PatriceKrysztofiak
Chef d'entreprise
Abonné·e de Mediapart

35 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 mai 2019

Recyclage du plastique : tous concernés, mais est il déjà trop tard ?

Ce sont plusieurs centaines de millions de tonnes de plastique qui sont produits tous les ans dont la plupart sont jetables et finissent tout simplement en déchets.

PatriceKrysztofiak
Chef d'entreprise
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Certains d’entre eux sont brûlés d’autres enfouis et quelques millions de tonnes finissent leur course dans les océans, les déchets plastiques flottant ne representeraient d'ailleurs que 1% du plastique dans l'océan, ce qui laisse imaginer l'ampleur de la catastrophe sous marine. Devant ce fléau mondial d’une pollution aux effets désastreux sur l’environnement mais pas seulement certaines voix s’élèvent pour accélérer le processus de recyclage du plastique qui a encore un peu de mal à s’imposer face à une industrie toute puissante. Même si des initiatives voient le jour, si certaines marques proposent aujourd’hui des produits de consommation plus responsables d’autres continuent de proposer des coques d'iPhones quasi jetables alors qu’autres alternatives existent (bambou etc.). N'oublions pas non plus les consommables (cartouches d'encres, couches culottes etc.. qui representent des volumes de plastiques colossaux). Même s’il reste encore un très long chemin à parcourir face à ce problème environnemental titanesque des solutions pourtant apparaissent petit à petit.

Réduire le plastique à terre c’est réduire le plastique en mer

Il n’y a pas de secret pour éviter que les océans continuent de se transformer en une poubelle géante et que les animaux marins périssent échoués sur le sable l’estomac rempli de déchets plastiques, il est urgent de réduire voire d’arrêter petit à petit la production mondiale de plastique. Aujourd’hui il est tout à fait possible de remplacer le plastique par des matériaux recyclés ou de matières plastiques biosourcées comme l’amidon, les algues etc... Jusqu’il y a encore quelques années très peu d’études ont été effectuées sur la quantité de déchets produits dans le monde et les chiffres sont juste effarants. Il s’agit d’une production en moyenne de 300 millions de tonnes par an dont 8 à 12 millions finissent dans les océans. Devant ce constat ahurissant, d’un recyclage balbutiant et de chiffres qui donnent le tournis, des actions territoriales, populaires mais aussi industrielles voient le jour un peu partout dans le monde. Responsabilité des entreprises de biens de consommation, des consommateurs, des gouvernements, personne ne veut vraiment assumer les coûts et encore moins se sentir responsable de continents de plastique à la dérive ainsi de tous les dommages collatéraux.

Tous responsables et tous concernés

Face à cette responsabilité commune, des actions et des changements de consommation peuvent être mis en place afin de ne pas aggraver ni accélérer une situation déjà dramatique. Il est tout à fait envisageable de réduire significativement notre consommation de plastique en privilégiant des matières recyclables ou du plastique compostable. N’oublions pas que en tant que consommateur nous avons un pouvoir incroyable que nous sous-estimons. Nous pouvons très bien choisir un soda dans une bouteille en verre ou en plastique recyclé, réutiliser nos sacs en plastique, privilégier des assiettes en carton plutôt qu’en plastique… bref nous tourner vers une consommation plus responsable en privilégiant des alternatives durables.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss