Pascale Fourier
Abonné·e de Mediapart

132 Billets

3 Éditions

Billet de blog 11 déc. 2019

Education Nationale : pauvres jeunes enseignants....

Sacrifier donc les jeunes enseignants pour faire taire la contestation d'un système inique dans laquelle les enseignants ont eu une place inattendue et quelque peu effrayante pour le Gouvernement... Les annonces faites sont des trompe-l'oeil évidents quand on s'arme d'une calculette....

Pascale Fourier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cher enseignant de 30 ans,
Désolé pour toi.

Tu es professeur des écoles ou certifié. Tu as bien réussi tes études, a fait bac +5 et a obtenu le saint Graal : à 23 ans, entrer dans l'Education Nationale. Depuis, tu nages dans le bonheur... Peu payé, certes, mais un emploi sûr – et à la fin de tes 43 ans de travail, une retraite satisfaisante après avoir été notoirement sous-payé au regard de ton niveau d'études.
Las...la retraite par points est en marche...
Heureusement, le Gouvernement te promet que le temps que tu as fait dans l'ancien système te reste acquis. Voici le calcul.
Tu es, si tu as de la chance au 5° échelon de la classe normale. Tu as un traitement brut de 2207,11 euros mensuel (  1725.32 net mensuel), soit 26484 euros bruts annuels.
Regarde l'image ci-dessous.


Figeons ta situation:75% de 26.484, cela fait 19.863 euros de pension virtuelle.
Appliquons-lui le coefficient du temps que tu as passé dans l'ancien système (7/43 annuités), et tu obtient 3233,51 de pension brute annuelle virtuelle acquise.
Divisons par 12 pour avoir une pension brute mensuelle. Cela fait 269,46 euros.
Il te reste 36 ans à travailler.
Normalement, dans l'ancien système, tu aurais dû avoir une pension de 2600 euros brute mensuelle.
Ne soyons pas chien : disons que tu te contenteras de 2269,46 euros.
Il te manque 2000 euros de pension.
Sachant qu'un euro de salaire brut apporte 0,0139205 euros de pension brute annuelle, combien de salaire brut devras-tu cumuler sur 36 ans ?
2000 euros mensuels = 24.000 annuels
24.000 divisés par 0,013905 =1.725.997 euros
Soit 47944 annuels.
Il te faudra donc un salaire de 3995 euros bruts mensuels en moyenne sur l'ensemble de ta carrière pour avoir une pension brute annuelle de 2269.46 euros.
Je te laisse regarder le tableau des salaires actuels...

© UNSA


Il va en falloir, des primes ( que tu n'auras peut-être pas tous les ans) - ou une augmentation fabuleuse des salaire...

Rappel : 1 euro de salaire permet d'obtenir donc 0,02531 point, ce qui amène 0,0139205 euro de retraite brute annuelle, soit 0.0011600417 euro de pension brute mensuelle
Une prime annuelle 500 euros brute rapporte donc 0.58 centimes d'euros de retraite mensuelle brute.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema