Fesses bouc - GAFAM - flicage généralisé - danger !

On sous-estime le danger représenté par le flicage de milliards de personnes par le Fesse bouc et compagnie, Google, la NSA américaine et d'autres services secrets, occidentaux, russes et chinois. Le passé récent montre que même les pays civilisés et démocratiques peuvent glisser très vite vers le totalitarisme et sombrer dans des atrocités. (Réactualisé le 22/2/21)

Nous sommes menacés - plus gravement que vous ne le pensez.

Pour vous mettre en appétit, lisez Globalia de François Ruffin. Ce n'est pas de la grande littérature mais ce roman offre une vision du monde policiers qui nous menace.

D'autres lectures très instructives (et de très bonne qualité littéraire) : Un traître à notre goût de John Le Carré,  US Underworld de James Ellroy, Gomorra de Roberto Saviano. Le Premier cercle de Soljenitsyne. Et, bien sûr, 1984 de Georges Orwell.

Ils décrivent notre monde dominé par une collusion des financiers, des politiciens, des services secrets et de la mafia dont ils partagent la morale particulière. Seule leur "famille" compte, le reste du monde peut être piétiné.

….................

  • « Donnez moi deux lignes écrites par un honnête homme et je trouverai de quoi le faire pendre. » Robespierre.

….................

On sous-estime le danger représenté par le flicage de 2 à 3 milliards de personnes par Fesse bouc, Whats'Up, Twitter et compagnie, Apple, Google, Amazon, Microsoft qui partagent volontiers leurs données avec le gouvernement américain, la NSA et d'autres "services" avides de ces informations. (1)

Les braves citoyens se disent qu'ils n'ont rien à se reprocher, donc rien à craindre s'ils sont connus de ces services. Pour l'instant, peut-être...

Mais dans un régime totalitaire, la bonne connaissance des citoyens peut servir au tri de la population.

  • Les uns auront accès à l'université, les autres pas.

  • Les uns trouveront du travail en relation avec leurs capacités et projets personnels (pour peu qu'ils acceptent de lécher les bottes des gouvernants et servir leur police), les autres seront relégués dans des métiers subalternes, contraignants, dangereux, ou bien condamnés au chômage. Les « Pays de l'Est » en on fourni des exemples abondants.

  • En cas de catastrophe nucléaire les « fichiers » permettront de retrouver rapidement tous les anti-nucléaires qui pourraient entraver les déportations massives des populations - et le maintien en activité de cette industrie.

  • S'il y a la guerre, les opposants politiques et les citoyens provenant des pays adverses risquent de se retrouver parqués dans des camps de concentration. Les États-Unis et l'Union Soviétique l'ont déjà pratiqué.

  • Les homosexuels et autres « LGBT », les drogués et autres « asociaux » peuvent les y rejoindre.

  • Un gouvernement totalitaire peut aussi décider de stériliser certaines classes de la population : les « débiles », les personnes atteintes de maladies graves héréditaires et/ou les pauvres "pour qu'ils ne reproduisent pas la misère". Les États-Unis, la France, la Suède et d'autres pays l'ont fait au XXe siècle, certains jusqu'aux années 1970. L'Allemagne et l'Union soviétique sont allées jusqu'à leur extermination ou celle de leurs opposants politiques.

  • Enfin, des idéologues fous considèrent que la terre ne peut nourrir que 500 000 humains tandis sur les autres devraient être exterminés. S'ils parviennent au pouvoir, comment feront-ils la sélection ?

espace-liberte-parc-de-leurope-strasburg-3-2014

Toujours « rien à craindre »?

Les rêves d'amélioration de la « race » de Hitler ont beaucoup d'héritiers.

Les militaires des superpuissances, et maintenant certains partisans de l’intelligence artificielle, font des recherches sur l'implantation d'électrodes dans le cerveau humain qui leur permettraient de diriger les gens à distance.

