Patrice Beray
Journaliste, auteur
Journaliste à Mediapart

226 Billets

1 Éditions

Billet de blog 21 févr. 2015

Ulrike Draesner, à pattes de colombe

Intempestive, une parole poétique quand elle nous touche semble nous parvenir « sur des pattes de colombe ». C’est que la vie accomplit toujours un long voyage de retour pour être là, souffle dès son titre, Reste d’hirondelle, le premier livre de poèmes traduits en français d’Ulrike Draesner.

Patrice Beray
Journaliste, auteur
Journaliste à Mediapart

Intempestive, une parole poétique quand elle nous touche semble nous parvenir « sur des pattes de colombe ». C’est que la vie accomplit toujours un long voyage de retour pour être là, souffle dès son titre, Reste d’hirondelle, le premier livre de poèmes traduits en français d’Ulrike Draesner.

Également romancière, essayiste et traductrice, Ulrike Draesner appartient à cette nouvelle génération de poètes allemands que l’on a pu découvrir en traduction dans la revue Inuits dans la jungle éditée par le Castor Astral (voir ici pour le n°1). Ce sont du reste les mêmes animateurs Jacques Darras et Jean Portante auxquels s’est associée Martine De Clercq qui prolongent cette visée éditoriale dans la collection « Les passeurs d’Inuits ».

Pour constituer ce livre d’Ulrike Draesner, le traducteur et poète Jean Portante a puisé dans différents recueils échelonnés de 1995 à 2014. Sans autre indication sur l’ordonnancement des poèmes dans le livre (ce que l’on peut regretter), il n’en demeure pas moins que c’est un univers qui aurait volé en éclats qui affleure dès les premières pages :

si tu me pousses dans la forêt plus
                                                    dense
tout sera rongé façon castor mais
                                                à coup sûr
et je parle dans le bol de cuivre
                                   pour entendre qui nous sommes
saturne envoie ses anneaux
                                     seulement

l’être normal est anesthésié à présent
moi par contre je tombe dans l’heure du soir
                                              et deviens ton esprit tardif
car nous aussi entendons des oiseaux qui
                                                  visiblement n’existent pas

Jean Portante souligne à juste titre cette fragmentation, ce démembrement du monde avec lequel est en prise directe la poète. Tout y est un préalable à la dislocation de son écriture en vers par agglutination des pensées : des expériences de la vie sociale, d’une épaisseur proprement chevillée au corps, aux trouées que l’on devine instauratrices (nature, affect), ce sont autant de cercles visibles et invisibles qu’Ulrike Draesner écarte tour à tour d’une main qui se réassure : « j’avais attendu si longtemps / j’ai louvoyé » ; ou bien d’un « geste le plus affectueux / que jamais que jamais ».

Sigmar Polke ( sans titre, 2001-2006) © Tous droits réservés

Dans son introduction, Jean Portante note combien traduire Ulrike Draesner, c’est mettre au jour une « langue sous la langue », car son allemand est inimitable (teinté de bavarois), où affluent néologismes et surtout babil de l’enfance, « chant caché de l’oiseau ».

Du chaos tout d’abord révélé (« ne serait-il pas plus facile alors / de b-b-b-bâtir (dis-moi) / une nouvelle terre ? ») perce ainsi de toute son oralité une langue qui va « se réveiller dans un monde / de l’alphabet qui se livrerait à lui (au protagoniste du poème) mais / ne servirait à rien ».

Sauf précisément, et c’est ce à quoi nous invite ardemment Ulrike Draesner, à y poursuivre ce dialogue incessant, serait-il sans espoir avéré, que dit le dernier poème du recueil, « What is poetry » :

c’est ton corps
tu ne connais pas de mot meilleur
              pour ce que tu vois, vivant
              et si différent
              de toi
en sait-elle plus sur toi qu’il ne peut
te convenir elle dit : je t’aime
plus profondément qu’une forêt

elle dit : sombre est l’intérieur de la bouche
et tout ce qui pense

__________

Ulrike Draesner, Reste d’hirondelle, édition bilingue, traduit de l’allemand par Jean Portante, coll. « Les Passeurs d’Inuits », Le Castor Astral, 12 €, 128 p., 2015.

Dans la même collection, deux autres titres paraissent conjointement : Une femme sans pays d’Eavan Boland (éd. bilingue, traduit par Martine De Clercq) ; Blaise Pascal et moi dans la voie lactée, de Jacques Darras.

On doit l’expression « les pensées qui mènent le monde viennent sur des pattes de colombe » à Nietzsche dans Ainsi parlait Zarathoustra.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
La commission d’enquête parlementaire ménage Bernard Arnault…
L’audition du patron de LVMH par la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est déroulée de manière aussi calamiteuse que celle de Vincent Bolloré. La plupart des dangers qui pèsent sur l’indépendance et l’honnêteté de la presse ont été passés sous silence.
par Laurent Mauduit
Journal — Médias
… après avoir tenu café du commerce avec Vincent Bolloré
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches nationalistes.
par Laurent Mauduit
Journal
Didier Fassin : « on est dans un basculement qui n'était pas imaginable il y a 5 ans »
Alors que l’état de crise semble être devenu la nouvelle normalité, quelles sont les perspectives pour notre société ? Didier Fassin, directeur d’études à l’EHESS qui publie « La société qui vient », est l’invité d’« À l’air libre ».
par à l’air libre
Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
On a mis Molière dans un atlas !
Un auteur de théâtre dans un atlas ? Certes, Molière est génial. Parce qu'il n'a laissé quasiment aucune correspondance, un trio éditorial imagine comment Jean-Baptiste Poquelin a enfanté "Molière" dans un atlas aussi génial que son objet. (Par Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Quoi de neuf ? Molière, insurpassable ! (1/2)
400e anniversaire de la naissance de Molière. La vie sociale est un jeu et il faut prendre le parti d’en rire. « Châtier les mœurs par le rire ». La comédie d’intrigue repose forcément sur le conflit entre la norme et l’aberration, la mesure et la démesure (pas de comique sans exagération), il reste problématique de lire une idéologie précise dans le rire du dramaturge le plus joué dans le monde.
par Ph. Pichon
Billet de blog
Molière et François Morel m’ont fait pleurer
En novembre 2012, François Morel et ses camarades de scène jouaient Le Bourgeois gentilhomme de Molière au théâtre Odyssud de Blagnac, près de Toulouse. Et j’ai pleuré – à chaudes larmes même.
par Alexandra Sippel
Billet de blog
Molière porte des oripeaux « arabes »
Le 15 janvier 2022, Molière aurait eu 400 ans. Ce grand auteur a conquis le monde, a été traduit et adapté partout. Molière n'est désormais plus français, dans les pays arabes, les auteurs de théâtre en ont fait leur "frère", il est joué partout. Une lecture
par Ahmed Chenikii