Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

162 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 janv. 2022

Chères expertises…

À propos de la coûteuse et inutile expertise du cabinet McKinsey sur les évolutions de la profession enseignante.

Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’audition par la commission d’enquête sénatoriale du cabinet de conseil Mc Kinsey a livré à la connaissance de toutes et tous, le coût d’une étude demandée par l’Éducation nationale sur les évolutions de la profession enseignante : 496 800 euros.

Rapporté au budget du ministère, le montant peut paraître limité (0,001%) mais confronté aux difficultés quotidiennes des personnels pour obtenir le financement des choses les plus élémentaires, il a de quoi nourrir quelque exaspération d’autant que les plus forts doutes subsistent sur la plus-value apportée par cette contribution d’experts.

Et ce n’est pas la réponse confuse faite par le responsable du cabinet devant la commission sénatoriale qui pourrait lever ces doutes, l’élément le plus clairement signifiant de sa réponse étant offert par un lapsus où « métier » et « marché » se confondaient.

Aucune plus-value

Mc Kinsey a donc été sollicité par le ministre de l’Éducation nationale pour préparer un colloque sur les évolutions des métiers de l’enseignement qui, initialement prévu en avril 2020, n’a pu se tenir du fait des conditions sanitaires. Les travaux du cabinet Mc Kinsey ont alors été mis au service du colloque « Quels professeurs au XXIe siècle ? » organisé le 1er décembre 2020 dans le cadre du Grenelle de l’Éducation et qui a donné lieu à la rédaction d’un rapport[1] par Yan Algan (voir billet du 29 janvier 2021 sur ce même blog).

On peut déjà s’interroger sur la nécessité de recourir à un cabinet qui n’est manifestement pas, dans son implantation française, spécialisé dans les questions d’éducation :  il suffit de regarder la liste de ses consultants pour s’en convaincre.

Amélie de Montchalin avoue qu’elle ignorait, jusqu’à cette enquête sénatoriale, l’existence de cette expertise. Certes, elle n’était pas encore la ministre chargée de la fonction publique quand le cabinet a été sollicité mais elle l’était en décembre 2020 quand le colloque s’est tenu. On peut donc s’étonner, si la plus-value de l’expertise avait été évidente, qu’elle n’ait pas attiré la moindre attention de la ministre chargée d’une Fonction publique d’État qui comporte 43% d’enseignants[2] et qui devrait donc être quelque peu concernée par la question.

Quant à la lecture du rapport de Yann Algan, difficile de percevoir, là aussi, la plus-value puisque l’économiste n’y dit rien de vraiment nouveau et y répète ce qu’il a déjà publié… Pas de trace non plus d’une synthèse qui prendrait en compte la diversité des visions actuelles sur le sujet.

Le rapport assène une conception unique, déjà largement développée par Yann Algan. Si on prend l’exemple de la rémunération au mérite ou de l’autonomie des établissements, sujets qui pour le moins donnent lieu à des analyses diverses et à des désaccords, le rapport n’offre rien d’autre que la répétition de visions partagées par le gouvernement sans qu’aucune analyse contradictoire ne vienne y mettre quelque limite, quelque doute, quelque interrogation… 

La méthode rappelle d’autres stratégies mises en œuvre par Jean-Michel Blanquer où un discours, affirmé comme scientifique, est instrumentalisé par ses volontés idéologiques sans qu’aucune place ne soit faite à la controverse, aux débats ou à une volonté de synthèse prenant en compte la diversité des analyses.

L’alibi de l’expertise

Pour qu’une expertise soit pertinente, elle doit être indépendante. C’est loin d’être la réalité actuelle où les experts internes sont sommés d’épouser les vues gouvernementales au nom de la loyauté et où les expertises externes sont choisies parce qu’elles vont dire ce que l’on attend d’elles…

Ainsi la politique ultralibérale continuera à promouvoir des évolutions dont les analyses exigeantes d’experts indépendants ont maintes fois montré qu’elles produisaient, pour le système scolaire, des effets contraires aux perspectives démocratisantes et émancipatrices énoncées.

