Trump - Le Pen : mêmes causes même effet ?

Le succès de Donald Trump n'a rien d'étonnant. Il incarne les " valeurs " de la société qui s'est imposée ces dernières trente années. Le succès de Trump aux USA renvoie à celui de Marine Le Pen. L'observation du premier peut servir à comprendre ce qu'il peut advenir en France en 2017.

Il est étonnant en revanche que cela surprenne ou dérange  les promoteurs du modèle de société - que Donald Trump incarne - et qu'ils ne s'en soient jamais inquiétés jusqu'à présent. Ce personnel se plaint d'un candidat tout en ayant mis en place les conditions de son succès.

La critique ne porte pas sur le fond. Personne ne remet en cause le modèle de la société américaine qui fait le succès de Trump.

L'abstention à chercher les causes réelles témoigne du souci à vouloir s'épargner des reproches sur la dérive financière d'une campagne électorale.

La recherche de fonds s'est substituée au débat d'idées. Les techniciens financiers l'emportent sur le souci d'écrire un programme. Il est reproché à Donald Trump d'avoir de l'argent mais pas de programme. Les inepties qu'il se permet, sans menacer sa popularité, confirment que la politique n'est plus une affaire d'idées pertinentes.

Le défaut de critique des programmes politiques favorise n'importe quoi, les idées extrémistes notamment.

L'inertie d'une politique de club (comme le dénonce Bernie Sanders) contribue à la rupture avec l'électorat lassé par la négligence de la réalité sociale.

Une représentation républicaine défaillante finit enfin de compromettre l'adhésion à la démocratie et aux institutions.

Donald Trump n'est pas un cas isolé ni propre aux Etats-Unis.

Son succès devrait interpeller dès à présent, au regard de la similitude, sur celui de Marine Le Pen en France.

Le quinquennat qui s'achève illustre une même abdication au discours économique et l'actualité politique porte souvent sur son de financement plutôt que sur les idées.

Les chefs de partis se disputent sur la personne, ils s'abstiennent de défendre un programme et s'exonèrent de connaître l'état du pays.

Le surréalisme caractérise les commentateurs parlant d'élections sans candidat désigné ni de programme.

Le dilettantisme des partis de gouvernement favorise la facilité et le succès de la provocation.

Marine Le Pen soulèvera donc la même question en France en 2017 que Donald Trump ne le fait aux USA actuellement.

Ce sera un peu tard est incompréhensible en considération de l'émoi médiatique que suscite le candidat américain.

 

Mises à jour :

France culture : La société française bascule-t-elle vers l'extrême-droite? / SDF et migrants: l'urgence sociale dans la rue

Un été américain Sarah Schulman: «Trump est un fasciste» Par Mathieu Magnaudeix

Famille, milliardaires, télé-réalité: c'est l’Amérique de Trump Par Mathieu Magnaudeix

Robert Morrow, un illuminé qui inspire Donald Trump Par Mathieu Magnaudeix

Il n'y aura pas de programme du PS selon l'article de Remi LEFEBVREL'autodestruction du Parti socialiste - Le Monde diplomatique

Les résultats du congrès de Poitiers, en juin 2015, ont été complètement ignorés, alors qu'ils étaient censés définir la ligne politique du parti. Dans la motion majoritaire, dont M. Cambadélis était le premier signataire, une position par anticipation sur la loi El Khomri avait été prise. On y lit: "Il faut rétablir la hiérarchie des normes: la loi est plus forte que l'accord collectif, et lui-même s'impose au contrat de travail".

Soit l'exact inverse de la proposition que le gouvernement s'acharne à défendre. S'appuyant sur le socle de légitimité du congrès, un rapport demandant une réorientation de la politique gouvernementale a été adopté par le bureau national à une très large majorité en juillet 2015. Il a été balayé d'un revers de main par le premier ministre, Manuel Valls, qui n'a cessé, depuis, de radicaliser sa ligne sociale-libérale.

La "loi travail", qui ne faisait pas partie des engagements de 2012, n'a jamais été discutée au PS; elle n'a fait l'objet d'aucun vote au bureau politique. La direction du parti a même renoncé à produire un programme en vue de l'élection présidentielle. Mieux vaut orienter le futur candidat à l'aide de "cahiers" que formuler un programme qu'il n'appliquera pas: c'est en substance, ce que le premier secrétaire a expliqué lors du conseil national du 6 février 2016. "

Sur l'abdication intellectuelle :

Les secrets inavoués du journalisme culturel Par Dan Israel

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.