Pascale Fourier
Abonné·e de Mediapart

132 Billets

3 Éditions

Billet de blog 8 avr. 2022

Enseignants : E. Macron vous écrit sur votre boîte pro...

Tout le monde n'a sans doute pas cette chance, mais il appert que des messages de propagande électorale pour E. Macron ont été envoyés sur des messageries professionnelle Education Nationale. Il osera donc vraiment tout !

Pascale Fourier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ca bouge dans le Landernau enseignant en ce dernier jour de campagne électorale. C'est que certains enseignants ont reçu des messages de propagande électorale pour l'actuel Président de la République sur leurs boîtes email professionnelles.


L'affaire n'est pas encore très claire, mais les témoignages s'accumulent. Il semblerait que le message ait été adressé à certains directeurs d'écoles primaires, à tout le moins, et à certains chefs d'établissement. Un billet du syndicat des chefs d'établissement FO laisse entendre que des messages électoraux auraient aussi été reçus également par voie postale.

© Partage sur Les Stylos Rouges

Le staff de campagne du Président actuellement en fonction avait-il le droit d'user des adresses email des établissements scolaires pour faire parvenir à des agents de l'Etat un message de propagande électorale? Poser la question, c'est y répondre. Et si les messages ont effectivement été envoyés par le staff de campagne d'Emmanuel Macron, qui a fourni les adresses email des établissements scolaires? L'adresse email qui apparaît sur les messages permet de remonter jusqu'à cette entreprise d'emailing qui doit avoir toutes les données sur le(s) responsables(s) des envois.


Il est vrai que le Président actuel, après avoir publiquement traité les enseignants de feignasses, s'est mis à s'en mordre rapidement les doigts : 830 000 électeurs, au moins - car c'est sans compter les maris, épouses, enfants, parents et grands-parents de ceux-ci, voire amis-, ça fait pas mal d'électeurs....  Un petit coup de lèche, ça ne pourrait pas faire de mal...: des applaudissements lors de son seul meeting de campagne ( tout en tentant de cacher un sourire sardonique dans son verre d'eau: les images sont parlantes...); un petit message perso sur l'adresse email pro, ça permettrait peut-être de redresser la barre...


Mais foin ! Vous avez oublié, Monsieur Emmanuel Macron, que les enseignants sont tous à minima des Bac + 3 avec un concours extrêmement difficile ou des bac + 5 plus récemment. Nous savons lire entre les lignes. Et avons une éthique. Vous voulez, sciemment, détruire le service public de l'Education Nationale : ce n'est pas seulement nous que vous attaquez, mais tout le système éducatif. Vous espérez, en nous traitant de feignasses, que la population soutiendra votre volonté de mettre à bas le CAPES, et de facto toute compétence disciplinaire que ce concours sanctionnait. Vous cachiez en cela la volonté de recruter en local  qui passera par là, poussé par le chômage,  avec un bac + 2, comme cela se passe actuellement pour des contractuels ou vacataires dans l'académie de Toulouse. Plus personne ne veut devenir enseignant et vous le savez ( même si vous le cachez notamment aux syndicats auxquels il a été refusé dans les instances académiques ou nationales d'avoir accès au nombre de candidats aux concours de recrutement  actuels). Qui voudrait encore devenir enseignant après la somme de maltraitances patentes aux yeux de tous lors de la période Covid, face aux crachats que vous nous envoyez : "pour un salaire décent, travaillez plus, feignasses, vous qui ne faites rien ou pas grand chose, vous qui avez été absentéistes pendant le Covid", etc etc.


Il est trop tard. Et ce dernier faux-pas que vous avez commis, ou que votre staff a commis, usant des moyens de l'Etat (adresses email ou postales pro d'agents de l'Etat) est impardonnable. Tout n'est pas permis. Pas plus de balancer 500 000 euros à Mc Kinsey pour faire semblant de réfléchir sur l'avenir du métier d'enseignant alors que l'ordinateur de ma classe est infoutu de lire des video MP4 que d'user d'adresse professionnelle d'agents de l'Etat pour espérer être réélu quand tout montre que vous conchiez, Monsieur le (encore-)Président et les enseignants , et l'Education Nationale pour tous, et partant les enfants pour qui nous avons été, sommes et serons toujours là.


PS : si par hasard on devait me reprocher de ne pas respecter un droit de réserve auquel je serai tenue, qu'il me soit permis, Monsieur l'(encore-)Président , de vous rappeler ce que vous  venez de faire ( vous, ou vos soutiens).

Les preuves ci-dessous.
Et j'invite tous les collègues enseignants abonnés à Médiapart et destinataires d'un message macronien à mettre les documents-preuves en commentaire.

hgjg

SYNDICAT MAJORITAIRE DES CHEFS D'Etablissement

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal — France
Violences conjugales : Jérôme Peyrat finalement contraint de retirer sa candidature
L’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, condamné pour violences conjugales, renonce à la campagne des législatives. La défense catastrophique du patron de LREM, Stanislas Guerini, a accéléré les choses. Et mis fin à la gêne qui montait au sein du parti présidentiel, où personne ne comprenait cette « décision venue d’en haut ».
par Ellen Salvi
Journal
Affaire Jérôme Peyrat : « Le problème, c’est qu’ils s’en foutent »
Condamné pour violences conjugales en 2020, Jérôme Peyrat a fini par retirer sa candidature aux élections législatives pour la majorité présidentielle à deux jours de la date limite. Il était pourtant toujours soutenu par les responsables de La République en marche, qui minimisent les faits.
par À l’air libre
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA