"Les mots d'un boxeur gitan" : petite histoire du mépris de classe par la langue

Christophe Dettinger a été condamné ce 13 février à un an ferme, aménageable en semi-liberté, pour avoir frappé des CRS lors d'une mobilisation des "gilets jaunes". Médiatisé comme "le boxeur gitan", sa façon de parler avait été jugée suspecte... parce qu'elle tranchait avec pas mal de clichés. Par Chloé Leprince

https://www.franceculture.fr/societe/les-mots-dun-boxeur-gitan-petite-histoire-du-mepris-de-classe-par-la-langue

Le boxeur, la vidéo qu’il fait avant de se rendre... il a été briefé par un avocat d’extrême gauche. Ça se voit ! Le type, il n’a pas les mots d’un gitan. Il n’a pas les mots d’un boxeur gitan." C’est Le Point qui rapportait le 1er février ces propos d’Emmanuel Macron évoquant Christophe Dettinger, le champion de France des lourds-légers en 2007-2008, condamné ce 13 février à un an ferme, aménageable en semi-liberté, pour avoir frappé des membres des forces de l’ordre le 5 janvier 2019 à l’occasion d’une journée de mobilisation des “gilets jaunes”.

“Boxeur gitan” dans la bouche d’un Président de la République comme d’autres sifflent “travail d’Arabe” ou “banquier juif” ? Christophe Dettinger, qui s’est présenté à la police 36 heures après les faits, n’étaient plus un homme d’1 mètre 91 rapidement reconnu sur les vidéos de “l’Acte 8” pour sa notoriété dans le monde de la boxe, père de famille au casier judiciaire vierge, résidant en Région parisienne. “Le Gitan de Massy” n’étant pas seulement son pseudo pour les rings, il devenait en quelques heures à peine "le boxeur gitan". Et les médias de relayer rapidement le pédigrée d’un “enfant de l’Essonne” qui avait poussé dans un monde gitan amarré à trente kilomètres de Paris, auprès d’un père “chauffeur pour une société de traitement des déchets”, dans une maison où l’on se lavait “à la bassine” même si on avait quand même l’électricité. Ultime précision noctambule : le portrait-robot nous apprenait au passage qu’il y a vingt ans de ça, c’est “en boîte de nuit” qu’il avait rencontré sa femme, avec qui il aura trois enfants.

Encore présumé innocent aux yeux du droit, Christophe Dettinger était ainsi déjà passablement ethnicisé au moment où il postait en ligne cette vidéo, juste avant de se rendre au commissariat :

Faisant le plein dans des milieux plus aisés que jamais depuis une quinzaine d’années, la boxe n’est plus le sport traditionnellement populaire qu’elle a toujours été. Et la boxe "gitane" ? En surlignant l’ascendance de Christophe Dettinger et ses origines sociales, les médias ont réactivé au pas de course l’imaginaire d’un monde populaire violent, éruptif… et, mine de rien, pas très Français. 

Un exemple de discrimination institutionnelle et de mépris persistant à l'égard des gitans : https://www.franceculture.fr/emissions/les-pieds-sur-terre/gitans-sous-haute-tension

Gitan éduqué, gitan ventriloque ?

Les propos d’Emmanuel Macron sur le niveau de français de Christophe Dettinger sont venus ourler cette représentation de l’idée que ce monde populaire, boxeur et gitan, se distinguerait naturellement par une syntaxe étriquée, une moindre aisance à parler, et un vocabulaire un peu voyou. En sous-texte, l’idée que puisqu’il s’exprimerait mieux que prévu, Christophe Dettinger parlerait forcément en ventriloque - sûrement a-t-il été “briefé par un avocat d’extrême gauche”, parie Emmanuel Macron.