Les militaires ont commencé ces tentatives dans les années 1960, peut-être même avant.

Qui et comment sera-t-il choisi pour être commandé par eux, ou, suivant les rêves de certains dirigeants des GAFAM, « augmenté », « amélioré »?

Georges Owell a déjà tout compris et décrit en 1949 dans son roman 1984 :

« On cite 1984 et Big Brother à chaque fois que des nouvelles caméras de surveillance sont installées. J'ai l'impression que c'est la seule chose qu'on ait retenu de ce roman : la surveillance constante. Pourtant, 1984, c'est beaucoup plus que ça : c'est un condensé de toutes les méthodes qui existent aux quatre coins du globe pour cadenasser la pensée, mise en place à la perfection : la peur constante de la délation, y compris venant de sa propre famille ; la capacité des foules à absorber n'importe quel mensonge pourvu qu'on le lui répète assez longtemps ; la falsification des faits historiques ; l'appauvrissement de la langue pour rendre impossible la formulation de certaines pensées ; la création d'un ennemi commun à haïr ; et la liste peut être encore longue. » (1a)

Les nouvelles technologies permettent d'aller encore un peu plus plus loin.

Fesse bouc, Whats'up, Twitter, Télégram et autres outils de « tchatche » exacerbent le narcissisme de leurs usagers. Peu à peu ils sont englués dans des échanges avec un nombre limité de personnes. Devenus le centre de leur monde, ils se prélassent dans une prison construite par eux-mêmes. Les seules échos de l'extérieur qui pénètrent dans leur bulle, sont les publicités et la propagande politique ciblées.

 

ennemi-ecoute-1-a-4

 

Pensez-vous encore que ce flicage universel n'a pas d'importance ?

...............................

Facebook, et maintenant What's up que Marc Zuckerberg a racheté, collecte les informations non seulement sur ses abonnés mais aussi sur leurs relation qui ne sont pas inscrites sur ces sites (!)

Les renseignements rassemblées par Fesse bouc sur ses abonnés et leurs relations :

fessebouc-liste-html-m1fed8169
Traduit en langage courant par le centre de psychométrie de l’Université de Cambridge, Facebook peut tirer, grâce aux « likes » fournis par ses utilisateurs, des conclusions sur leur personnalité et connaitre leur:

  • ouverture d'esprit;
  • manière d’envisager les choses (spontanée, réfléchie);
  • caractère extraverti ou introverti;
  • capacité d'être agréable;
  • intelligence;
  • satisfaction par rapport à votre vie;
  • préférence sexuelle;
  • orientation politique;
  • conviction religieuse;
  • appartenance à des groupes d'action et/ou de pensée,
  • « race », etc.

Selon David Stillwell, chercheur à Cambridge, les enregistrements de Facebook permettent de connaître à des pourcentages particulièrement élevés la couleur de peau (95%), l’homosexualité (88%) ou les préférences politiques (65%). Pour la consommation de drogues, on tombe à 65%. (2)

Suivez l'actualité et l'action de la Quadrature du net (2a).

…...........................

Lors des élections présidentielles aux USA en 2016, Fesse bouc a gagné 5 milliards de dollars en vendant ses informations aux candidats. (2b)

…...........................

Puissance mondiale hégémonique, à la pointe de la technologie, l’Amérique ne s’est jamais privée de surveiller les États, les entreprises et les personnes — et ce sur toute la planète. Par le passé, cette activité d’espionnage s’effectuait via les grandes compagnies téléphoniques nationales. D’après un reportage paru récemment dans le Washington Post, les Américains se seraient associés dès 1970 au service de renseignement allemand, le Bundesnachrichtendienst (BND), pour vendre des dispositifs de cryptage truqués à des gouvernements étrangers. (...)

