Pascale Fourier
Abonné·e de Mediapart

132 Billets

3 Éditions

Billet de blog 27 mars 2022

Pascale Fourier
Abonné·e de Mediapart

Le candidat Macron « emmerde » les 850 000 enseignants et leur famille

Enseignants, vos proches veulent voter Emmanuel Macron qui vous traite de feignasses ? Réagissez ! Vous avez les moyens de peser sur le vote. Parents, nous vous aurons prévenus : avaliser par votre vote le fait que le Président puisse traiter des agents d'État de feignasses ne peut qu'amener une dégradation accélérée de l'enseignement. À vous de voir...

Pascale Fourier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Travaillez plus pour gagner plus », c'est le message qu'a envoyé le candidat Macron aux 850 000 feignasses de l'Éducation Nationale. 850 000 agents de l'État, 850 000 citoyens, mariés souvent, dotés d'enfants, souvent, de parents et grands-parents assurément. 850 000 citoyens qui s'occupent des enfants de millions de citoyens français.

« Feignasses », clame-t-il ! Vous n'êtes jusqu'à présent payés qu'à l'aune de ce que vous faites. A travail de feignasse, salaire de feignasse, et si vous voulez plus, il va falloir travailler plus, travailler normalement en somme. Feignasses !


Et puisque le Président ne débat pas avant le second tour, s'il y est, ça va débattre dans les chaumières.


À mes collègues, je dis :


- si votre mari ou votre épouse vote Macron au premier tour, divorcez ! Il/elle accepte que l'on vous traite de feignasse: inadmissible, ligne rouge franchie. Difficile de divorcer avec la petitesse de votre salaire ? Grève du sexe ! Vous n'avez pas mal à la tête, mais ce gros paquet de copies des Premières E toujours en cours de correction malgré l'après-midi du samedi passée dessus.

- si vos enfants votent Macron, déshéritez-les au profit des bonnes oeuvres ( en ne leur laissant que la part réservataire) ou faites la grève de la préparation des repas s'ils habitent encore chez vous ( "Je n'ai pas le temps, j'ai ce gros tas de copies et la préparation des cours de la semaine prochaine".). Pas de doggy-bags pour les plus grands. Garder leurs mômes à eux ? Non, pas possible, vous préparez vos futures activités péri-scolaires pour quand vous serez obligé(-e) de les accepter ( vous vous croyiez enseignant(e), vous vous découvrez animateur/trice : vous vous formez).

- si vos grands-parents votent Macron, allez les voir d'urgence, embrassez-les comme jamais vous ne l'avez fait ! Avec le taux de Covid qui remonte dans les classes, vous pouvez régler le problème rapidement. Si vous trouvez cette solution trop extrême, calculez avec eux dès à présent la somme de leur héritage que vous finirez peut-être par toucher et qui compensera très petitement les 900 euros de perte de votre retraite si Macron met en place la même réforme des retraites que celle qu'il n'a pu mettre en place lors de son premier mandat. Calculez en nombre de paquets de nouilles que vous pourrez vous acheter ( parce que les Bahamas pour vous, à la retraite, c'est raté!).

- si vos parents votent Macron... Désolé... Il faut en être conscient, ils ne vous aiment pas. Un parent qui aime son enfant devenu enseignant pleure chaque jour. Il vous a au téléphone, sait que vous habitez si vous êtes jeune dans un 30 m2 en région parisienne pour plus de la moitié de votre salaire, il sait que que votre souci pour la petite R. ou le petit C. vous mine, qu'on vous a encore collé une formation le mercredi après-midi au dernier moment, que vous ne pouvez pas aller les voir dimanche parce que vous devez corriger le Brevet ou le Bac blanc, il sait, il sait, il sait. Il voit.

Si vos parents votent Macron, considérez-vous comme orphelins. Vous faisiez des efforts, n'en faites plus. Vous travaillez plus pour gagner plus grâce à eux ? Le travail que vous faisiez chez vous le soir ne peut plus être fait parce que vous devez animer les temps péri-scolaires, remplacer au débotté un collègue absent et donc préparer de nouveaux cours, corriger de nouvelles copies en plus ? Désolé, pas le temps d'aller vous voir... "Vous faites quoi, le 14 Juillet ?"

- Parents d'élèves, vous allez voter Macron ? On vous aura prévenus... Plus personne ne veut devenir enseignant – ce qui est quand même très étrange puisque, apparemment, on est payé à ne rien faire ou pas grand chose... Le maître ou la maîtresse de votre enfant est absente pour maladie et pas remplacé(-e) ? Votre enfant n'a plus de professeur de maths, d'anglais, de français depuis des semaines parce qu'il n'y a pas de remplaçants ? L'Académie de Toulouse fait des speed-dating pour recruter des remplaçants à Bac + 2 ?

