Documentaire sur la fabrication des journalistes en France

« Les petits soldats du journalisme » continuent de marcher au pas. C’est en tous cas ce qu’il ressort du documentaire « En Formation » : une immersion, le temps d’une année scolaire, dans une promotion du Centre de formation des journalistes (CFJ). Sélectionné au festival « Filmer le Travail » de Poitiers, le film a obtenu le prix du public. Entretien avec les réalisateurs.

https://www.acrimed.org/Immersion-dans-le-Centre-de-formation-des

Rien ne nous a été caché. (...) Nous avons pu, dès le début du tournage, filmer le concours d’entrée et les délibérations du jury, ce qui n’est pas anodin. (...) Mais cela ne nous empêche pas de nous inscrire en faux. Surtout au montage, parce que notre pratique de documentaristes se confronte à la pratique journalistique. Nous sommes quasiment à l’opposé de la pratique journalistique majoritaire.

Mais s’ils font un travail d’enquête, on ne l’a pas vu.

Néanmoins, il nous semble qu’il n’y a pas de cours sur l’histoire du journalisme, sur l’éthique. Mais cela paraît tellement extraordinaire aux spectateurs du film que je deviens de moins en moins affirmatif et me demande si on n’est pas passé à côté ! C’est toujours le format qui est travaillé : le format du micro-trottoir, le format du reportage. Au fond, ce que je pense, c’est que le CFJ forme les jeunes au monde du travail. Et la réalité du monde du travail, ce n’est pas l’enquête.

Ils sont là pour apprendre l’écriture journalistique, le fond n’a aucune importance. Que ce soit un salon du chocolat, la semaine de la mode ou un accident nucléaire, c’est identique.

Ils n’ont pas le temps de penser...

Bizarrement, le réel n’est pas leur sujet. On le voit bien avec, par exemple, l’importance donnée par les intervenants à l’idée de raconter une histoire, de capter l’attention à travers un storytelling permanent. Ils travaillent principalement sur des tech-niques de récit et des formats préétablis. Et quand la singularité du réel devient incontournable, ils ne savent plus quoi en faire.

« Je suis venu dans une école de journaliste en pensant faire de l’information et je me retrouve à faire de l’émotion. »

Prolonger :

Acrimed

Un exercice de dépolitisation : Nicolas Demorand contre Adrien Quatennens

Manuel Valls, mon amour

Sortie de Médiacritiques n°38 – Présidentielle : le retour du journalisme hippique

Arrêt sur images

Journalistes "d'en bas" : "Le social, c'est pas un sujet sexy"

L'AFP s'apprête à dissoudre son service d'informations sociales dans plusieurs autres pôles. Changement de priorité, ou nécessité d'irriguer les autres services(...)

Journalistes "d'en bas" : "Le social, c'est pas un sujet sexy"

L'AFP s'apprête à dissoudre son service d'informations sociales dans plusieurs autres pôles. Changement de priorité, ou nécessité d'irriguer les autres services(...)

Médiapart (club)

Gilles Bornstein sur France info, la caricature du " journaliste hippique " macronien

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.