Grâce à l’alibi d’une expertise, scrupuleusement choisie pour sa convergence d’idées avec le demandeur, un discours de vérité savante pourra venir imposer des choix idéologiques en rejetant le désaccord et la contestation au prétexte de l’incapacité du discours commun à comprendre la complexité du monde.  

[1] Yann ALGAN, Quels professeurs au XXIe siècle ? Rapport de synthèse, colloque du 1/12/2020, CSEN
[2] INSEE, Les agents de l’État en 2014 : leurs profils, leurs carrières, Insee Références, édition 2018, p.49-62

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
En Seine-Maritime, Alma Dufour veut concilier « fin du monde et fin du mois »
C’est l’un des slogans des « gilets jaunes » comme du mouvement climat. La militante écologiste, qui assume cette double filiation, se lance sous les couleurs de l’union de la gauche sur ce territoire perfusé à l’industrie lourde, qui ne lui est pas acquis.
par Mathilde Goanec
Journal — Sports
Ligue des champions : la France gagne le trophée de l’incompétence
La finale de la compétition européenne de football, samedi à Saint-Denis, a été émaillée de nombreux incidents. Des centaines de supporters de Liverpool ont été nassés, bloqués à l’entrée du stade, puis gazés par les forces de l’ordre. Une faillite des pouvoirs publics français qui ponctue de longues années d’un maintien de l’ordre répressif et inadapté, souvent violent.
par Ilyes Ramdani
Journal — Europe
En Italie, Aboubakar Soumahoro porte la voix des ouvriers agricoles et autres « invisibles »
L’activiste d’origine ivoirienne, débarqué en Italie à l’âge de 19 ans, défend les ouvriers agricoles migrants et dénonce le racisme prégnant dans la classe politique transalpine. De là à basculer dans la politique traditionnelle, en vue des prochaines élections ? Rencontre à Rome. 
par Ludovic Lamant
Journal — Moyen-Orient
Le pouvoir iranien en voie de talibanisation
La hausse exponentielle des prix pousse à la révolte les villes du sud et de l’ouest de l’Iran. Une contestation que les forces sécuritaires ne parviennent pas à arrêter, tandis que le régime s’emploie à mettre en place une politique de ségrégation à l’égard des femmes.
par Jean-Pierre Perrin

La sélection du Club

Billet d’édition
Ma grand-mère, fille mère
Les récits familiaux reprennent dans l'édition «Nos ancêtres les gauloises». Celui-ci nous est proposé par un contributeur qui tient à rester anonyme. Son histoire, entre mémoire et fiction, explore un secret de famille où la vie des bonnes «engrossées» par leur patron rencontre celle des soldats de la Guerre de 14...
par ELISE THIEBAUT
Billet de blog
Pourquoi la fête des Mères est l’arnaque du siècle
À l’origine la Fête des Mères a donc été inventé pour visibiliser le travail domestique gratuit porté par les femmes. En effet, Anna Jarvis avait créé la Fête des Mères comme une journée de lutte pour la reconnaissance du travail domestique et éducatif gratuit ! Aujourd'hui personne n'est dupe sur les intérêts de cette fête et pourtant...
par Léane Alestra
Billet de blog
« La puissance des mères », extrait du livre de Fatima Ouassak
A l'occasion de la fête des mères, et de son braquage par le Front de mères pour faire de cette journée à l'origine réactionnaire une célébration de nos luttes et de nos victoires, extrait du livre « La Puissance des mères, pour un nouveau sujet révolutionnaire » de Fatima Ouassak. Il s'agit de la conclusion, manifeste écologiste, féministe et antiraciste, lue par Audrey Vernon.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Mères célibataires, les grandes oubliées
Mes parents ont divorcé quand j'avais 8 ans. Une histoire assez classique : une crise de la quarantaine assez poussée de la part du père. Son objectif à partir de ce moment fut simple : être le moins investi possible dans la vie de ses enfants. Ma mère s'est donc retrouvée seule avec deux enfants à charge, sans aucune famille à proximité.
par ORSINOS