EDF, Monsanto, Lafarges, " ceux qui résussissent et ceux qui sont rien "

En toute discrétion, EDF est en train d’obtenir la prolongation de la vie de ses centrales nucléaires au-delà de 40 ans, un âge autrefois jugé indépassable. Le manque de discussion publique entretient l’opacité des décisions au sujet de la sûreté des réacteurs. L'ASN présente son rapport annuel jeudi 30 novembre aux parlementaires. 29 novembre 2017 Par Jade Lindgaard

https://www.mediapart.fr/journal/economie/291117/nucleaire-edf-va-prolonger-la-duree-de-vie-de-ses-centrales

EDF ne prolonge pas le durée de vie des centrales qui sont au bout du rouleau. EDF prolonge seulement le risque qu'elles pètent.

La question qui se pose n'est pas tant la production d'énergie que son gaspillage.

Le pouvoir n'aurait pas à exposer inconsidérément la population à un risque connu et prévisible s'il régulait les gaspillages d'énergie (systèmes de veille dans l'électroménager, climatisation, éclairages nocturnes des façades d'immeubles et des devantures de magasin, appellation "produit frais" réservée aux productions dans un rayon maximum de 50 km pour réduire l'abus de transport et de chaîne du froid sur des centaines voire des milliers de km, etc.)

Ainsi, la veille des appareils électroménager dans l'UE représente 50 térawattheures de consommation par an, soit autant que la consommation totale du Danemark. Cela en fait de la pollution pour rien quand un réacteur nucléaire a une puissance de 1 000 MWh, une éolienne de 5 MWh (voir la Liste des plus grandes centrales électriques au monde - la plus grosse centrale nucléaire est au Japon, en bord de mer, comme Fukushima)

La mansuétude politique pour ce gaspillage se fait en dépit du bon sens et de la raison qui conduit à maintenir des activités qui soulèvent publiquement de très sérieux doutes :

Les responsables d'aujourd'hui sont les responsables des accidents de demain.

Le nucléaire, c'est comme le glyphosate. Il y a ceux qui ont intérêt à le vendre (et font des profits au mépris de la santé et de la sécurité des travailleurs) et ceux qui en supportent les conséquences (les travailleurs, les populations alentours) : Précaires du nucléaire : EDF se défausse du risque ; Les agriculteurs, premières victimes des pesticides - Le Monde

EDF et Monsanto illustrent la pensée discriminante selon laquelle il y a " Les gens qui réussissent et les gens qui ne sont rien " Il est piquant d'entendre l'ami des riches et des investisseurs "business first" parler de sécurité et faire voter des lois liberticides au prétexte du "terrorisme" quand LesInrocks publient " La jolie enveloppe que Lafarge donnait à Daech " ou Marianne titrer "Noël en avance : les députés macronistes votent un cadeau de 140 millions d'euros aux banques" alors que Le gouvernement prépare la précarisation du montant des (petites) retraites. L'argent, il y en a pour les bandits mais pas pour ceux qui en ont besoin, quand les droits sociaux sont des droits de l'Homme que l'Etat a l'obligation positive d'en garantir l'efficacité.

 

Dans la même logique que "L'ordre du jour "d'Eric Vuillard :

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.