Plus de cent pays parmi lesquels ne figuraient ni la Chine ni l’Union soviétique d’alors ont installé ce matériel en croyant se protéger contre les intrus. (…) L’Allemagne s’est retirée du programme dans les années 1990, mais la Central Intelligence Agency (CIA) et la National Security Agency (NSA), elles, l’ont poursuivi au moins jusqu’en 2018. (...)

Cependant, la puissance américaine n’est plus incontestée. Elle subit une concurrence de plus en plus forte de la part d’entités établies en Chine, et du Parti communiste au pouvoir. (...)

Fort de ses équipements et services, le groupe chinois est désormais présent dans 170 pays environ. (2c)

...............................

Expérience personnelle :

Je n'ai ouvert les pages de Facebook qu'une vingtaine de fois en vingt ans, juste en y jetant un coup d'oeil, sans m'y inscrire.

En février 2020, je m'y suis enfin connecté. Dans la minute qui a suivi, Facebook m'a présenté une très longue sélection de ses adhérents en me suggérant de choisir ceux que je connaissais. Or, la très grande majorité correspondait aux destinataires des milliers d'e-mails UNIQUES que j'ai diffusés un peu partout dans le monde de 2009 à 2019 pour promouvoir un site web de réflexions philosophiques, édité en cinq langues.

Sans être membre de la communauté Facebook, j'ai donc été suivi par ce dernier qui garde pendant des décennies toutes ces informations, et très probablement bien d'autres.

Dieu et Zuckerberg seuls savent qu'elle image de moi leur offre cette collection.

Il est consternant que les États européens ne se défendent pas contre un tel espionnage massif de leurs citoyens et de leur économie.

Pire, la CE, les gouvernements, les partis politiques, les organismes sociaux et autres collectivités ont tous des sites Facebook et invitent les citoyens à s'y connecter. Ils fournissent ainsi aux espions qui nous guettent de très riches informations sur tous ceux qui utilisant leurs sites.

liberte-egalite-surveillance

Sur ce point, les gouvernants français sont tout simplement consternants.

« La suppression de quelque cinq mille postes (guichetiers, agents d’information…) en France en dix ans (mille rien qu’en 2019 au profit d’automates et d’applications numériques) avait servi de préliminaires. Toute personne non équipée d’un smartphone, mal à l’aise avec Internet ou tout simplement rétive à l’idée d’être constamment connectée, et potentiellement surveillée, sera confinée au cœur d’une société où à peu près tout lui sera refusé. »

« Doctolib estime qu’'une fois l’épidémie de coronavirus passée, entre 15 % et 20 % des consultations médicales se feront à distance en France'. » « Petit détail : cette plate-forme qui contient à la fois les dossiers de l’assurance-maladie, des facturations hospitalières, des causes médicales de décès, des données médico-sociales des personnes handicapées et un échantillon de factures de remboursement des organismes complémentaires, est hébergée sur le cloud (le « nuage », lieu de stockage des données informatiques) de Microsoft, entreprise américaine qui a été certifiée « hébergeur de données » en France, fin 2018. En vertu du Cloud Act (loi sur le nuage), les forces de l’ordre ou les agences de renseignement des États-Unis pourront donc avoir accès aux informations contenues sur le serveur. La Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) s’en est vivement inquiétée dans un avis rendu le 23 avril dernier, mais le gouvernement ne partage pas ses positions.

« (…) le gouvernement français, toujours attelé à sa tâche de parvenir à des services publics dématérialisés à 100 % d’ici à 2022 » sans se soucier nous offre donc les pieds et poings liés aux GAFAM et aux services secrets américains.(2d)

A part de les espionner, Facebook, ainsi que Twitter, Amazon et quelques autres sites de cette nature, rétrécissent l'horizon de leurs clients, les referment dans des "bulles" d'informations qui semblent correspondre à leur personnalité et à leurs intérêts. Ils sont très prenants, dévorent le temps disponible de ceux qui les consultent - et qui, ensuite, n'en ont plus pour chercher des informations ailleurs.