Vous ne voyez donc pas la logique entre le mépris affiché par l'actuel Président et son Ministre de l'Education Nationale et les difficultés massives de recrutement ( largement entamées avant eux, mais qui se sont aussi très profondément aggravées) ?? Vos enfants et petits-enfants auront des vacataires avec très peu de formation disciplinaire, pas ou peu d'expérience de ce métier qui est pourtant un artisanat. Ils "feront enseignants" pour échapper au chômage et fuiront dès que possible. Nous vous aurons prévenus, comme nous vous avions prévenus pour les effets délétères de la réforme du lycée, la mise en place de Parcours-Sup....


En attendant, E. Macron nous a traités, nous, de feignasses. Pour avoir un salaire décent (puisqu'indécent jusqu'à présent il l'est, un rapport sénatorial ayant souligné le fait que sur 20 ans les salaires des enseignants ont baissé de 20% en euros constants), il faudrait travailler (encore) plus ? Le Président Macron/candidat Macron  emmerde les enseignants et s’assoit sur leur vote, tablant sur leur esprit républicain au deuxième tour ... : ce sera sans nous. Qu'il s’assoie donc sur notre vote, mais aussi sur celui de nos parents, enfants et grands-parents – et sur celui de tout parent ou grand-parent d'élèves qui réfléchit un peu sur le devenir de ce pilier essentiel de notre Nation : l'école.


Les feignasses le saluent bien !


Boîte noire :
A toutes fins utiles et pour éviter de me faire traiter de feignasse absentéiste pendant le confinement, j'invite chacun à lire chaque page de chacun de ces blogs de confinement, montre en mains : vous verrez ainsi le temps que l'on met à lire des copies ( ce qui ne veut pas dire les corriger, ce qui demande encore plus de temps - et c'est sans compter là la mise en page des blogs, l'envoi de commentaires aux élèves, etc...).


PF, feignasse de Lettres Classiques qui s'est vu reprocher après le confinement d'avoir usé de moyens techniques hors-Education Nationale ( quand elle, comme tous les autres, avait pu constater l'effondrement des moyens mis en place par l'Education Nationale.... )


https://nous6fonlit.blogspot.com/  -Les lectures des 6° lors du confinement
https://lettresdes6f.blogspot.com/ Faire écrire une lettre pour avoir des nouvelles des 6° confinés...
https://6fmetamorphoses.blogspot.com/ Continuer à étudier une oeuvre, malgré tout - L'un des travaux demandés sur l'étude des Métamorphoses d'Ovide


https://nousles4f.blogspot.com/ -  Le journal collectif des 4° pendant le confinement ( et à l'intérieur de ce blog, les travaux des élèves sur les personnages de Cyrano de Bergerac)
https://nousles4fonlit.blogspot.com/ - Les lectures des 4° lors du confinement
https://poesieaime.blogspot.com/ - Faire étudier la poésie, malgré tout
( avec le souvenir ému d'un professeur qui parfois a dû batailler pour avoir les travaux, mais qui a eu aussi de vrais bonheurs de lecture, souvent même...
A mes élèves qui ont souvent répondu présents pendant le confinement et ont donné ces travaux de qualité.
A mes collègues qui exercent dans des conditions autrement difficiles que les miennes).

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Élections italiennes : après Draghi, l’extrême droite
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal — Moyen-Orient
Face à la colère du peuple, le régime iranien choisit la fuite en avant répressive
Les unités organisant la répression sont multiples et impitoyables mais n’arrivent toujours pas à mater des manifestants qui n’exigent plus seulement la fin du voile obligatoire, mais celle du régime.
par Jean-Pierre Perrin
Journal
Énergies renouvelables : un projet de loi au détriment du vivant
En pleine crise énergétique, le gouvernement présente dans l’urgence un projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire. Un texte taillé pour les industriels, et qui sacrifie la biodiversité comme la démocratie participative.
par Mickaël Correia
Journal
Amnesty International dénonce le rôle de Facebook dans les exactions contre les Rohingyas
L’ONG publie un rapport documentant comment, en 2017, le réseau social a été incapable de modérer les messages appelant à la discrimination ou au meurtre des membres de cette minorité ethnique de confession musulmane, et les a même promus via ses algorithmes. Elle demande à sa société mère, Meta, de les indemniser.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Éducation
Revalorisation salariale : les enseignants se méfient
Plusieurs enseignants, très circonspects sur la réalité de la revalorisation salariale promise par Emmanuel Macron, seront en grève le 29 septembre 2022, dans le cadre d’une journée interprofessionnelle à l’appel de diverses organisations syndicales. La concertation annoncée pour le mois d’octobre par le ministre Pap Ndiaye sur le sujet s’annonce elle aussi houleuse.
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org
Billet de blog
Les « bonnes » victimes et les « mauvaises »
Elles en ont de la chance, ces consœurs qui savent reconnaître « les bonnes victimes » des « mauvaises victimes ». Les « vraies victimes » des « fausses victimes ». Les « justes combats » des « mauvais combats ». Elles ont de la chance ou un test ou une poudre magique. Moi, je n’ai pas ça en magasin.
par eth-85