Dénonciation académique de la manipulation politique du " grand débat "

Sur France culture, Loïc Blondiaux, professeur de science politique à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, critique sévèrement l'interprétation d'Edouard Philippe des différents dispositifs mobilisés pour ce grand débat d'une très grande richesse et complexité d'analyse, à n'en retirer que deux éléments la baisse de la dépense publique et la fin des 80km/h.

https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-des-matins/grand-debat-les-premiers-resultats

Pour en discuter aujourd’hui dans Les Matins de France Culture, Guillaume Erner reçoit Loïc Blondiaux :

" Ce que j'ai entendu m'a frustré, parce que la restitution des différents dispositifs mobilisés pour ce grand débat était d'une très grande richesse et complexité d'analyse. Que le premier ministre n'en retire que deux éléments principaux la baisse de la dépense publique et la fin des 80km/h ça me parait dénaturer ce qu'a été l'exercice. "

Selon Loiïc Blondiaux, Edouard Philippe fait une confusion méthodologique grossière en présentant les résultats comme ceux d'un sondage, ce que n'est pas le " grand débat " tout en énonçant des résultats contraires à ceux qui s'expriment justement dans les sondages : plus de services publics, rétablissement de l'ISF, mise en oeuvre du RIC, ...

Le pouvoir ignore également le mouvement politique de contestation des "gilets jaunes", pourtant à l'origine de l'initiative à organiser ce grand débat.

Il n'est pas non plus fait référence aux éléments collectés lors des " conférences citoyennes régionales ", que le gouvernement aurait eu beaucoup de mal à organiser.

Une telle manipulation n'est pas en mesure de réconcilier l'opinion avec la majorité ni éteindre la suspicion à l'égard d'un régime représentatif alors que sont réclamées plus de démocratie participative et délibérative.

 

Prolonger :

Arrêt sur Images : le " VRAI DEBAT " et le "Grand débat "

Arrêt sur Images traite du " VRAI DEBAT " qui se différencie du " Grand débat " par la méthode : les questions du Grand débat sont FERMEES, comme dans les sondages, alors que le VRAI DEBAT est OUVERT, permet de déposer des propositions, les commenter, approuver ou non. ASI informe aussi sur la méthode d'évaluation vraie des manifestants. Acte 19 : 127 212 gilets jaunes.

Surprise: le «grand débat» valide les choix de Macron

Par Romaric Godin et Ellen Salvi

Des contributions au « grand débat », fatras de chiffres difficiles à interpréter, mais présentés en grande pompe lundi 8 avril, le premier ministre a essentiellement retenu ce qui l’arrangeait : baisse des impôts, baisse des dépenses publiques, réorganisation des services publics et renouvellement démocratique a minima.

(...)

Il ne s’agit en effet que d’une « photographie » d’une partie de l’opinion, relativement faible : 343 589 personnes ont répondu au questionnaire en ligne, 152 477 y ont fait des contributions libres. À cela s’ajoutent un peu moins de 19 000 cahiers citoyens, 17 000 courriers et un peu plus de 9 000 réunions. Comme il n’y a pas de traitement statistique de ces contributeurs, leurs déclarations ne représentent qu’eux. Ils n’ont pas davantage de valeur, pour être traduits en politique, qu’un parti ayant obtenu entre 1 et 2 % des voix aux dernières élections présidentielles.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.