L'abrutissement de la population profite toujours aux dictateurs.

...............................

La Chine a élaboré des équivalents, s'en sert pour opprimer ses minorités et les opposants au régime. Elle songe à les exporter en Occident par le biais de la 5G.

« En février 2019, une importante fuite de données a révélé qu’une société de reconnaissance faciale chinoise – SenseNets – traque en permanence la localisation de plus de 2,5 millions de citoyens musulmans dans le Xinjiang. Cette fuite confirme que des technologies de surveillance avancées sont déployées massivement dans la région afin de surveiller le moindre mouvement des habitants ». (2d)

Pourtant, la technologie de reconnaissance faciale n'est pas fiable et IBM vient d'arrêter la commercialisation de ses logiciels: « Dans une lettre au Congrès américain, le PDG de l'entreprise affirme que cette technologie pose trop de problèmes pour être utilisée par les forces de l'ordre. » (2f)

...............................

Depuis la police des tsars, les outils ont changé, pas les méthodes. Ni les buts.

Le livre de Victor Serge, secrétaire de Trotski, Ce que tout révolutionnaire doit savoir de la répression, basé sur l'étude des archives de la police tsariste, décrit les moyens employés par cette dernière pour surveiller contestataires et autres esprits indépendants.

Les méthodes et les buts restent les mêmes – buts de tous les services secrets au monde, la seule différence est le nombre de personne qu'ils peuvent surveiller. Aujourd'hui le résultat de cette surveillance est bien plus large et plus approfondi qu'à l'époque de l'Okhrana et du KGB.

N.B.:  

« C’est glaçant - le nouveau président élu du Brésil qui veut lâcher des bulldozers sur l'Amazonie, admire les dictatures et menace de tuer 30 000 "gauchistes".

Pourtant il y a encore peu, quasiment personne n’envisageait de voter pour lui. Comment cela est-il arrivé?

À cause de WhatsUp, une application de Facebook.

Mark Zuckerberg, le PDG de Facebook, n’a pas réagi lorsque de riches entreprises ont illégalement dépensé des millions de dollars pour inonder cette messagerie de fausses informations et de discours de haine - jusqu’à ce que le pays finisse par faire davantage confiance à un obscur fasciste qu'à n’importe quel autre candidat.

Facebook continue d'héberger des centaines de millions de faux comptes actifs! YouTube compte 2 milliards (!) d'utilisateurs regardant jusqu'à une heure par jour des vidéos, et des chercheurs ont montré que ses algorithmes poussaient les gens vers des contenus extrémistes, racistes et malveillants. » (3)

Cela ne concerne pas uniquement un pays comme Brésil et les changements peuvent être extrêmement rapides.

La Tchécoslovaquie

La Tchécoslovaquie d'entre-deux-guerres était un modèle de démocratie, économiquement au même niveau que la France. Pendant la guerre, une partie de cet Etat – la Slovaquie – s'est alliée avec Hitler et a viré au fascisme. Puis, suite à un coup d’État communiste de 1949, la Tchécoslovaquie est devenue le plus totalitaire des satellites soviétiques.

Les États-Unis

Pendant la même période, les États-Unis ont succombé, avec la participation de leur classe instruite (!), aux démons de la « chasse aux sorcières » communistes : « La chasse aux rouges est en marche et les intellectuels américains, surtout dans la mesure où ils ont un passé radical et sont devenus anti-staliniens au fil des années, se mettent en quelque sorte à l’unisson du Département d’État. » a écrit  Hannah Arendt. Selon Pierre Grémion, Intelligence de l'anticommunisme, il existe aux États-Unis, comme en Grande-Bretagne, « une tradition de collaboration des intellectuels avec les services de renseignement de leur pays ».

