Les préjugés de Macron sur Christophe Dettinger

"Le boxeur, la vidéo qu'il fait avant de se rendre, il a été briefé par un avocat d'extrême gauche. Ça se voit ! Le type, il n'a pas les mots d'un gitan. Il n'a pas les mots d'un boxeur gitan", juge le président de la République. Emmanuel Macron s'offusque que des gilets jaunes soient reçus à la télévision : "Jojo avec un gilet jaune a le même statut qu'un ministre ou un député !".

https://www.marianne.net/politique/il-n-pas-les-mots-d-un-boxeur-gitan-le-bourre-de-prejuges-de-macron-sur-christophe

prolonger :

VIDEO FRANCE 3. "Si mon mari a réagi comme ça, c'est qu'il a vu une femme matraquée au sol", raconte l'épouse de Christophe Dettinger

Christophe Dettinger "n'a pas les mots d'un gitan" selon Emmanuel Macron : l'avocate de l'ex-boxeur se dit "abasourdie et stupéfaite" par les propos du président

"Je suis abasourdie et stupéfaite. Qu'est-ce que c'est les mots d'un gitan ? Qu'est-ce que ça suppose comme sous-entendus ?, a réagi l'avocate du boxeur. Ça voudrait dire quoi, que les gitans ne parlent pas français, peut-être ? Ou qu'ils le parlent moins bien que les autres ? Ou que les gitans sont moins Français que les autres, ou des citoyens de seconde zone ? Je dis que ce sont des propos extrêmement graves, extrêmement choquants, ça a un nom, ça s'appelle du racisme, de la discrimination, et venant d'un chef de l'État… Je pense que ce n'est pas digne d'un président", s'insurge Me Léger.

"Là, on a une intervention directe du président de la République qui jette le discrédit sur mon client, poursuit l'avocate, qui jette le discrédit également sur les avocats, sous-entendant que nous, avocats d'extrême gauche, lui aurions soufflé ses propos" "La vidéo en question est une pièce du dossier pénal, explique Me Leger. C'est sur la base de cette pièce que le procureur de la République a fondé ses réquisitions pour le placement en détention." "On nous a dit que, puisque M. Dettinger a dit dans sa vidéo qu'il appelait à poursuivre pacifiquement le mouvement des 'gilets jaunes', on en déduit qu'il y a un risque de réitération de l'infraction, c'est la raison par laquelle on a motivé son maintien en détention", poursuit l'avocate.

"Donc voir le président de la République jeter le discrédit, et sur les avocats, et sur une pièce du dossier pénal, dans une affaire qui n'a pas encore été jugée, je dis que c'est extrêmement problématique et qu'on a, à mon sens, une atteinte indiscutable au principe de séparation des pouvoirs. Je ne dis pas que les juges sont nécessairement influençables ou manipulables, mais il y a incontestablement, déjà, dans ce dossier, une volonté politique de faire pression sur les magistrats qui pose problème, et cette pression est forte."

Laurence Léger précise que la vidéo a été tournée la veille du jour où elle a rencontré son client pour la première fois, pour l'accompagner au commissariat, où il s'est rendu à la police. L'avocate annonce avoir sollicité le bâtonnier de Paris, face aux propos d'Emmanuel Macron : "J'estime que ça ne concerne pas uniquement M. Dettinger et moi. Des avocats sont visés, des avocats à qui l'on prête des intentions politiques réelles ou supposées, pour en déduire qu'ils manipuleraient des pièces du dossier, et cela me paraît grave."

Gilet jaune sur l'habit vert : " Jojo, le Gilet jaune "

Quand l'académie française s'émeut du mépris de classe politique contre les gilets jaunes. Il y a ce que disent les Gilets jaunes. Il y a surtout ce qu’ils révèlent. Cette manière de parler d’eux, dans la presse, les médias, les milieux politiques, sur les réseaux sociaux! Une distance, une condescendance,…

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.