Des "gilets jaunes" passés à tabac samedi par des CRS

Sur des images filmées par un témoin et des journalistes de France 2, on voit des CRS frapper à coups de matraques des manifestants réfugiés dans le restaurant ainsi que dans un autre café, avenue de Wagram. Que et qui protège vraiment la police ?

https://www.francetvinfo.fr/economie/transports/gilets-jaunes/video-des-gilets-jaunes-passes-a-tabac-samedi-par-des-crs-dans-un-burger-king-a-paris-voici-ce-qui-s-est-passe_3085909.html

Prolonger :

"Des gouvernements néo-fascistes" remettent actuellement en cause les acquis sociaux, selon James K. Galbraith sur France Culture :

Quel lien social dans un monde inégal ? 06/12/2018

Inégalités et lien social, avec l’économiste James Kenneth Galbraith et Gaël Giraud, chef économiste de l'Agence Française de Développement, nos invités à l'occasion de la 13ème Conférence internationale de l'AFD sur le développement (6-7 décembre 2018 à Paris).

Emmanuel Macron est-il l'homme de la situation ?

L’homme de la rupture, qui promettait de maintenir le cap des réformes coûte que coûte, à travers un exercice du pouvoir tout en verticalité, semble aujourd’hui submergé par les événements.

Le premier ministre fête son anniversaire quand Paris brûle

Informé de la fête d'anniversaire de son Premier ministre le soir des violences survenues à Paris lors de "l'acte 3" de la mobilisation des "gilets jaunes", le chef de l'État l'aurait qualifié de "branleur", selon Le Canard enchaîné. Parmi les invités, "Alexandre Bompard, Pdg du groupe Carrefour dont l'un des actionnaires est Bernard Arnault. Plus quelques membres du gouvernement comme Gérald Darmanin ou Sébastien Lecornu" et " Thierry Solère, sous le coup d'une enquête judiciaire  pour fraude fiscale. Lequel a pu papoter avec madame Bompard, magistrate et conseillère justice à Matignon" ("Les émeutes gâchent l'anniversaire d'Edouard" - mercredi 5 décembre 2018  p.2)

Mais où est donc passé l’argent de l’ISF ?

«Gilets jaunes»: ces manifestants blessés ou mutilés par la riposte policière Par Karl Laske

Trois lycéens ont été grièvement blessés au visage, mardi et mercredi, par des tirs de flashball, lors de manifestations. Des plaintes doivent être déposées jeudi par les avocats des gilets jaunes blessés par des éclats de grenades assourdissantes GLI-F4, les 24 novembre et 1er décembre à Paris.

La ministre de la justice, Nicole Belloubet, entend réserver un « traitement pénal des infractions commises par les Gilets jaunes extrêmement ferme ».

C’est ce qu’elle a réclamé, lors d’une visite controversée au tribunal de Paris, dimanche 2 décembre, aux magistrats du parquet en charge des gardes-à-vues des personnes arrêtées samedi à l’occasion de la manifestation des Gilets jaunes.

"Gilets jaunes": consultations politiques et premières comparutions judiciaires

Sur le plan judiciaire, une riposte s'est mise en place au lendemain de violences "sans précédent" à Paris, selon le préfet de police Michel Delpuech.

Dès lundi et mardi, des dizaines de suspects seront jugés au tribunal correctionnel de Paris lors d'audiences de comparution immédiate.

Cinq audiences de comparution immédiate sont prévues lundi, contre trois habituellement, et quatre mardi. Les audiences de comparution avec reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC), une procédure qui permet d'éviter un procès, seront aussi doublées, selon le procureur de Paris Rémy Heitz.

Au tribunal de Paris: de la prison en veux-tu en voilà Par Rachida El Azzouzi et François Bonnet

Après les affrontements de samedi, 70 personnes ont été jugées en comparution immédiate, lundi, au tribunal de Paris. On attendait des «casseurs», des vrais de vrais. Les juges ont découvert des ouvriers, des techniciens, des artisans, des jeunes venus à Paris, souvent pour leur première manifestation et emportés par les vagues de violence. Les peines de prison – ferme ou avec sursis – sont tombées comme à Gravelotte avec des procureurs décidés à en découdre.

Emmanuel Todd et une critique du "tout à l'ego"  5 déc. 2018

La critique de l'exécutif par Emmanuel Todd coïncide avec une chronique philosophique sur la remise en cause du "tout à l'égo" sur France culture. Le premier propose une analyse du mouvement des "gilets jaunes" et la seconde une possible explication de l'échec de la majorité.

"Au stade actuel, on est dans un moment que les gens décrivent comme insurrectionnel, ce qui est exagéré. Mais il y a une certaine urgence à apaiser le climat social… Je pense que le risque majeur pour la France, ça n’est pas la révolution maintenant, c’est plutôt le coup d’Etat."

Emmanuel Macron sur Médiapart. Et les droits de l'Homme? Il s'assoit dessus ? 2 nov. 2016

Emmanuel Macron a négligé l'aspect juridique du "progrès", par mépris ou ignorance, dans la conduite des affaires publiques. L'action comme le propos des candidats doivent être appréciés en considération de leurs violations répétées du droit fondamental qui n'est jamais évoqué. Les droits sociaux sont des droits de l'Homme qui prohibent la régression sociale.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.