Gilets jaunes: quand la justice se prend pour la police

La justice est là pour rendre justice, pas pour rétablir l'ordre par Régis de Castelnau - 14 janvier 2019 - La prise de la Bastille avait-elle fait l'objet d'une déclaration de manifestation ? Benalla a le même prénom que Stavisky. La Constitution place le peuple au dessus du pouvoir pour prévenir un nouveau Vichy. Macron serait-il crypto maurrassien ? Son action éclaire l'exil de Zweig.

https://www.causeur.fr/gilets-jaunes-justice-police-juges-ordre-158226

Prolonger :

«Allô place Beauvau? C’est pour un bilan»

Depuis le début du mouvement des « gilets jaunes » il y a deux mois, le documentariste David Dufresne recense les violences policières, dont certaines présentent des manquements déontologiques graves. Mediapart lui a demandé de cartographier son travail de signalement auprès du ministère de l’intérieur, qui reste sourd à toutes critiques. Attention, certaines images peuvent choquer.

Ninef, un œil en moins, au mauvais endroit au mauvais moment

À Montpellier, la police a tiré au fusil à pompe avec des munitions en plastique

Gilets jaunes: Castaner maintient la pression policière

 

Interroger :

La prétention jupitérienne du pouvoir signale une admiration pour la mythologie grecque dont Johann Chapoutot a livré une étude sur les conséquences politiques de telles références : Le national socialisme et l'antiquité. Johann Chapoutot - YouTube

L'admiration de Macron pour la royauté interroge sur l'influence de Charles Maurras et l'action française.

Sa tentative de commémorer Pétain ne finit-elle pas de poser la question sur la nature aventureuse de la "révolution" macronienne - avec en bandeau " c'est notre combat pour la France" - et de son écho à une révolution nationale qui exclut, une fois encore, le peuple ? La convergence objective du pouvoir actuel avec l'extrême-droite confirme ce qu'énonçait Hayek et, d'autre part, l'analyse d'Albert O. Hirschman dénonçant la persistance de "Deux siècles de rhétorique réactionnaire" (Fayard).

L'affaire Benalla mérite une relecture et une mise à jour de " Histoire secrète de la Ve République ".

La répression judiciaire et policière des foules par l'emploi de moyens disproportionnés et un abus de droit ne pose-t-elle pas la question de la "guerre civile" plutôt que du "grand débat" ?

Le comportement de la police est-il encore républicain dans ces conditions ?

La dérive politique actuelle française n'éclaire-t-elle pas la contemporanéité de la réflexion et l'exil de Stefan Zweig ?

 

Bibliographie :

Dictionnaire des inégalités et de la justice sociale Editions PUF Par Patrick Savidan

Contre-histoire du libéralisme La Découverte par Domenico Losurdo

Une morale pour les aigles, une autre pour les pigeons - Michel LAFON Eric de Montgolfier

« Mon cher Collègue et Ami » L’épuration des universitaires (1940-1953) - Presses universitaires de Rennes par François Rouquet

La légitime défense : Homicides sécuritaires, crimes racistes et violences policières CNRS Editions par Vanessa CODACCIONI

La justice déshonorée Editions Taillandier Virginie Sansico

Histoire secrète du patronat de 1945 à nos jours - Le vrai visage du capitalisme français Editions la Découverte

L'épuration économique en France à la Libération Presses universitaires de Rennes Par Marc Bergère

La culture juridique française : Entre mythes et réalités. XIXe - XXe siècles Editions CNRS par Frédéric AUDREN , Jean-Louis HALPÉRIN

Justifier l'injustifiable PUF par Olivier JouanJan

L'État contre les juifs | Editions Grasset

Retour à Lemberg - Philippe Sands - Editions Albin Michel

Les grandes banques françaises de la collaboration à l'épuration, 1940-1950

La collaboration, Vichy Paris Berlin, 1940-1945 - Éditions Tallandier

Pour se remonter le moral :

Une histoire des civilisations - Comment l’archéologie bouleverse nos connaissances Editions La Découverte

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.