En 2013, le lanceur d’alerte Edward Snowden, un agent de la National Security Agency (NSA), a révélé (…) que le (programme) FISA permet une surveillance massive des appels téléphoniques, textos, messages électroniques, comptes Facebook, historiques de navigation et métadonnées, le tout sans autorisation judiciaire. Les fournisseurs d’accès à Internet, les opérateurs téléphoniques et les plateformes sont contraintes de les livrer. Selon l’ACLU, la plus grande association de défense des libertés publiques aux États-Unis, « le gouvernement a aujourd’hui plus de 100 000 cibles et collecte des centaines de millions de communications par an ». (4)

Le Japon

« En 2017, le Parlement d'une autre grande démocratie, le Japon, vient de voter « une loi ' anti-conspiration' qui permettra de punir des crimes qui n’ont pas encore été commis. (…) Supposée prévenir les actes terroristes à l’approche des Jeux olympiques de Tokyo en 2020, cette législation (…) définit 227 nouveaux crimes, dont certains ont un lien plutôt ténu avec le terrorisme, comme la collecte illégale de champignons, la copie illicite de partitions de musique ou les protestations contre la construction d’appartements. Elle autorise la police à arrêter ceux qui planifieraient ces méfaits… ou qui se contenteraient simplement d’en discuter. » (5)

La France

La France des droits de l'homme tangue entre les Staliniens et les Lepenistes...

L'Europe ?

Steve Bannon, ancien cadre de Goldmann Sachs, qui a aidé Donald Trump a être élu à la présidence des États-Unis, débarque en Europe pour essayer de créer une fédération des partis d'extrême droite. (Voir l'image de Kountouris à la fin de ce dossier.) Agit-il de sa propre initiative, en accord avec ses idées extrémistes, ou bien est-il en service commandé ? Apparemment, en 2019 il a échoué. Mas il a semé des graines dangereuses. (6)

 

Graffiti à Paris Graffiti à Paris

 

Le monde est trop complexe pour qu'un groupe de personnes puisse le gérer durablement.

Toutes les dictatures se terminent par des catastrophes qui, souvent, engloutissent même leur caste dirigeante.

Rien n'est inéluctable mais où tout cela peut-il nous mener ?

…......................

« Traçage : faute de dépister, on va vous pister ! » Charline Vanhoenacker

« Chez Facebook ils ont eu un fou rire en apprenant la nouvelle. Le traçage des données, c’est déjà utilisé par tout le monde : pour trouver un resto ou un mec adapté à ses goûts, pour savoir combien on a fait de pas dans la journée et demain pour savoir si on va être atteint d’un syndrome respiratoire aigu. Donc je ne vois pas pourquoi on devrait stresser à l'idée de savoir qu'on est tracé... Je vous rappelle qu'il y a un mois, Agnès Buzyn nous appelait au téléphone après avoir déniché le 06 de tous les Parisiens !

Donc, face au virus, le gouvernement s'est dit : « Comme on peine un peu à faire du dépistage…bah on n'a qu'à faire du pistage ! » Des génies, les mecs… Faites gaffe quand même, le smartphone c’est un nid à microbes, n’oubliez pas de vous laver les mains après avoir utilisé l’application ! »

…......................

« Citoyens, rassurez-vous : le gouvernement ne suit pas vos déplacements à la trace et n’en a pas l’intention, si l’on en croit sa promesse que l’application StopCovid ne servirait pas à cela.

Google, en revanche, compile des données GPS que les utilisateurs de Maps, son outil de cartographie et d'itinéraires, lui fournissent *gracieusement*.

Ce sont donc les chiffres du géant américain, mis en ligne le 11 avril, qu’Edouard Philippe a utilisés lors de sa conférence de presse d’hier (à revoir ici à partir de 48'). Le Premier ministre s'en est servi pour saluer la baisse «drastique» du nombre de déplacements opérés par les citoyens depuis l’instauration du confinement, vers les commerces, stations de transports et bureaux.

