Pascal Maillard
Abonné·e de Mediapart

173 Billets

7 Éditions

Billet de blog 5 oct. 2013

Interpellation du Parti socialiste sur la politique de recherche du gouvernement

"Qu'est-ce qui justifie aujourd'hui que le parti auquel vous appartenez se nomme encore socialiste?" Tel est l'une des questions que je pose à Stéphane Delpeyrat-Vincent, Secrétaire national à la recherche du PS, dans une interpellation publique au sujet des positions du PS sur la politique conduite par le gouvernement en matière d'Enseignement supérieur et de Recherche.

Pascal Maillard
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Qu'est-ce qui justifie aujourd'hui que le parti auquel vous appartenez se nomme encore socialiste?" Tel est l'une des questions que je pose à Stéphane Delpeyrat-Vincent, Secrétaire national à la recherche du PS, dans une interpellation publique au sujet des positions du PS sur la politique conduite par le gouvernement en matière d'Enseignement supérieur et de Recherche.

Monsieur le Secrétaire National à la recherche,

J'ai pris connaissance de votre "Lettre d'un socialiste à Manuel Valls". Elle m'inspire le respect, même si je n'en partage pas la naïveté et si je suis sans illusion sur la stratégie et les ambitions personnelles d'un ministre qui bafoue les valeurs républicaines et auquel le Président François Hollande apporte son soutien, fût-ce par un silence coupable. Mais j'ai aussi lu avec attention votre prise de position sur la loi "Enseignement supérieur et recherche" à laquelle vous apportez un soutien sans réserve, en particulier dans votre billet de blog du 4 mai dernier. Or la politique de Geneviève Fioraso m'apparaît tout aussi dangereuse que les positions idéologiques du Ministre de l'Intérieur. Elle procède d'un même renoncement aux valeurs historiques que la gauche socialiste défendait et incarnait jadis, certes il y a fort longtemps.

Les responsabilités que vous avez à la direction nationale du PS vous invitent naturellement à vous exprimer sur la politique conduite par le gouvernement en matière d'enseignement supérieur et de recherche. Au moment où l'université traverse une crise financière sans précédent, aggravée par un gouvernement que vous soutenez à l'évidence trop aveuglément, le silence du PS demeure assourdissant. Je me permets par conséquent de vous soumettre dix questions auxquelles il vous sera loisible de répondre, par un commentaire ou par un billet sur votre blog de Mediapart.

1. Quel bilan la direction nationale du PS fait-elle aujourd'hui de l'entrée en application de la loi sur l'Enseignement supérieur et la recherche? Quel bilan tirez-vous de l'action de la Ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche depuis sa prise de fonction?

2. Quelle est la position de votre direction nationale sur la grave crise financière que traversent les universités? Quelles solutions préconisez-vous? Les mesures d'accompagnement prise par le MESR vous semblent-elles satisfaisantes?

3. Que pensez-vous du Crédit Impot Recherche (CIR) et de la gabegie qu'il occasionne? N'estimez-vous pas que les 7 milliards ainsi dilapidés seraient plus utiles à la recherche et aux universités? Que préconisez-vous en ce sens?

4. Le processus de fusion et de regroupement des universités ainsi que la logique des Contrats de site mettent en péril de nombreuses petites et moyennes universités? Que préconise le Parti socialiste pour préserver des universités de proximité sur tout le territoire français?

5. Le fléchage des crédits de recherche via les projets d’excellence met en péril des secteurs disciplinaires stratégiques : Lettres, Arts, Langues, SHS, en particulier. N'estimez-vous pas nécessaire que soient renégociées les conditions d’application des dotations IDEX afin qu’elles puissent soutenir des projets jugés utiles  par les conseils d’université en dehors de tout concept de périmètre d’excellence ?

6. La poursuite et le développement de la politique d'excellence par Geneviève Fioraso, en totale continuité avec les orientations libérales des gouvernements de droite, n'entrent-elle pas en contradiction avec certaines orientations du Parti socialiste? En particulier votre parti soutient-il sans réserve la logique d'externalisation et de privatisation du transfert technologique via les SATT?

7. Quelle est votre position sur le projet de budget 2014 pour l'ESR? Vous-semble-t-il à la hauteur des enjeux et estimez-vous qu'il sera propre à résoudre la crise financière des universités et à assurer un soutien durable aux organismes de recherche?

8. Le PS entend-il persister dans sa ligne d'adhésion et de soutien sans réserve à la politique actuelle du gouvernement en matière d'enseignement supérieur et de recherche? N'avez-vous pas le sentiment, sur ce sujet comme sur bien d'autres, d'appartenir à un parti godillot?

9. La politique de Geneviève Fioraso, que beaucoup commencent à juger encore plus violente et plus autoritaire que celle de Valérie Pécresse, remet en cause les valeurs et les principes du Service public d'enseignement supérieur et de recherche : financement récurrent par l'Etat, cadrage national des diplômes et des concours, démocratisation de l'accès aux études supérieures. Le PS a-t-il renoncé à défendre ces valeurs et ces principes?

10. Enfin, et sans ironie aucune, qu'est-ce qui justifie aujourd'hui que le parti auquel vous appartenez se nomme encore "socialiste"? Ce faisant, quel sens a pour vous le mot "socialiste" dans votre "Lettre d'un socialiste à Manuel Valls"?

Veuillez agréer, Monsieur le Secrétaire National, l'assurance de ma plus profonde inquiétude.

Pascal Maillard

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal — Éducation
« On veut comprendre pourquoi le collège n’a rien fait »
Près d’un mois après le suicide de Dinah, 14 ans, ses parents ont déposé plainte pour « harcèlement » et accusent le collège de non-assistance à personne en danger. Plusieurs témoins dénoncent la passivité de l’établissement. La direction dément tout dysfonctionnement.
par David Perrotin
Journal
Étudiants précaires : une petite prime et des bugs
Plutôt que de réformer le système des bourses, le gouvernement a décidé d’accorder une prime inflation de 100 euros aux étudiants boursiers. Les serveurs du Crous n’ont pas tenu le choc, les bugs se sont multipliés et nombre d’étudiants n’ont pas pu faire leur demande dans les délais.
par Khedidja Zerouali
Journal
Professeurs non remplacés : la Cour des comptes dénonce une « défaillance institutionnelle »
Dans un rapport publié jeudi, les magistrats financiers se penchent sur les absences des enseignants qui font perdre aux élèves 10 % d’heures de cours dans les lycées. Les deux tiers sont liés à une mauvaise organisation de l’Éducation nationale.
par Faïza Zerouala

La sélection du Club

Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.