Olympe Du Bouge
Abonné·e de Mediapart

20 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 nov. 2013

Olympe Du Bouge
Abonné·e de Mediapart

André Gorz allait-il aux putes ?

André Gorz est surtout connu pour sa Lettre à D., déclaration d'amour tardive mais touchante à Dorine, celle qui a partagé sa vie pendant soixante ans. Il était journaliste, écrivain, philosophe et est devenu l'un des théoriciens de l'écologie politique. Il a écrit pour l'Express et le Nouvel Obs sous le pseudonyme de Michel Bosquet. Je suis aujourd'hui en mesure de vous délivrer un scoop sur la vie privée de Dr Gorz & Mr Bosquet : ce monsieur n'allait pas aux putes, bien qu'il ne fût pas tout à fait contre la prostitution.

Olympe Du Bouge
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

André Gorz est surtout connu pour sa Lettre à D., déclaration d'amour tardive mais touchante à Dorine, celle qui a partagé sa vie pendant soixante ans. Il était journaliste, écrivain, philosophe et est devenu l'un des théoriciens de l'écologie politique. Il a écrit pour l'Express et le Nouvel Obs sous le pseudonyme de Michel Bosquet. Je suis aujourd'hui en mesure de vous délivrer un scoop sur la vie privée de Dr Gorz & Mr Bosquet : ce monsieur n'allait pas aux putes, bien qu'il ne fût pas tout à fait contre la prostitution.

Cette breaking news, qui m'ôte à tout jamais une part de dignité intellectuelle, n'a bien sûr fait l'objet d'aucun recoupement et n'émane d'aucune source fiable. C'est une déduction exclusivement intellectuelle - et Dieu sait si l'intelligence et les sens divergent souvent - qui mériterait d'être entérinée par le principal intéressé.


André Gorz analyse la prostitution dans l'essai « Métamorphoses du travail. Quête du sens » (réédité sous le titre « Métamorphoses du travail. Critique de la raison économique »). L'ouvrage traite principalement d'économie ; il y définit le concept de « travail », retrace l'évolution historique du concept, interroge sur l'extension indéfinie de la sphère économique, critique cette « rationalité économique » dont les limites (du sens et du cadre) sont floues. L'ouvrage est passionnant et révolutionnaire, et il éclaire sur le sens global de nos existences.

L'analyse que fait André Gorz de la prostitution est à la fois économique, philosophique, quasi anthropologique. Il l'appréhende en fonction de sa légitimité économique (peut-elle être considérée comme un travail ? Peut-elle faire partie de la sphère économique ?), en fonction de considérations philosophiques (le « don de soi » peut-il faire l'objet d'un échange marchand ?) et même d'un point de vue anthropologique (la technicisation généralisée de notre société et donc de la prostitution ne pourrait-elle pas aboutir à la reconnaissance de la prostitution comme service marchand ?).

André Gorz dissèque tous les concepts, prend du recul sur tout, tente toujours d'offrir des explications globalisantes sans négliger les particularismes en jeu. Ainsi va-t-il procéder pour la prostitution.

La prostitution n'est pas un travail

André Gorz définit ce qu'est un travail au sens économique moderne comme une activité qui :

« a) crée de la valeur d'usage (la valeur d'usage procure un gain net de temps pour l'acheteur : il économise du temps pour lui-même en achetant l'activité) ;

b) en vue d'un échange marchand ;

c) dans la sphère publique ;

d) en un temps mesurable et avec un rendement aussi élevé que possible. » ( p.222)

Les quatre critères sont cumulatifs.

La prostitution crée de la valeur d'usage : « Le service rendu ne peut être obtenu par le client en aussi peu de temps, en qualité et quantité égales, de partenaires non rémunérés. » (p.234).

Là où le bât blesse pour la prostitution, c'est qu'elle s'exerce dans la sphère privée. Elle est un échange marchand « entre personnes privées se posant chacune dans sa singularité et se déroule dans la sphère privée ». (p.234) Le travail des prostituées est « destiné à des personnes particulières en vertu d'un lien personnel privé ».(p.224)

C'est une critique fondamentale chez Gorz (trop longue à détailler ici avec précision) car il considère tout travail comme un moyen de s'émanciper de l'enfermement dans la sphère privée, comme un moyen d'accession à la sphère publique, siège de « l'existence juridique de citoyens » (p.224), qui confère à l'individu « une réalité sociale publique » (p.225).

La prostitution n'entre donc pas dans la sphère économique à cause de son cantonnement à la sphère privée.

Avec les mêmes arguments, il est également très critique pour considérer les « travaux de serviteurs » (hommes et femmes de ménage, chauffeurs personnels, etc.) comme du « travail » (lire p.227).

L'échange marchand a pour objet un « don de soi » : non-sens philosophique

« Je me donne ou donne de moi pour être payé ; je monnaie ce don et le nie donc sans pour autant en être dispensé. Ces échanges marchands (..) portent sur ce que je suis sans pouvoir le produire (…). » (p.234) Gorz considère l'acte sexuel comme un « don de soi » et la prostitution comme un don dévoyé ; et par définition, un don ne peut faire l'objet d'un échange marchand, sinon il n'en est plus un.