«Nous avons pu constater que les Français, dans leur immense majorité, ont respecté les consignes qui leur ont été données. Les chiffres que nous observons sont éloquents en la matière», a-t-il expliqué… sans jamais citer oralement la source de ses statistiques. Celle-ci était toutefois mentionnée en toutes lettres sur les diapos qui appuyaient le propos de Philippe : il s'agit du Google Mobility Community Reports. Pas besoin de tracking quand on a les Gafa » (7)

..........................

Google ne cache pas son jeu : "Tout comme l'expéditeur d'un courrier à un collègue ne peut être surpris que l'assistant de ce dernier l'ouvre à son intention, les personnes qui se servent aujourd'hui d'un service de messagerie en ligne ne peuvent être étonnées si leurs e-mails sont traités par le fournisseur du service utilisé par le destinataire". (8)

…......................

P.S.:

Facebook, Twitter, What'sUp, Telegram, etc., des moyens de communication ?

Prison de deux milliards de personnes, enfermées dans des bulles qu'elles construisent patiemment elles-mêmes. Au bout d'un moment elles ne reçoivent plus que des informations de leur cercle de relations, rien d'autre.

Pourtant, des millions de ces personnes tentent toujours encore d'influer sur la marche du monde dans le tintement assourdissant des bouteilles jetées à la mer. Quelques-unes échouent-elles sur les rivages habités?

Notes :

1)  Le Cloud Act promulgué en mars 2018 permet aux agences de renseignement américaines d’obtenir des données stockées sur leurs serveurs et situées aux États-Unis ou à l’étranger.  https://fr.wikipedia.org/wiki/CLOUD_Act

D’après un reportage paru récemment dans le Washington Post, les Américains se seraient associés dès 1970 au service de renseignement allemand, le Bundesnachrichtendienst (BND) pour vendre des dispositifs de cryptage truqués à des gouvernements étrangers : l’équipement en question permettait aux Américains d’écouter les conversations de ces dirigeants étrangers, puis d’exploiter les informations recueillies à des fins diplomatiques et militaires. Cité par Le Monde diplomatique, mai 2020, https://www.monde-diplomatique.fr/mav/170/SCHILLER/61707

1a) La citation de Luniver sur https://www.babelio.com/livres/Orwell-1984/2961 "Cadenasser la pensée"...

La pièce de théâtre de Bertolt Brecht "Grand-peur et misère du III Reich" relate bien la peur de délation des parents par leurs enfants.

Pendant mes 28 premières années j'ai vécu en Tchécoslovaquie, colonisée par l'Union soviétique. Assez tôt je suis devenu l’indépendant d’esprit. J'ai eu la chance de pouvoir accéder à beaucoup de livres et d'autres oeuvres interdits, je pensais m'exprimer sans entraves... et ce n'est qu'en arrivant en France que j'ai pu mesurer l'énergie que j'ai dû dépenser pour, à la fois, m'informer, agir et me protéger. Cette énergie aurait pu être employée bien plus efficacement.

Après la chute du Mur de Berlin, en novembre 1989, la Tchécoslovaquie s'est littéralement engouffrée dans la liberté retrouvée. Une nouvelle génération a pris les rênes politiques. Et les a vite perdus. Le régime au sein duquel elle a grandi a stérilisé toute capacité de penser politiquement – savoir créer des réseaux, négocier avec les adversaires, accepter des compromis, respecter les consignes de son parti, comprendre les aspirations des électeurs et y répondre ou les contourner... Seuls les communistes avaient ces connaissances – et ils sont revenus au pouvoir, maquillés en libéraux, encore plus voraces qu’auparavant. Il a fallu des années pour s'en débarrasser, ou au moins apprendre à limiter leur pouvoir.

