Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

162 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 oct. 2018

Financer les maternelles privées au prix d'un renoncement à l'égalité

Un projet de loi s’apprête à offrir un financement public aux écoles maternelles privées. On peut douter que cela produise les conditions d’une meilleure démocratisation de la réussite scolaire et ce particulièrement pour les enfants des familles populaires !

Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le projet de loi « pour une école de la confiance » va fixer à trois ans l’obligation d’instruction.

Nous avons déjà montré (voir billet du 26 juillet dernier) que cette mesure ne changerait rien à la réalité de la scolarisation puisqu’au mieux, elle permettrait de contraindre à une scolarisation en école en classe de moyenne section, à un âge où la totalité des enfants est déjà scolarisée ! En rendant obligatoire une instruction qui est déjà librement acceptée par les familles et conduit aujourd’hui 100% des élèves à fréquenter l’école maternelle, Macron est loin des enjeux historiques de 1882 quand Jules Ferry rendit obligatoire l’instruction à 6 ans.

L’obligation pour contraindre à l’assiduité ?

Difficile de comprendre le fondement de cette loi dans de telles conditions. L’argumentation d’un outil de lutte pour renforcer l'assiduité ressemble à une tentative peu crédible de justification : nous disposons déjà des moyens réglementaires (notamment circ.2014-088) qui permettent de lutter efficacement contre une fréquentation irrégulière et des absences injustifiées. Les problématiques particulières des fins d'années scolaires ne seront en rien résolues par l'obligation. Ni les fréquentations incomplètes de petite section qui sont parfois liées à des locaux trop exigus pour la sieste de tous les élèves ou à une dotation insuffisante de moyens, notamment d’ATSEM. En tous cas, aucun rapport n'a pu conclure qu'il existait un problème majeur d'assiduité ayant des effets notables sur la réussite des élèves. 

Non, la raison est ailleurs : cette loi est un extraordinaire cadeau à l’enseignement privé.
En effet, désormais, les communes seront tenues de prendre en charge les dépenses de fonctionnement des classes maternelles sous contrat d'association dans les mêmes conditions que celles des classes correspondantes de l'enseignement public. Car le projet de loi prévoit bien d’étendre l’obligation de subvention au fonctionnement des écoles aux classes maternelles privées. La charge sera lourde puisque le forfait communal devra prendre en compte le salaire des ATSEM. 

Une garantie d’égalité ?

C’est tout d’abord un cadeau pour les écoles privées existantes qui, quoique déjà financées, à des hauteurs diverses, pour certaines d’entre elles par des communes volontaires, seront désormais toutes bénéficiaires du forfait communal.

Mais ce sera aussi le financement public d’un marché scolaire en pleine extension. En effet, le nombre est croissant de familles qui cherchent à scolariser leur enfant au sein d’une population scolaire « triée » qu’ils perçoivent comme un cadre plus sécurisant. Aux écoles privées traditionnelles, s'ajoutent de nouvelles écoles organisées sur la promesse d’une pédagogie particulière.

Alain Bentolila avait beau considérer lors des Assises de la maternelle que l'obligation à 3 ans constituait une garantie d’égalité, l'effet sera tout autre :la diminution de la mixité sociale dans les écoles publiques. En favorisant la scolarisation des plus favorisés dans l’entre-soi social, une telle loi aura de la peine à nous convaincre de la réalité de l’engagement du gouvernement à promouvoir la démocratisation de la réussite scolaire.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Orange, nouvel exemple de la gouvernance à la française
L’assemblée générale du groupe de télécommunications doit approuver le 19 mai la nomination de Jacques Aschenbroich comme président d’Orange. Choisi par l’Élysée, le président de Valeo ne connaît pas le monde des télécoms. Tout cela au moment où cette industrie est en pleine révolution.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
« Grand remplacement » : un fantasme raciste qui vient de loin
La peur d’un « grand remplacement » des « Blancs chrétiens » est très ancienne en France. Elle a connu une véritable explosion à l’ère coloniale, face à la présence, pourtant quantitavement faible, des travailleurs africains en métropole. Alain Ruscio montre ici que ce fantasme raciste fut un filon politique et un calcul abondamment exploités du XIXe siècle à nos jours.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
L'UE a dépensé plus de 340 millions d’I.A. pour le contrôle des frontières
Comme l'écrit Statewatch depuis 2007 l'UE a dépensé plus de 340 millions pour la recherche sur les technologies de l’Intelligence Artificielle (I.A.) destinée au contrôle des frontières, des demandeurs d’asile, de l’immigration, alors que la proposition de loi en la matière actuellement en discussion ne fournit pas les sauvegardes contre les emplois dommageables de ces technologies.
par salvatore palidda
Billet de blog
Le radeau de la Méduse ou le naufrage du vieux monde
[Rediffusion] Les connivences du pouvoir politique et financier aux affaires du vieux monde témoignent chaque jour de leur mépris pour les populations et la démocratie. Partout la nostalgie impérialiste de la domination s'impose comme sauvetage de la mondialisation sauvage. Ne laissons pas le saccage et la peur nous plonger en eaux troubles et relisons plutôt Le radeau de la Méduse du génial Géricault.
par jean noviel
Billet de blog
Migrations environnementales #1 : la sécheresse dans la Corne de l’Afrique
Le manque d’eau pourrait, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), concerner 40 % de la population mondiale avant 2050 et pousser à la migration jusqu’à 700 millions de personnes. Dans la Corne de l'Afrique, le réchauffement climatique entraîne déjà des déplacements de population.
par BPI - Migrants, réfugiés, exilés