Il refuse l'analyse selon laquelle la prostituée offrirait d'elle-même « seulement les gestes et les paroles qu'elle sait produire sans s'y impliquer » ; au contraire, elle offre « cela même qu'elle est sans simulation possible : son corps, c'est-à-dire ce en quoi le sujet est donné à lui-même et qui, sans dissociation possible, constitue le sol de tous ses vécus. Il est impossible de livrer son corps sans se livrer (...) » (p.238)

Une relation servile

André Gorz voit dans le rapport client-prostituée le rapport servile dans sa pureté : « le travail de l'un EST le plaisir de l'autre. Il n'a d'autre objet que ce plaisir. Le plaisir du client est la consommation d'un travail fait sur sa personne privée. Cette consommation est immédiate et directe, elle ne passe par la médiation d'aucun produit. C'est par cette immédiateté que le plaisir procuré par le travail servile diffère du plaisir que le chef cuisinier procure aux consommateurs de son « plat sublime ». (p.235)

Mais alors quelle différence entre l'activité d'une prostituée et celle d'un kinésithérapeute, tous deux au service du bien-être de ses clients ?

Dans le cas du client de prostituée, le plaisir désiré est « sans raison ». Tandis que les clients d'un kiné doivent « motiver leur demande ; la raison de celle-ci fera l'objet d'un diagnostic, après quoi le thérapeute appliquera (…) des soins qui, quoique personnalisés, mettent en œuvre une technique bien définie selon une procédure prédéterminée. 

S'il est donc au service du bien-être physique du client, le soignant n'est point l’instrument du plaisir de celui-ci. (…) La technicité de la procédure fonctionne comme une barrière infranchissable : elle empêche l'implication personnelle du thérapeute d'aller jusqu'à une complicité ou intimité complètes. » (p.235-236)

Gorz achève de cerner les contours d'une relation dominant-dominé en définissant la prostituée en tant que « liberté-sujet », c'est-à-dire « une liberté qui ne peut rien d'autre que de se faire l’instrument empressé de la volonté d'autrui. (…) elle doit être cet être contradictoire, impossible, phantasmatique qu'est la « belle esclave » (…) qui, dans la réalité, n'est jamais qu'une personne jouant à être l'être phantasmatique qui hante l'esprit de son maître. » (p.236)

Simulacre et instrumentalisation

La prostituée joue à être esclave. « Sa prestation va être une simulation ; et elle ne le cache pas. Le client, d'ailleurs, le sait. »

« Les actes qu'elle propose sont dissociés de l'intention qu'ils signifient : ils ont pour fonction de donner l'illusion d'une intention ou implication qui n'existe pas. » C'est « l'art du simulacre » que Gorz rattache à des procédés techniques qui permettent à la prostituée de « cesser d'habiter son corps, ses gestes, ses paroles au moment de les offrir. Elle offre son corps comme si elle n'était pas elle-même, comme un instrument dont elle serait séparée. » (p.237)

Gorz insiste sur la condition bien particulière de la prostituée, laquelle ne peut pas se contenter de simuler une « sollicitude empressée, la bonne humeur, la sincérité, la sympathie, (…) la servilité commerciale, l'amabilité commerciale, le dévouement commercial » comme d'autres activités marchandes peuvent le permettre. Car elle offre son corps, « le sol de tous ses vécus ». « Impossible de livrer son corps sans se livrer, de le laisser utiliser sans être humilié. » (p.237-238)

La prostitution technicisée

Malgré toutes les critiques fondamentales formulées à l'encontre de l'irrationalité économique de la prostitution et de son indignité humaine, André Gorz admet que ce « « service sexuel » pourrait devenir un service marchand comme un autre que s'il pouvait être ramené à une séquence d'actes technicisés et standardisés que n'importe qui peut produire sur n'importe qui d'autre selon une procédure prédéterminée, sans avoir à se livrer charnellement. Alors seulement « le sexe » pourrait devenir le « travail » rationalisé par lequel quelqu'un produit un orgasme chez quelqu'un d'autre, selon une technique codifiable, comparable à un « acte » médical, sans qu'il y ait don de soi (réel ou simulé) ni intimité. » (p.238)

Il cite ironiquement une militante féministe qui défend la pratique de la masturbation « plus rationnelle et hygiénique (…) dont les finesses techniques auraient été à tort négligées jusqu'ici » (!).

Il conclut : « La masturbation mécanique sur machines à copuler apparaît comme le développement logique de cette technicisation. Elle permettrait la rationalisation du « sexe » par abolition complète de la sphère intime. »

Et de nous faire rêver... : « Les individus cesseraient d'avoir à s'appartenir mutuellement : l'homme machinisé se réfléchirait dans la machine humanisée ; l'orgasme pourrait être acheté et vendu dans la sphère publique au même titre que les spectacles « hard » et « live »(p.238-239).

Extension du domaine de la pute

Enfin, Gorz considère que la prostitution ne se limite pas au « service sexuel » : « il y a prostitution chaque fois que je laisse n'importe qui acheter, pour en disposer à sa guise, ce que je suis sans pouvoir le produire en vertu d'un savoir-faire technique : par exemple le renom et le talent de l'écrivain vénal ; ou le ventre de la mère porteuse. » (p.239)

Je conclurai en citant trois passages du même ouvrage, pour élargir la réflexion au-delà de l'étude particulière de la prostitution et surtout pour donner envie de lire cet ouvrage :

« La violence (…) est fondamentalement un rapport au corps. La chose est immédiatement évidente si nous nommons ce de quoi la violence est le négatif : elle est le négatif de la tendresse. La tendresse est un rapport au corps d'autrui traité en tant que corps sensible pour exalter la sensibilité et la jouissance qu'il a de lui-même ; ce rapport au corps d'autrui implique nécessairement l'exaltation de ma sensibilité propre. La violence, en revanche, est un rapport d’instrumentalisation technique des choses du monde niées dans leurs qualités sensibles, et, par conséquent, une répression dévalorisante de ma sensibilité propre. (…) Tout résulte et incite à traiter le milieu de vie de façon instrumentale, à violenter la nature et faire violence à notre corps comme à celui d'autrui. (…)

A une culture professionnelle qui se coupe du monde vécu dans son épaisseur sensible correspond ainsi la production d'un monde sans valeur sensible, et à ce monde une sensibilité desséchée et qui dessèche en retour la pensée. C'est ce qu'avaient admirablement formulé Horkheimer et Adorno, en notant que le technicisme machinique a pour corrélat l'intellect despotique qui se coupe de l'expérience des sens pour mieux la dominer. (…) La séparation des deux sphères (intellect/sens) entraîne leur atrophie. » (p. 144-146)

« Qu'y a-t-il dans la rationalité économique qui lui a permis de gagner du terrain, dans la vie des individus, au détriment des rapports spontanés, affectifs, de solidarité ? » (p.175)

Billet corrigé le 26/11/2013 : dans le paragraphe La prostitution technicisée, "Il cite ironiquement une militante féministe qui défend la pratique de la masturbation..." remplace "Il défend la pratique de la masturbation..."

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
En Italie, l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en sièges cache une stabilité de son électorat. Le pays n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet
Journal — Europe
Le jour où le post-fascisme a pris le pouvoir
Le parti de Giorgia Meloni a largement dominé les élections italiennes du 25 septembre. La coalition de droite devrait obtenir une majorité absolue au Parlement. Le résultat de décennies de confusionnisme et de banalisation du fascisme dans lesquels se sont fourvoyés tous les mouvements politiques de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Gauche(s)
Julien Bayou démissionne, les écolos sidérés
Visé par une enquête interne de son parti pour « violences psychologiques », le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts et coprésident du groupe écologiste à l’Assemblée nationale a démissionné de ses fonctions. Il dénonce une « instrumentalisation des souffrances » à l’ère de #MeToo et à deux mois du congrès des écologistes.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Gauche(s)
Boris Vallaud : « Je ne crois pas aux privilégiés d’en bas »
Soucieux de parler aux « classes populaires laborieuses », le chef de file du groupe socialiste à l’Assemblée nationale estime que leurs intérêts sont conciliables avec la transition écologique. Et met en garde contre la banalisation de l’extrême droite.
par Mathieu Dejean, Fabien Escalona et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Chéri, je crois qu’on nous a coupé le gaz !
Depuis quelques mois, la discrète Roumanie ravitaille le reste du monde. Le plus grand port de la mer noire s’érige au nom de Constanța. Les affaires battent leur plein. Les céréales sont acheminées dans des wagons sans fin. Aujourd'hui, comment vit-on dans un pays frontalier à l'Ukraine ? Récit de trois semaines d'observation en Roumanie sur fond de crise énergétique et écologique.
par jennifer aujame
Billet de blog
« Avoir 20 ans en Ukraine » : un témoignage plus nuancé
Dans son édition du 12 septembre 2022, l'équipe de « C dans l'air » (France 5) diffusait un reportage de 4 minutes intitulé : Avoir 20 ans à Kiev. Festif, le récit omettait que ces jeunes ukrainiens font face à des impératifs bien plus cruels. M'étant aussi rendu en Ukraine, j'écris à Maximal Productions un email ré-adapté dans le présent billet afin de rappeler une réalité moins télégénique.
par vjerome
Billet de blog
Tenir bon et reprendre l’offensive
Sept mois de guerre et d’atrocités en Ukraine, un peuple héroïque qui ne rompt pas et reprend l’initiative. La perspective, même lointaine, d’une libération de l’Ukraine devrait faire taire ceux qui théorisaient l’inaction devant les chars russes, validant la disparition d’un peuple et de ses libertés.
par Yannick Jadot
Billet de blog
La gauche en France doit sortir de son silence sur la guerre en Ukraine
[Rediffusion] La majorité de la gauche en France condamne cette guerre d'agression de l'impérialisme russe, demande le retrait des troupes russes de l'Ukraine. Mais en même temps reste comme paralysée, aphone, abandonnant le terrain de la défense de l'Ukraine à Macron, à la bourgeoisie.
par Stefan Bekier