2) Extraits de http://www.konbini.com/fr/tendances-2/facebook-test-like)

2a https://www.laquadrature.net/surveillance/

 2b) https://www.courrierinternational.com/article/cambridge-analytica-5-milliards-de-dollars-une-amende-historique-qui-narretera-pas-facebook

2c) Dan Schiller 7/2020 cité par https://www.monde-diplomatique.fr/mav/170/SCHILLER/61707

2d) Extraits de « Travail, famille, Wi-Fi », le Monde diplomatique, mai 2020, https://www.monde-diplomatique.fr/2020/06/BRYGO/61870

2e) Maxime Matthys https://www.mediapart.fr/studio/portfolios/2091-ministry-privacy Voir aussi Ouïghours : au Xinjiang, un lent et silencieux «génocide culturel» https://ouighour.org/index.php/actualites/538-ouighours-au-xinjiang-un-lent-et-silencieux-genocide-culturel

2f) https://www.franceinter.fr/monde/voila-pourquoi-ibm-arrete-de-developper-la-reconnaissance-faciale

3) L'accusation portée ici par Avaaz contre Marc Zuckerberg, ne correspond pas du tout aux projets généreux ( "progressistes" ) annoncés par ce dernier. Le fondateur de Facebook nie les rumeurs sur son intention de se présenter aux prochaines élections à la présidence des États-Unis mais se comporte comme un futur candidat, avec un programme électoral qui peut plaire au Parti démocrate: voir http://www.slate.fr/story/134129/president-mark-zuckerberg

Qui dit vrai ? Et pour qui « roule » le directeur d'Avaaz ?

Le site d'Avaaz a été conçu comme une sorte d'Amnesty International mais se tourne de plus en plus vers l'action politique dans le sens étroit du terme.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Ricken_Patel : « Ricken Patel (Edmonton, 8 janvier 1977) est un entrepreneur anglo-canadien, président fondateur de l'ONG Avaaz.org. Il est également membre du think tank « Res Publica ». Né d'une mère russe et anglaise et d'un père indien (né en Afrique du Sud), Ricken Patel est d'abord allé à l'école dans une réserve amérindienne avant d'obtenir une licence du Balliol College d'Oxford et une maîtrise en politique publique de l'école d'études politiques de la John F. Kennedy School of Government. Il a vécu en Sierra Leone, au Libéria, en Afghanistan, au Soudan et à New York où il a été consultant successivement pour l'International Crisis Group, l'Organisation des Nations unies (ONU), la Fondation Rockefeller, l'Université Harvard, la Fondation Gates, CARE International et l'International Center for Transitional Justice, puis codirecteur de Faithful America. En 2007, il fonde l'ONG Avaaz.org dont il est actuellement le « directeur exécutif »

4) (https://www.mediapart.fr/journal/international/130118/le-congres-americain-en-passe-de-confirmer-un-programme-massif-de-surveillance)

https://usbeketrica.com/article/le-pentagone-teste-des-ballons-de-surveillance-de-masse-dans-six-etats Le Pentagone teste des ballons de surveillance de masse dans six États.

En plus de ces organismes d’État, de nombreuses sociétés privées pistent la population américaine et vendent les informations recueillies. D'après une description détaillée et documentée du journal Times, elles « peuvent voir les endroits où vous allez à chaque moment de la journée, les personnes que vous rencontrez ou avec qui vous passez la nuit, les lieux où vous priez ; si vous vous rendez dans un centre de méthadone, au cabinet d’un psychiatre ou à un salon de massage. » Terrifiant ! https://www.les-crises.fr/voici-les-localisations-reelles-de-millions-d-americains

5) Frederic Ojardias, https://www.mediapart.fr/journal/international/211017/au-japon-une-loi-pour-punir-jusqu-aux-pensees-des-gens

6) https://www.20minutes.fr/politique/2611595-20190925-steve-bannon-grand-manipulateur-echec-cinglant-ex-stratege-trump-europe Lisez aussi "Qui nous gouverne?" https://blogs.mediapart.fr/perso/contributions/blog/billets/764654/ 

(7) Chez Pol - Libération <contact.chezpol@liberation.fr> 20/4/2020

(8)  https://www.numerama.com/magazine/26740-selon-google-aucune-vie-privee-n-est-a-esperer-avec-gmail.html

Brésil © Dessin Kountouris Brésil © Dessin Kountouris

 « Nous sommes à la veille d'une transformation globale. Tout ce dont nous avons besoin est la bonne crise majeure, et les nations vont accepter le Nouvel Ordre Mondial. » David Rockefeller, 1915 – 2017, Président de la Chase Manhattan Bank, devenue J P Morgan Chase.