Ce commentaire a soulevé quelques protestations :

  • renvoyer Dettinger à ses origines gitanes pour évoquer une langue française réputée mal dégrossie était “insultant” pour les gitans, pouvait-on lire un peu partout
  • s’étonner d’entendre un “boxeur gitan” s’exprimer distinctement en disait long sur “l’image éculée qui s’attache à tous ceux que l’on regroupe sous des termes équivalents, les “Gitans”, les “Gens du Voyage”, les “Roms”  sans toujours savoir de qui il est question : ils appartiendraient à un monde replié sur lui-même, séparé de la société dite majoritaire par une culture et un mode de vie à part, et ils parleraient donc un langage qui s’attacherait à leur état subalterne”, soulignait le 7 février sur Médiapart l’historien Ilsen About
  • s’émouvoir d’un niveau de langage correct chez un gitan révélait une méconnaissance crasse des pratiques langagières de la communauté cible - “Comme les patois régionaux, les “parlers gitans, manouches ou yéniches” sont employés dans l’intimité, en famille. Au-delà du cercle familial, comme le pratiquent les Français d’origine italienne, espagnole, portugaise ou maghrébine, on parle français, tout simplement. Il n’y a donc absolument rien d’étonnant, ni calcul ni manipulation en coulisse au fait que Christophe Dettinger, qui est peut-être tsigane, comme d’autres se reconnaissent auvergnats, provençaux, picards ou lorrains, se soit exprimé en français courant lors de son allocution enregistrée en vidéo et publiée sur sa page Facebook”, écrivait le 4 février dans Libération Jacques Debot, qui signe “écrivain tsigane” sa tribune. 

Toutes ces réactions frappent au coin du bon sens. Même si c’est son pseudonyme dans le monde de la boxe, répéter depuis six semaines “le boxeur gitan” comme on disait hier “le clan des macaronis” ou “les bonnes bretonnes” donne des balles neuves à une vieille stigmatisation des gitans. Et ressuscite au passage pas mal de clichés sur un ancien monde nomade méconnu, qui est aujourd’hui sédentarisé à plus de 90% et qui, pour l’essentiel, reste ignoré dans tous les sens du terme.

"QI de bulot" : de l'orthographe aux neurones populaires

Mais ces “mots d’un boxeur gitan” sont loin d’épingler seulement le romani ou le caló, cet héritage du catalan que parlent historiquement les Gitans du Sud de la France. Ces “mots d’un boxeur gitan” mettent aussi en cause tout un registre de parole qui serait illégitime dans l’espace public. Car les propos d’Emmanuel Macron interviennent dans un contexte bien précis : celui d’une mobilisation hors norme, qui échappe en partie aux analyses traditionnelles, et peine à se laisser saisir au tamis des représentations habituelles des manifestations politiques. Des réseaux sociaux jusqu’aux plateaux de télévision en passant par leurs pancartes et leurs tags sur les murs les jours de défilé, les “gilets jaunes” soutiennent depuis plus de trois mois qu’il s’agit pourtant bien de politique. Que leur mobilisation n’est pas une bouffée d’affects mal digérés, et que si on y palpe de la rage et de la colère, cette éruption souvent violente n’en est pas moins politique.

En doutant de l’authenticité de “mots d’un boxeur gitan” parce que l’intéressé se place sur un terrain explicitement politique, c’est cette légitimité à parler politique qu’on met en doute. Et c’est d’autant plus flagrant que le niveau de langage des “gilets jaunes” est au centre de bien des commentaires depuis le début du mouvement. Sans porte-paroles rompus au micro, à la joute verbale ou aux canons de la revendication sociale, les “gilets jaunes” ont bousculé pas mal de codes dès le mois de novembre. 

C’est vrai à l’oral, tandis que certains "gilets jaunes" ne se sont pas encombrés de déguiser leur façon de parler pour s’exprimer dans les médias. C’est encore plus vrai à l’écrit, alors justement que la parole des “gilets jaunes” est massive sur les réseaux sociaux. Fautes de français et tournures familières ont très vite été pointées du doigt, devenant rapidement support à un mépris de classe flagrant. Quitte à ce que ça passe par un grand saut périlleux, la critique basculant à bon compte d'une orthographe hasardeuse à une charge contre le quotient intellectuel des “gilets jaunes”. Exemples vus / lus /entendus, dans des émissions à la radio ou à la télévision aussi bien que sur Twitter ou Facebook :

Ils ont un niveau intellectuel proportionnel à celui de leur orthographe !!

QI de bulot ! Idiot du village !

Orthographe de primates!

Si je dis qu’il s’exprime avec le niveau d’expression et d’orthographe d’un élève de cinquième technologique alors que c’est censé être un adulte à son pic de performances intellectuelles et physiques, c’est du mépris de classe ou de la franchise?

Il ferait mieux d’essayer de s’acheter des neurones… Ah ben non il ne peut pas à cause du pouvoir d’achat…

Bescherelle et droit de cuissage

Alors que le mouvement rebondit encore des rond-points en rendez-vous du samedi, la stigmatisation par le langage ou l’orthographe aléatoire ne désenfle pas : le 11 février, Maxime Nicolle, figure de proue parmi les "gilets jaunes", a reçu, hilare... un Bescherelle

Par sa résistance dans le temps et par sa virulence explicite, ce mépris interpelle. Pour autant, il n’est pas foncièrement inédit. Discréditer les mobilisations ou les colères des milieux populaires en se juchant sur le Petit Robert ou le Bescherelle tient même du vieux fond de soupe. De longue date, il faut avoir les codes et jouer une partition ajustée pour se faire écouter - sous peine de se voir renvoyer à une masse aussi bruyante que brouillonne. Or plus d’une personne mobilisée parmi les “gilets jaunes” n’a pas ces codes - ou s’en moque. Car endosser des codes étrangers n’a pas le même sens (ni le même coût) selon qu’on vient du bas de l’échelle sociale ou des classes supérieures. 

Quand un "gilet jaune" se fait rappeler à l’ordre par les internautes parce que son niveau de français trahirait une pensée mal dégrossie (ou qu'un responsable politique ironise sur "Jojo le gilet jaune qui a le même statut qu'un ministre"), ce "gilet-jaune"-là doit faire la preuve de sa capacité à parler comme les élites pour être digne de l’invitation à s’exprimer. Et bien souvent, le laisser-passer demeure inféodé au niveau d'études - y compris dans les standards des intéressés. Ainsi, dans la seule interview qu’elle a accordée (à France 3) depuis que son mari s’est rendu à la police, le 7 janvier, Karine Dettinger a insisté sur leurs impôts rubis sur l'ongle, la non-violence de son mari… et son parcours scolaire : 

C'est humiliant, complètement humiliant. Mon mari a fait des études, il est responsable, il travaille, on paye nos impôts, on est Français, on est des citoyens honnêtes et on nous rabaisse.  

Marc Noegelen, l’auteur d’une lettre ouverte à Emmanuel Macron, très virale, a lui aussi mis en avant son "bac + 5" dans un texte qui dénonce le double mépris, ethnique et classiste, dont les gitans écopent à nouveaux frais. Voici comme débute son courrier :  

Monsieur le Président

Je vous fais une lettre / Que vous lirez peut-être / Si vous avez le temps….

On peut être un Gitan voyez-vous Monsieur le Président, avoir quelques références culturelles, et citer Boris Vian (Diable ! Il connaîtrait même l’auteur !?).

Votre serviteur, Monsieur le Président, est issu de cette communauté. Il a grandi dans une caravane, a été éduqué avec amour, respect d’autrui, de soi et des institutions de la République. Le Gitan que je suis a été scolarisé le plus normalement du monde et a même eu l’outrecuidance d’être bien souvent le premier de sa classe, malgré bien des difficultés d’intégration qui n’étaient pas de son ressort… Je suis aujourd’hui âgé de 43 ans, suis titulaire d’un Bac +5, Master 2 en Droit, économie et gestion, mention Sciences du Management. Je suis salarié depuis 17 ans dans une grande entreprise nationale et exerce mon métier avec le plus grand professionnalisme.

J’ai 4 enfants, vis en couple avec une femme “normale” qui est professeur des écoles et auteure reconnue dans son domaine. J’ai moi-même été déjà publié chez un éditeur assez connu. Mes deux aînés ont une scolarité exemplaire à leur tour, suivent des cours au Conservatoire de notre Ville, font du sport… Nous payons chaque mois rubis sur l’ongle, le crédit de notre maison. Et nos impôts pour financer les services publics de la collectivité avec l’esprit de solidarité qui va de pair.

