ENSAP : Habituer les enseignants à l'idée de retraites de misère ?

L'ENSAP simule...mal...Et habitue habilement les enseignants sidérés par le chiffre qui tombe à l'idée de ne toucher que des retraites de misère. Retraite actuelle ou retraite par points, de toutes les façons, ils n'auront rien, croient-ils alors... C'est faux. Démonstration d'une maladresse...ou d'une manipulation....

Qui fréquente les salles des profs ou des maîtres ou le groupe Facebook Les Stylos Rouges n'y échappe pas : quand il est question de retraites, l'un ou l'autre se met à énoncer la retraite qu'il a vue sur l'ENSAP ou partage la capture d'écran qu'il a faite de sa « simulation de retraite ».

L'ENSAP ? C'est l'"espace numérique sécurisé de l'agent public de l'État" ...Depuis un peu plus d'un an, c'est le site où les fonctionnaires d'Etat et les enseignants en particulier peuvent avoir accès à leurs fiches de paie ( ce qui leur permet de ne plus les avoir en leur possession sous forme papier avec un mois et demi, deux mois de retard...). C'est l'espace également où les fonctionnaires de plus de 45 ans peuvent avoir accès à leur « compte individuel de retraite de l'État » et...faire une simulation de leur retraite à venir.... En bas de la page, à droite, un petit bouton bleu, et « clic » !

Et là, l'enseignant, ordinairement, s'effondre ! Surtout s'il est proche des 45 ans, c'est-à-dire qu'il a encore au moins 20 ans de carrière à faire ( bac +5 = 23 ans , et 43 annuités à faire, départ sans décote à 66 ans...). Parce qu'il faudrait qu'il détache son regard de la belle « vue dynamique » et renonce à la tentation de faire varier le curseur pour arriver à l'absence de décote ( puisqu'il est paramétré par défaut sur l'âge légal de départ en retraite, 62 ans – et qu'il manque donc 4 ans pour qui a fait des études longues...) pour voir ce petit élément, à droite, en descendant :

firefox-screenshot-2019-09-24t11-02-23-593z


Car en fait, c'est l'indice du moment où l'enseignant clique qui est pris en compte.... Et cet indice augmente à un rythme très cadré au fil du temps de travail des enseignants...

Il faut alors encore descendre sur la page, cliquer sur cet élément très discret

firefox-screenshot-2019-09-24t11-03-41-990z

qui permet d'accéder à cela

firefox-screenshot-2019-09-24t11-04-46-350z


Il suffit alors de se reconstruire une carrière virtuelle ( pour les certifiés et professeurs des écoles) suivant ce petit tableau, repérer l'indice prévisible, l'inscrire là où il faut et ... "clic"  sur le cadre noir en milieu de page « simuler »...Ca changera la donne !

 © Source : https://www.education.gouv.fr/cid101179/la-remuneration-des-enseignants.html © Source : https://www.education.gouv.fr/cid101179/la-remuneration-des-enseignants.html



On aurait voulu faire accepter la réforme des retraites à venir et sa baisse des retraites prévisibles de 30 à 40% qu'on ne s'y serait pas pris autrement....Parce qu'en gros, les retraites actuelles étant calculées sur 75% du dernier salaire des 6 derniers mois, jusqu'à présent, pour une carrière complète de certifié ou PE de 43 annuités dans l'enseignement – en ne prenant en compte QUE le salaire brut statutaire et rien d'autre-, on arrive à cela, très très éloigné des 1664,08 euros bruts mensuels promis dans le cadre d'une retraite par points...

 © Pascale Fourier © Pascale Fourier


Et on rappellera judicieusement ces propos du 10 Juillet dernier de Jean-Michel Blanquer que rapportait le Canard Enchaîné et dont on ne se lasse pas : « Ils ne sont pas très bien payés pendant leur carrière et, ensuite, ils se rattrapent à la retraite". Et on ne peut qu'être d'accord avec sa lucide remarque qui suivait : ".Il faut faire attention à ce que la réforme ne débouche pas sur une perte trop nette de leurs revenus." . Les enseignants seront sans doute d'accord avec le Ministre de l'Education Nationale... On ne peut pas être sous-payés pendant 43 ans au vu des études faites et laminés à la retraite !




 



Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.