« La souveraineté supranationale d'une élite intellectuelle et de banquiers mondiaux est assurément préférable à l'autodétermination nationale pratiquée dans les siècles passés. » David Rockefeller.

« Le but des Rockefeller et de leurs alliés est de créer un gouvernement mondial unique combinant le Supercapitalisme et le Communisme sous la même bannière, et sous leur contrôle. [...] Est-ce que j'entends par là qu'il s'agit d'une conspiration? Oui, en effet. » Lawrence Patton McDonald - homme politique américain, membre du Parti démocrate de tendance conservatrice, connu pour son anticommunisme viscéral . Il est membre de la Chambre des représentants pour le 7e district de Géorgie de 1975 à sa mort en 1983.

« Nous nous trouvons devant un risque réel, qui se maintiendra à l'avenir: qu'une concentration désastreuse de pouvoir en des mains dangereuses aille en s'affermissant. Nous devons veiller à ne jamais laisser le poids de cette association de pouvoir mettre en danger nos libertés ou nos procédures démocratiques. » Dwight Eisenhower, Président des États-Unis de 1952 à 1961. Il parlait du complexe militaro-industriel. Les GAFAM n'existaient pas encore, les banques se concentraient sur leur métier traditionnel...

Citations extraites de Qui nous gouverne? https://blogs.mediapart.fr/peter-bu/blog/100918/qui-nous-gouverne

 ......................

Les apprentis dictateurs qui nus espionnent n'ont pas besoin des Lois : nous leur fournissons volontiers les informations qu'ils cherchent. Mais savent-ils où ils nous mènent – et où ils finiront eux-mêmes ?

 Voyez et faites leur voir, si vous le pouvez, d'excellents films :

« Red road » d'Andrea Arnols, thriller récompensé par le Prix du Jury du Festival de Cannes, sur la surveillance policière en Occident qui s'immisce jusque dans la vies privée des citoyens. C'est un pendant de « La vie des autres » de F.H. Von Donnersmarck sur le même sujet, concernant feu l'Allemagne de l'Est, qui a connu un énorme succès, même si, sur le plan cinématographique, il est moins bon que « Red road » De surcroît, ce dernier montre le monde d'aujourd'hui et de demain et nous concerne tous directement.

« L'oeuvre sans auteur » , troisième long métrage de F.H. Von Donnersmarck, montre très bien la perversité de l'idéologie nazi puis de celle de l'URSS « communiste » et la difficulté de s'en libérer.

« La Révolution silencieuse » de Lars Kraume. Pour comprendre la force d'intimidation des régimes totalitaires (un autre brillant exemple de l'ex-Allemgne de l'Est).

"Rien à cacher / Nothing to hide » Film sur la surveillance commerciale et policière à laquelle nous sommes tous exposés mérite d'être vu, surtout par ceux pensent n'avoir « rien à cacher ». Il faut apprendre à cacher ce « rien », sinon on contribue à bâtir une société qui pourrait vite devenir totalitaire. Le film commence à être intéressant à la 10e minute 45 secondes et devient très intéressant à partir de la 14,30e. Visible gratuitement sur Internet : https://vimeo.com/193515863

….......................

Pour approfondir, merci de lire

https://blogs.mediapart.fr/peter-bu/blog/100620/sommaire-tout-ce-que-vous-ne-voulez-pas-savoir

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.