Braconnage et stratégie d'image

Quand Georges Marchais ou Henri Krasucki dirigeaient le PCF (de 1972 à 1994) et la CGT (de 1982 à 1992), leur façon de parler, qui fléchait distinctement leurs origines populaires, pouvait être montée en épingle dans des sketches de Coluche ou encore au Bébête show (un genre d'ancêtre des "Guignols de l'Info" version TF1,  à l'écran de 1982 à 1995, pour les moins de 30 ans...) Mais même quand Krasucki, grand amateur d'opéra, racontait sa passion pour Prokofiev ou Paul Eluard, personne ne le soupçonnait de se pousser du col ou d'usurper une culture qui n'était pas celle de son rang, lui qui avait grandi dans le Belleville ouvrier, fils de Juifs polonais exilés en France à la fin des années 1920, politisé par les réseaux de Résistance FTP-MOI avant d'être déporté en 1943. 

Dans l'autre sens, la question se posera davantage. Par exemple quand Nicolas Sarkozy rétorquera “Casse toi pov’con” au Salon de l’agriculture 2008 à un passant qui refuse de lui serrer la main. Ou encore quand Emmanuel Macron sifflait, récemment, que les minima sociaux coûteraient “un pognon de dingue”. 

Dans les deux cas, on peut regarder le braconnage lexical comme une variante du droit de cuissage - le tout pris dans un jeu d'image dont le but serait de “faire peuple” , comme disent les communicants.

Ces deux épisodes ont un point commun : leur registre familier - vulgaire pour le premier, argotique pour le second. Pour le dire vite, "parler populaire" devient synonyme de "mal parler", exactement comme lorsque le comédien Fabrice Lucchini singe un “ jeune de banlieue” qui réciterait Le Misanthrope de Molière avec les “O” fermés, l’intonation qui traîne des pieds… et “j’te nique” en guise de ponctuation. 

Ni Molière ni le comédien amateur n'ont rien demandé dans l'affaire : on est dans le registre de la pure projection imaginaire, fantasmée, de classes populaires vulgaires et culturellement avachies :

En réalité, “pognon” ne viendrait pas de l’argot mais d'un français plus ancien, contrairement à une idée reçue qui doit beaucoup à l’usage intensif qu’en fait Céline - par exemple à la page 517 dans Mort à crédit :

Une idée de merdeux qui me traverse d'aller crâner avec le flouze... d'y dire qu'on était plein de pognon!

Céline est connu bien sûr pour mobiliser un large répertoire argotique. Mais les connotations de l’argot elles-mêmes sont le fruit d’une construction à laquelle la presse a largement contribué. Et qui finit par enchâsser classes populaires et délinquance. 

Ainsi, dans une émission radio “La Tribune de Paris" de 1951, un certain Fernand Trignol, un acteur spécialiste de l’argot qui conseillait le monde du cinéma sur les dialogues, expliquait par exemple que les journalistes employaient systématiquement des mots d’argot pour raconter des faits divers. Nous étions alors six ans après la Seconde guerre mondiale, et l’argot connaissait justement un gros essor… dont cette archive nous apprend qu’il n’est pas étranger à l’augmentation du nombre de petits délits pour marché noir pendant la guerre. 

Ce serait à cette période, derrière les barreaux, qu’une partie de la population se serait ainsi familiarisée à un langage  de la délinquance... avant de la répandre à son tour hors les murs. Contribuant au passage à nourrir encore l’idée que la délinquance est d’abord une faiblesse populaire :

Ni “Macron enculé” ni “Molière, j’te nique” dans la vidéo de Christophe Dettinger, pourtant. Et c’est bien cela, au fond, qui semble interpeller Emmanuel Macron quand il questionne l’authenticité du propos du “boxeur gitan” qu’on minore soudain en ventriloque. Pourtant, on peut aussi regarder sa vidéo dans la continuité des courriers que les détenus algériens, militants de l’indépendance au FLN ou au MNA, redoublaient d’efforts à envoyer à l’administration pénitentiaire. 

Comme l’explique l’historienne Fanny Layani dans le cadre de sa thèse sur la détention de ces militants nationalistes durant la guerre d’Algérie, écrire et se positionner à travers la prise de parole, était justement une manière pour ces détenus-là de se distinguer des détenus de droit commun à la prison de Fresnes. Et précisément de s’affirmer comme des détenus politiques. 

Mais, bien avant eux, on trouve, dans la correspondance de Louise Michel, de nombreux courriers que la Communarde, déportée au bagne en Nouvelle-Calédonie, n'a cessé d’envoyer à la commission des grâces (“la commission dite des grâces”, écrit Louise Michel) pour se rappeler à son bon souvenir mais aussi camper sa stature politique :

Messieurs, vous avez bien fait d’ordonner que toute personne pût correspondre librement avec vous au moyen de lettres cachetées. De cette façon, mes pensées vous arriveront de partout.

Subir les mots d'un monde ratatiné

A l'époque, en ce début des années 1870, écrire à cette commission des grâces supposait... de savoir lire et écrire, ce qui était loin d'être démocratisé ( a fortiori pour les femmes de milieu populaire, mais Louise Michel est institutrice). Lorsque démarre la Grande guerre, à peine 2% des soldats français engagés ont le bac. Et, tout comme certains loisirs ou le goût du vin, le langage, le vocabulaire et la façon de parler deviennent rapidement des ressorts de la distance sociale qui se creuse au front. 

Cette réalité prend à revers bon nombre de représentations idéalisées d’une solidarité transclasse qui se serait fait jour dans les tranchées. Mais le chercheur Nicolas Mariot, qui a notamment travaillé sur la correspondance de Poilus issus des élites intellectuelles et lettrées, montre justement à travers leurs lettres combien ces soldats issus des classes supérieures ont eu beaucoup de mal à s’accommoder de la proximité de soldats issus des milieux populaires. Et parmi ce dont ils se plaignent dans les courriers qu’ils font parvenir à l’arrière, on retrouve notamment la façon de parler ou le vocabulaire : 

  • c’est le poète licencié en droit Louis Krémer qui cingle un “milieu peu intelligent” en 1915, et se plaint “des poilus qui conversent, et leurs conversations, leurs plaisanteries, toujours les mêmes, sont écœurantes” 
  • c’est aussi le peintre Fernand Léger, la même année : “Comme je m’ennuie tout seul dans tout ce monde ratatiné” 
  • ou encore l'écrivain Jean Norton Cru, toujours en 1915 :  “Je suis fatigué de vivre parmi des illettrés, trop souvent égoïstes et blasphématoires.”

Un siècle plus tard, certains lycées de quartiers d’éducation prioritaire organisent des ateliers pour leurs élèves susceptibles de passer des concours où la façon de parler peut faire le tri. La sociolinguiste Maria Candea, qui travaille de longue date sur la stigmatisation par le langage ou par l'accent, prépare ainsi les élèves du Lycée Eugène-Delacroix de Drancy (Seine-Saint-Denis) qui voudraient intégrer Sciences Po. Elle travaille sur l'accent au sens large, qu'il soit géographique ou social, d'ailleurs, car les deux se recoupent bien souvent : il est rare que la grande bourgeoisie dans le Nord ou dans le Pas-de-Calais se dévoile par un accent ch'ti. Lequel charrie bien plus naturellement des représentations collectives du monde ouvrier ou de la mine. 

Yves Montand, son accent et sa migration de classe

C'est aussi vrai à l'autre bout de la France, et il est frappant d'entendre Yves Montand raconter à la radio en 1953 comment il s'est échiné à perdre son accent pour gagner en légitimité et faire carrière... quelques minutes à peine après avoir feint d'oublier qu'il n'avait pas fréquenté le lycée. Et Montand, 32 ans, d'avouer un peu contrit qu'il n'a pas traîné à l'école, lui qui est né en 1921 en Italie mais dont la famille a vite quitté la Toscane pour Marseille et les quartiers prolétaires du côté du port de la Joliette.

A Paris, en studio, on le félicite pour ce camouflage - "Oui, bravo!" et on ricane un peu à prononcer "pétannnnque" :

A ses élèves, Maria Candea ne conseille pas de se déguiser, de s’épuiser à s'inventer une façon de parler qui pourrait trahir, dans le feu de l’épreuve orale. Mais elle les rassure ("Tout le monde a plusieurs personnages") et les sensibilise aux stéréotypes langagiers et à la manière dont une façon de parler peut être perçue par un jury. Elle leur montre par exemple l’extrait de Fabrice Lucchini “Molière j’te nique”

Vous pouvez retrouver Maria Candea avec ses élèves à travers l’épisode “Passer les frontières sociales grâce à l'école”, diffusé en septembre 2017 sur France Culture dans le cadre de la série documentaire “Voyage transclasse” de Leila Djitli et Vincent Decque :

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.