Misère, boulots de merde et jobs à la con de la start up nation

L'Insee publie son rapport sur la pauvreté en France en 2016 : près de 9 millions de pauvres dans une économie de " merde " et de " jobs à la con ", de précarisation du travail, de difficultés d'accès au logement et à une alimentation suffisante et saine,

http://www.europe1.fr/societe/88-millions-de-pauvres-en-france-selon-linsee-3753119

 

Prolonger :

France Info : Un très grand nombre de Français ont des difficultés financières à manger sainement et suffisamment, selon le baromètre du Secours populaire

 RFI : La Fondation Abbé Pierre dénonce le mal-logement

Les « jobs à la con » sont partout (et c’est à ça qu’on les reconnait…)

"Mon travail a-t-il un sens?" Cette question de plus en plus courante cristallise le malaise croissant d'une société où le travail perd en valeur et où se multiplient les "jobs à la con". Pour en parler, l'anthropologue David Graeber.

Boulots de merde ! | Le Club de Mediapart

Pas un jour sans que vous entendiez quelqu’un soupirer : je fais un boulot de merde. Pas un jour peut-être sans que vous le pensiez vous-même. Ces boulots-là sont partout, dans nos emplois abrutissants ou dépourvus de sens, dans notre servitude et notre isolement, dans nos fiches de paie squelettiques et nos fins de mois embourbées.

"Quand on est livreur, on se fait enc*** par les plateformes numériques"

Deliveroo, Amazon, Uber, Alloresto, toutes ces plateformes numériques se développent de plus en plus en France. La livraison à domicile est devenue un véritable business en plein essor. Créations de start-up, beaucoup d'embauches dans le secteur, mais les livreurs ont très peu de droits sociaux.

Hépatite E : le nombre de cas explose en France, notamment à cause de la charcuterie

Attention aux produits à base de porc pas assez cuits. Ces dernières années, le nombre de cas d'hépatite E (VHE) a littéralement explosé en France, de même ...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.