Pokemon Go et burkini : deux approches opposées de l'ordre public

Une société privée fait des bénéfices en organisant un jeu sur l'espace public, sans en avoir demandé l'autorisation, avec des risques et des accidents pour les usagers. N'importe quel organisateur de divertissement a pourtant l'obligation d'avoir un agrément. C'est d'ordre public, comme l'invoquent les pouvoirs publics contre le burkini. La différence de rigueur signale une discrimination.

 

Un bistrotier qui pose une table sur un trottoir, un forain qui veut installer son attraction, une association sportive qui emprunte des voies publiques doivent recevoir une autorisation, payer des taxes et présenter des garanties en matière de sécurité. C'est "d'ordre public", le même qui est invoqué contre le burkini.

Pokemon Go échappe étonnamment à cette rigueur administrative ; engrange des millions de bénéfices, sans rien payer tout en utilisant le domaine public et en exposant les consommateurs à un risque qui se traduit par des accidents (1).

L'Etat est en mesure de soumettre une société au respect du droit et de l'imposer comme n'importe quelle activité industrielle ou commerciale.

Les accidents que provoquent Pokemon Go sont de notoriété publique. Il y a un lien de causalité.

Il y a même des Pokemon à attraper sur les ... autoroutes (2).

Cela promet.

L'inaction de l'administration emporte la question de sa responsabilité. L'abstention est fautive.

Les associations de sécurité routière s'en émeuvent-elles et ont-elles mis les pouvoirs publics en demeure ? Qu'attendent-elles ?

La responsabilité de la puissance publique (3) peut être invoquée face à un tel laisser-faire qui favorise manifestement les accidents.

L'abstention est d'autant plus étonnante de la part des autorités publiques qu'elles invoquent l'ordre et la sécurité publics pour le port d'un maillot de bain féminin, mais qu'elles témoignent parallèlement une étrange mansuétude à des pitreries électroniques et capitalistes qui troublent l'ordre public (4).

Il y a deux poids et deux mesures.

Quelle est la crédibilité d'un Etat - laïc - qui accable des personnes pour leur tenue de plage mais cautionnent des organisations, au-delà de Pokemon Go, qui méprisent le droit(5) et font des bénéfices au mépris de l'ordre et de la sécurité publics ?

Ce sont les questions que soulèvent la comparaison d'une rigueur disproportionnée à propos d'un maillot de bain féminin, d'une part, et d'un laisser-faire à propos d'une activité marchande accidentogène, où règnent les hommes - comme en politique, d'autre part. La discrimination que révèle le traitement politique du burkini est caractéristique d'une sclérose de la pensée.

 

RFI : L'ONU pour la levée de l'interdiction du burkini en France

 

(1)

6 Accidents Caused By Pokemon Go - YouTube

Pokemon Go: Crimes, accidents & more - Terrible things happening

Japan suffers its first 'Pokémon Go' accident just hours after the ...

Un accident de voiture causé par le jeu « Pokémon Go » - Le Monde

Coups de feu, chutes, accidents : quand les joueurs de Pokémon Go ...

Deux accidents avec Pokemon Go. En Normandie, appel à la ...

 

(2)

En 2014, selon l'ONISR, 3 557 personnes ont perdu la vie sur les routes de France (+ 3,8 %), dont 3 384 en métropole (+ 3,5 %) et 173 dans les départements d’outre-mer (+ 8,8 %). La mortalité s’est accrue de 130 décès par rapport à 2013 (116 en métropole, 14 dans les DOM). A ce jour, le burkini, n'a provoqué aucun accident.

 

(3)

Par ex. : Anne Jacquemet-Gauché, « La responsabilité de la puissance publique en France et en Allemagne. Étude de droit comparé », Trajectoires [En ligne], 5 | 2011, mis en ligne le 16 novembre 2011, consulté le 31 août 2016. URL : http://trajectoires.revues.org/711

 

(4)

Pokemon Go a rapporté plus de 200 millions de dollars en un mois

Pokémon Go a déjà fait gagner plus de 6 milliards d'euros aux ...

 

(5)

Odile Benyahia-Kouider et Jean-François Julliard " Ces entreprises qui trichent par dessus le marché " Canard enchaîné d'aujourd'hui page 3

 

La droite sarkozyste refuse d'éteindre la polémique sur le burkini  Par Aurélie Delmas

Avant même la décision du Conseil d'État qui invalide les arrêtés municipaux contre le port de burkinis sur les plages, Nicolas Sarkozy réclamait une loi.. Le voilà prêt à une révision de la consitution! Ses proches, les députés Guillaume Larrivé et Éric Ciotti, ont annoncé dès vendredi qu'ils allaient déposer une proposition de loi à l'Assemblée.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.