Pascale Fourier
Abonné·e de Mediapart

128 Billets

3 Éditions

Billet de blog 22 sept. 2019

Enseignants : une baisse de 30% des retraites à venir...

La seule chose qui pourrait contrebalancer les effets pour les enseignants de la réforme des retraites prévue par le gouvernement, c'est une hausse de 30% des salaires. Or cette hausse n'aura pas lieu, peut-on l'ignorer... Une raison, assurément, de se mettre en grève, même si trop de syndicats enseignants sont bien timides. Une première grève est prévue ce mardi 24 Septembre...

Pascale Fourier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A quoi jouent certains syndicats enseignants ? Le SGEN-CFDT, qui refuse d'appeler à la grève sous prétexte que des négociations sont en cours avec le gouvernement et pourraient déboucher sur une augmentation des salaires ? Et même le SNES, dont le site internet n'évoque même pas en page d'accueil la tragédie qui est pourtant évoquée dans la page consacrée au rapport Delevoye ?
Car la tragédie à venir – le mot n'est pas trop fort-, c'est que la retraite par points voulue par le gouvernement, si elle était appliquée, ferait baisser les pensions d'environ 30% pour les nouveaux entrants dans la carrière. Et qui peut croire que le gouvernement est prêt à s'engager à une revalorisation de 30% des salaires des enseignants sur l'ensemble de leur carrière ?

© Pascale Fourier


Or, dans le système actuel, la pension est calculée sur les 75% du dernier traitement brut des six derniers mois, ce qui aboutit d'après le Bilan social 2017-2018 du Ministère de l'Education Nationale à ces chiffres pour les retraités en 2017 ( retraités qui n'ont pas suivis la même grille indiciaire que celle qui s'applique actuellement et qui était une grille moins favorable et moins normée), la moyenne étant de 2504 euros dans le premier degré et de 2850 dans le second ( qui comprend aussi des agrégés mieux payés et/ou professeurs en chaire supérieure).


Comme les enseignants certifiés et PE qui ont déjà une ancienneté certaine dans la carrière ont eu carrière moins uniforme que celle des nouveaux entrants auxquels s'applique une nouvelle grille ( revalorisations de début de carrière dont ils n'ont pas bénéficié, carrière à l'ancienneté/choix/grand choix), on observera qu'aucun des échelons auxquels ils sont susceptibles de partir en retraite n'aboutit, dans le régime actuel, à une retraite aussi basse.

© Pascale Fourier


Bien sûr, le gouvernement espère sans doute jouer sur les divisions générationnelles entre enseignants, entre ceux qui commencent leur carrière et qui sont dans la certitude qu'ils se feront laminer à moins d'une improbable augmentation de 30% de leurs salaires mais qui sont déjà trop pauvres pour se mettre en grève, ceux qui sont à moins de 5 ans de leur retraite et qui ne sont pas concernés directement par la tragédie, et ceux qui sont dans l'entre-deux, carrière à mi-parcours ou à qui il ne reste que dix ans, et qui sont dans une incertitude absolue tant le rapport Delevoye est silencieux sur la garantie des droits acquis dans l'ancien régime pour les fonctionnaires...
Une chose est sûre pourtant: un gouvernement qui est capable de lancer une réforme pour laquelle des calculs simples montrent qu'elle aboutira à une baisse de 30% des pensions à moins d'une augmentation de tous les salaires de tous les enseignants de 30% pour que la réforme soit neutre ne cédera que des broutilles dans les négociations, à moins d'augmenter sa masse salariale de 30% - quand le Ministre de l'Education Nationale se gausse d'une augmentation de 300 euros annuels en moyenne annoncée récemment. Les syndicats ne peuvent pas ne pas le savoir. Tous. Et les enseignants auraient quelque intérêt à sortir de l'attentisme qui est le leur.
Jean-Michel Blanquer lui-même le disait, le 10 Juillet dernier ( le Canard Enchaîné le rapportait) : « « Ils ne sont pas très bien payés pendant leur carrière et, ensuite, ils se rattrapent à la retraite .Il faut faire attention à ce que la réforme ne débouche pas sur une perte trop nette de leurs revenus." .
Mal payés pendant la carrière, laminés à la retraite : le pacte est rompu, c'en est trop !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Un passeur algérien raconte son « business » florissant
En 2021, de nombreuses personnes ont tenté de quitter l’Algérie et rejoindre l’Europe par la mer, débarquant à Almeria, Carthagène ou aux Baléares. Dans le sud de l’Espagne, Mediapart s’est s’entretenu longuement avec un de ces « guides » qui déposent les « harraga » (exilés) en un aller-retour. 
par Nejma Brahim
Journal — Logement
À Lyon, une école occupée pour aider une famille sans logement
Le collectif citoyen « Jamais sans toit » a commencé l’occupation de l’école Michel-Servet, dans le 1er arrondissement, pour témoigner son soutien à deux enfants scolarisés ici sans logement avec leurs parents. À l’heure actuelle, dans la métropole lyonnaise,  110 enfants et leurs familles sont à la rue.
par Faïza Zerouala
Journal — Services publics
« Tout meurt à petit feu ici » : à Saint-Cyprien village, La Poste est fermée depuis un an
Le bureau de poste de cette localité des Pyrénées-Orientales a baissé le rideau en février 2021. Les habitant·es de la commune côtière doivent désormais se rendre au guichet situé à la plage, à plus de 3 km de là. Or, pour les plus âgés, la disparition de ce service au cœur du village est un abandon de plus.
par Khedidja Zerouali
Journal
Au Sénat, la ministre des sports défend les contestées interdictions administratives de stade
Présente dans le cadre de l’examen de la proposition de loi pour démocratiser le sport, Roxana Maracineanu s’est opposée aux amendements encadrant les interdictions administratives de stade, dont les dérives ont été largement documentées. Un positionnement que regrette l’Association nationale de supporters.
par Clément Le Foll

La sélection du Club

Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes
Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz