Pascale Fourier
Abonné·e de Mediapart

125 Billets

3 Éditions

Billet de blog 18 mars 2021

"L'acceptabilité des mesures"? Et pour les enseignants, acceptable???

Bien sûr, il y a toujours les enseignants de zones "vertes", des "petites classes" de campagne...mais pour les autres, en zone rouge, zone de forte densité urbaine, à 26,28, 30 par classe? Au travail, par 30, dans 45 m2 ! Il est temps que les enseignants se révoltent!

Pascale Fourier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Quand leur Ministre se targue d'avoir été prêt lors du premier confinement, ils savent, eux. Quand on parle de "protocole sanitaire", ils savent, eux. Quand on dit que les classes seront fermées quand çi et ça et que l'ARS, etc..., ils savent, eux. Ils savent les chiffres bidonnés, les protocoles à géométrie variable, les masques mal portés, les fenêtres qui ne s'ouvrent pas, la promiscuité permanente.
Ils savent aussi que, définitivement, ils sont donc les sous-salariés de l'Etat, les riens, les "avance-toujours", sans masques décents, sans priorité pour la vaccination, sommés de se retrouver à 30 dans des salles de 45 m2 avec 3 mètres de plafond au mieux, 155 m3 d'air ( avec 30 porteurs potentiels en maternelle et primaire, jusqu'à 180 individus par jour pour les professeurs des collèges).
Quand tous les parents des 16 départements en confinement strict seront chez eux, quoi que ceux-ci fassent et quand bien même au moins l'un des deux parents pourrait s'occuper des enfants, ils sont donc sommés de se rendre au travail ( y compris les professeurs d'EPS qui pourront réintégrer les gymnases avec élèves soufflant, expirant, hop, en rythme !).


Il est temps que les enseignants se révoltent, exigent. Si les syndicats ne bougent pas, liguons-nous.
Quoi? Nous serions les seuls salariés de France sommés de nous retrouver dans un "bureau" de 45 m2 avec 30 "collègues" !! Masqués, certes, mais si le masque empêchait la contamination, pourquoi TOUS les salariés ne pourraient-ils pas aller travailler dans les bueraux où ils sont d'ordaire, nettoyant tout comme nous le faisons dans nos classes??
Il y a définitivement une rupture d'égalité républicaine. Et qu'on ne nous parle pas des caissières de supermarché ( masques chirurgicaux, plexiglas, 5 à 6 mètres sous plafond), ni même des soignants ( hors services-Covid): personne en France n'est enfermé avec 30 porteurs potentiels dans 45 m2. Personne. Sinon, que l'on rouvre les cinémas et les théâtres! D'ailleurs,  si le Gouvernement persiste dans ses choix, il faut qu'il les rouvre à l'usage exclusif des enseignants ! S'ils peuvent être dans 45 m2 avec 30 porteurs potentiels, ils peuvent bien être entre eux dans des salles de 100 m2 avec 400m3 d'air,au moins !....
Une grève du zèle ( à défaut d'une action plus forte des syndicats) s'impose, avec interpellation des politiques à tous les niveaux ( local, départemental, régional, national)
- refus de faire des évaluations ( pas de copies, pas de cahiers, rien). Les enseignants ont déjà des notes ou en auront : ça suffira.
- refus de recevoir des parents, de faire des réunions, d'assister à des formations.
Des cours, c'est tout !
Notre exigence?
-des masques FFP2 pour tous les personnels en contact avec les enfants ( dont les AVS et AESH)
- une priorité pour la vaccination pour les personnels volontaires.
Nous ne pouvons êtes reclus dans 45m2 à 30 sans protections.
C'est un minimum !
Pour les parents qui liraient ce message, courage à vous aussi : le Covid n'entre pas dans les foyers par l'opération du Saint-Esprit....

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Dans notre émission, reportage aux portes de l’Union européenne, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. En plateau : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/11)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart