P. DAVID
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

15 Billets

2 Éditions

Billet de blog 8 déc. 2021

Accidents de chasse : le bât qui blesse l’exécutif

Il y aura un « avant », et un « après » la mort de Morgan Keane, jeune Lotois de 25 ans pris pour un sanglier par un chasseur, fin 2020. Mardi 7 décembre 2021, Mila Sanchez, cofondatrice du collectif « Un jour un chasseur » a été reçue par la commission du Sénat étudiant une réforme sécuritaire de la chasse.

P. DAVID
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Morgan Keane est devenu depuis sa mort d'une balle perdue de chasseur, le 2 décembre 2020, une icône représentative des tragédies de la chasse pour les tirs accidentels sur non-chasseur, et le combat de ses ami(e)s pour une réforme sécuritaire de la chasse © Avec l'autorisation grâcieuse du collectif "Un jour un chasseur" (reproduction interdite sans autorisation)

La mort de Morgan Keane, 25 ans, pris pour un sanglier par un chasseur alors qu’il coupait du bois à la porte de chez lui, à Calvignac (Lot), le 2 décembre 2020, pourrait bien cette fois faire basculer vers une vraie réforme sécuritaire à la chasse, réclamée surtout depuis des accidents de chasse 2019-2020 en hausse. Mais ce qui a été le catalyseur des doléances de cette réforme par le public, est la création par des ami(e)s de Morgan Keane du collectif « Un jour un chasseur », qui recueille des témoignages de tirs accidentels de chasseurs, et vers aussi des « non-chasseurs », en passant parfois par des maisons, voitures et autres animaux domestiques troués comme des passoires par des balles perdues ! Car il faut bien reconnaître que depuis la mort de Morgan Keane, les vœux pieux du ministère de tutelle de la chasse n’ont pas véritablement fait avancer le dossier de la sécurité, d’autant que le lobby de la chasse reste actif dans les arcanes du gouvernement, et que les « potentielles » voix des chasseurs (passés de 2 à 1 million en quelques décennies) ne plaident pas en faveur d’avancée, si l’on sait que ces « voix » peuvent peser aussi aux élections… Deux évènements viennent pourtant de faire évoluer les choses, même s’il faut rester prudent pour espérer que, cette fois, une vraie réforme sécuritaire à la chasse, avec des mesures révolutionnaires, soit rapidement légiférée.

Plus de 100.000 signatures sensibilisent le Sénat aux tirs accidentels de chasseurs

PREMIER ÉVÈNEMENT : « Un jour un chasseur » a déposé sur la plateforme de e-pétitions du Sénat une pétition « Morts, violences et abus liés à la chasse : plus jamais ça ! » qui a dépassé le seuil des 100.000 signatures, ce qui permis la mise en place d’une commission sénatoriale pour étudier les conditions d’accès à la chasse, le niveau actuel de sa sécurisation y compris pour le public, voire les failles dans les deux cas, et proposer des mesures en conséquence. Mila Sanchez, l’une des cofondatrices de « Un jour un chasseur » était entendue par la commission mardi 7 décembre 2021, commission « conjointe de contrôle sur la sécurisation à la chasse » qui va aussi mener une enquête de terrain.

EN VIDÉO, au Sénat, l'audition poignante intégrale de Mila Sanchez, du collectif « Un jour un chasseur », initiatrice de la pétition contre les accidents de chasse, et donc à l'origine avec le collectif de la mise en place d'une commission sénatoriale pour étudier une réforme sécuritaire de la chasse.

Le 7 décembre 2021, la mission de contrôle sénatoriale sur la sécurisation de la chasse auditionnait Mila Sanchez, auteure de la pétition et co-fondatrice du collectif “Un jour un chasseur”. © Public Sénat

Accidents 2020-2021 influencés par le confinement à « prendre avec précaution »,

et automobiliste tué par une balle

DEUXIÈME ÉVÈNEMENT, tragique celui-là : le samedi 30 octobre 2021, un automobiliste qui roulait sur la 4 voies Nantes-Rennes, a eu le cou traversé par une balle perdue tirée à plusieurs centaines de mètres. Dans un état critique, il est décédé le 5 novembre suivant des suites de sa blessure, 3ème mort de la saison 2021-2022. L’Office français de la Biodiversité (OFB), par la voix de Bérangère Abba, secrétaire d’État à la Biodiversité (et chasse), a également révélé (tardivement le 30 novembre 2021) un bilan saison de chasse 2020-2021 de 80 blessés et 7 morts (dont Morgan Keane), bilan présenté comme « en baisse » mais que l’OFB recommande « de prendre avec précaution en raison d’une saison particulière (sous confinement) ». D’autant qu’il faut y rajouter cette saison encore les dits « incidents » 2020-2021, entendez par là les balles perdues dans les habitations, bagnoles et autre animaux domestiques pris pour du gibier (et dont le détail n'était pas donné dans les communiqués officiels),

les voilà :

↓(Tableaux des incidents - en plus des tirs accidentels sur humains - des trois dernières saisons de chasse, par le « réseau sécurité à la chasse OFB – DPPC »)↓

Les incidents (en plus des tirs accidentels sur humains) de chasse 2020-2021 © « Réseau sécurité à la chasse OFB – DPPC »

L’accident mortel d’Ille-et-Vilaine (30 octobre 2021) a aussitôt poussé aussi cinq maires à exiger des mesures auprès de Barbara Pompili, des mesures qui rejoignent celles souhaitées par une grande majorité de Français(e)s, et portées aussi depuis la mort de Morgan Keane par le collectif « Un jour un chasseur ». Reste à savoir ce que va en faire la ministre de la Transition écologique et solidaire, et surtout à quel horizon, dans un contexte post-présidentiel 2022 peu favorable aux « vagues » impopulaires…

↓(Lettre rendue publique par la ville de Laillé)

Lettre de cinq maires de Bretagne à Barbara Pompili pour exiger des mesures © Ville de Laillé (Ille-et-Vilaine)
Lettre de cinq maires de Bretagne à Barbara Pompili pour exiger des mesures (partie 2) © Ville de Laillé (Ille-et-Vilaine)

Reste que les accidents et incidents de chasseurs et autres balles perdues de chasse, récurrents, sur tout et n’importe quoi, sont devenus un problème sociétal dénoncé par une grande majorité de Français(e)s qui ne sentent plus en sécurité dans la nature, et même chez eux ! Songez que pour les 7 accidents mortels 2020-2021, selon certaines sources, l’un des présumés chasseurs tireurs avait 77 ans, un autre tireur était positif au test alcoolémique, ou encore un troisième tireur était âgé de 16 ans !

Réforme de la sécurité à la chasse

D’où l’absolue nécessité d’une réforme de la sécurité à la chasse draconienne immédiate, même impopulaire au niveau des chasseurs, car une vie n’a pas de prix, et l’on va bientôt atteindre 450 morts à la chasse depuis 2000 ! Ainsi, dès la saison prochaine 2022-2023, une visite médicale et vue ANNUELLE AGRÉÉE pour valider le permis de chasse pourrait être rendue obligatoire (cela n’est aujourd’hui pas le cas…). Mais aussi un périmètre de chasse interdite d’au moins 300 mètres des voies et habitat (calqué sur le tir longue distance maximum autorisé) ; un taux d’alcool maximum pour chasser qui serait le même que pour conduire ; la fin de carabines qui peuvent tirer à 3 km et ne sont pas nécessaires pour le gibier de France, ou encore une formation continue obligatoire du chasseur ramenée de 10 ans à 5 ans. La liste des mesures sécuritaires pour les chasseurs du XXIème siècle, et un territoire habité nouveau, n’est pas exhaustive ! Reste à savoir si la prise de conscience et le courage politique seront au rendez-vous !

Comment sécuriser davantage la pratique de la chasse ? C'est la question sur laquelle la mission conjointe de contrôle créée par le Sénat (présidente : Maryse Carrère, rapporteur : Patrick Chaize) va travailler dans les prochains mois. © Sénat

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Politique
À l’approche de « l’élection reine », le vote bousculé
Au fil des scrutins, il semble de plus en plus difficile d’y voir clair dans les comportements électoraux. Deux ouvrages s’attaquent au problème sur des bases simples : comprendre et réhabiliter les absents des urnes et ajouter la loupe des histoires individuelles.
par Mathilde Goanec
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social