Le FMI tire encore la sonnette d'alarme

Le FMI tire la sonnette d’alarme à propos de la « trop faible » croissance des salaires et des « distorsions [qui] rognent de manière excessive le pouvoir de négociation des salariés »

https://www.monde-diplomatique.fr/2017/12/A/58195

Qui tire la sonnette d’alarme à propos de la « trop faible » croissance des salaires et des « distorsions [qui] rognent de manière excessive le pouvoir de négociation des salariés » ? Le patron de la Confédération générale du travail (CGT) ? Non point. Les propos émanent de M. Maurice Obstfeld, chef économiste du Fonds monétaire international (FMI), lors de la présentation à la presse des perspectives économiques mondiales (1), en octobre dernier. De fait, les enquêtes et reportages aux États-Unis, en Italie, au Royaume-Uni ou au Mexique montrent que les multiples versions de la déréglementation, de l’austérité et de la marginalisation des syndicats conduisent toutes à une croissance atone et à l’explosion des inégalités (2).

C’est pourtant la voie que continue à emprunter le président Emmanuel Macron. Les ordonnances réformant le code du travail et les décrets d’application qui en découlent visent à réduire le « coût du travail », c’est-à-dire les salaires et les prestations sociales, tout en mettant à l’écart les syndicats. Il entend appliquer ces recettes anciennes et redonner la priorité au face-à-face entre employeur et employé au nom de la modernité…

Ne serait-il pas temps de rompre avec cette logique ? Hier comme aujourd’hui, des chercheurs tels Jacques Le Goff, Alain Supiot, André Gorz ou Danièle Linhart ont ouvert des pistes pour changer les rapports au travail et briser les liens de subordination. La dernière livraison de Manière de voir leur consacre une large place, ainsi qu’au récit des combats (peu médiatisés) des travailleurs en France, en Chine, en Uruguay, en Slovaquie, etc.

Comme désormais dans chaque numéro de Manière de voir, on trouvera une bande dessinée originale, en l’occurrence celle de Sophie Guerrive, dont le personnage Tulipe découvre avec perplexité les « joies » du travail… Enfin, un cahier documentaire apporte une série de données nationales et internationales, de déclarations et de textes permettant de saisir la cohérence des attaques contre le droit du travail et de comprendre les enjeux contemporains.

(1« Perspectives de l’économie mondiale », Fonds monétaire international, New York, octobre 2017.

(2« Travail. Combats et utopies », Manière de voir, no 156, décembre 2017-janvier 2018, 8,50 euros, en kiosques.

Ecouter :

Le vote du budget US pour le 1% des plus riches

Mireille Delmas Marty déplore l'absence de prise en compte du Droit

 

Voir aussi

  • Microentreprise, une machine à fabriquer des pauvres

    Jean-Philippe Martin Aperçu

    Quand, en 2008, est créé le statut d’autoentrepreneur, les reportages enthousiastes fleurissent un peu partout. Neuf ans plus tard, les forçats du vélo font grève pour être payés correctement, les chauffeurs Uber sont en procès avec la plate-forme, les « indépendants » se mobilisent. En moyenne, les microentrepreneurs gagnent… 410 euros par mois, moins que le revenu de solidarité active (RSA).

  • Un million d’inscrits

    J.-Ph. M.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.