Ces migrants qui abîment l'image de la France -:)

Voici un échantillon de migrants les plus connus qui ont contribué à faire de la France le pays réputé pour sa culture, sa science, son régime politique ou son influence religieuse Réduire l'immigration aurait privé la France de l'apport de ces personnes ouvertes à plusieurs cultures par leur origine ou celle de leurs parents. De toute façon, par ses origines la France est multiculturelle (1)

A part ces immigrés les plus connus – dont la liste ci-dessous n'est pas exhaustive, loin s'en faut - il y en a eu des centaines de milliers d'autres qui ont contribué à bâtir la France - et continuent à le faire.

Combien de Belmondo, Charpak, Mendès-France, Picasso, Zidane, Zola y a-t-il parmi les migrants qui se pressent à nos frontières ?

Merci de voir sous cette longue liste les statistiques et réflexions, impressionnantes. 

 

Ton christ est juif, ta pizza est italienne, ton café est brésilien, ta voiture est japonaise, ton écriture est latine, tes vacances sont turques, tes chiffres sont arabes et … tu reproches à ton voisin d’être étranger !

Julos BEAUCARNE, conteur, poète, comédien, écrivain, chanteur, sculpteur belge.

 

Ces migrants qui abîment l'image de la Francelaughing :

 Adamov

- écrivain, traducteur et auteur dramatique français d'origine russo-arménienne

Adjani Isabelle

- actrice française, née de père algérien et de mère allemande

Adler Alexandre

- historien et journaliste français d'origine russo-allemande

Affelou Alain

- opticien, né en Algérie

Ahrweiler Hélène

- recteur de l'académie de Paris, issue d'une famille grecque

Althusser Louis

- philosophe français né à Birmandreis (Algérie), issu d'une famille alsacienne catholique

Ameisen Jean Claude

- président du Comité consultatif national d'éthique en France, né de parents juifs polonais

Ameisen Olivier

- médecin cardiologue franco-américain né de parents juifs polonais,

Amoros Francisco

- colonel espagnol, naturalisé français, qui a contribué à l'introduction de la gymnastique en France

Amoyal Pierre

- musicien issu d'une famille russe

Apollinaire Guillaume

- poète et écrivain français d'origine polonaise

Aschkenasy Alexandre

- directeur de recherches au C.N.R.S.

Attali Jacques

- économiste, membre du Conseil d’État, né en Algérie

Auteuil Daniel

- acteur, metteur en scène de théâtre et réalisateur de cinéma, né en Algérie

Aznavour Charles

- chanteur d'origine arménienne

Badinter Robert

- home politique français dont le père est venu de Bessarabie

Badiou Alain

- philosophe français né à Rabat

Balasko Josiane

- actrice, réalisatrice, scénariste d'origine croate

Bashung Alain

- chanteur, de mère bretonne et de père algérien

Béart Guy

- auteur-compositeur-interprète français né en Égypte de parents libanais

Belmondo Jean-Pierre

- comédien français de cinéma et de théâtre d'origine italienne

Ben Jelloun Tahar

- écrivain, compositeur, interprète d'origine marocaine

Bensaïd Daniel

- philosophe français issu d'une famille de Juifs d'Algérie

Benveniste Émile- linguiste français né en Syrie

Benzema Karim

- footballeur, origine algérienne

Béregovoy Pierre

- premier ministre français, origine ukrainienne

Bergson Henri

- philosophe, né de mère anglaise et de père polonais

Bic Marcel

- inventeur du stylo à bille qui porte son nom, a vu le jour à Turin

Bogdanoff Igor et Grichka

- vulgarisateurs scientifiques, origine russe et tatare

Boltanski Luc

- sociologue français , directeur d'études à l'EHESS. Il est le frère de l'artiste plasticien Christian Boltanski, du linguiste Jean-Élie Boltanski et le père du journaliste Christophe Boltanski. Origine russe.

Boon Dany

- acteur, humoriste et réalisateur français, origine algérienne

Bosquet Alain

- poète et écrivain français d'origine russe

Boubakeur Dalil

- recteur de la Grande Mosquée de Paris né en Algérie

Bougrab Jeannette

- femme politique née des parents algériens

Boujenah Michel

- acteur, d'origine juive tunisienne

Boumedienne Alima

- femme politique issue d'une famille maghrébine

Bové Emmanuel

- écrivain, de son vrai nom Emmanuel Bobovnikoff, né de père juif russe, sans profession fixe, et de mère luxembourgeoise, employée de maison 

Bové José

- agriculteur et homme politique français né de père luxembourgeois

Brassaï

- photographe d'origine hongroise

Brauman Rony

- médecin de nationalité française né à Jérusalem

Brialy Jean-Claude

- acteur, né en Algérie

Bruni-Tedechi Valéria

- actrice franco-italienne

Camus Albert

- écrivain français né en Algérie

Candeloro Philippe

- patineur artistique français né de père italien

Cantona Eric

- footballeur français né des parents espagnols et italiens

Cardin Pierre

- couturier français d’origine italienne

Casarès Maria

- actrice née en Espagne

Cavada Jean-Marie

- journaliste, homme politique français, né des parents espagnols

Cavanna

- écrivain d'origine italienne

Cendrars Blaise

- écrivain d’origine suisse

Chagall Marc

- peintre mondialement connu; d'après l’administration française : «  Naturalisation sans intérêt national ». On a fini par la lui accorder.

Charpak Georges

- physicien français d'origine polonaise; Prix Nobel

Chedid Andrée

- écrivaine née en Égypte

Cheng François

- écrivain, poète et calligraphe chinois naturalisé français

Ciccolini Aldo

pianiste italien qui a demandé à être naturalisé "par amour de la France"

Cioran Emil

- philosophe, poète et écrivain roumain qui a passé la plus grande partie de sa vie en France

Citoën André

- industriel né d'un père hollandais et de mère polonaise

Cixous Hélène

- écrivaine, philosophe, née en Algérie, élevée en Allemagne

Cohn-Bendit Daniel

- homme politique franco-allemand

Coluche

- humoriste français; son grand-père est Colucci Cesidio, maçon italien

Cortazar Julio

- écrivain franco-argentin né en Belgique

Costa-Gavras Constantin

- cinéaste d'origine grecque

D’Encausse Hélène Carrère

- historienne, membre de l’Académie française, d'origine géorgienne

Dalida

- chanteuse et actrice française, née en Égypte des parents italiens

Dassin Joe

- chanteur, compositeur et écrivain américano-français d'origine russe

Dati Rachida

- femme politique française, fille de M'Barek Dati, maçon marocain et de Fatima-Zohra, Algérienne

De Funès Louis

- acteur, scénariste d'origine catalane

De Mac Mahon Patrice

- président de la République française, né de mère irlandaise

De Ségur, Comtesse

- écrivaine d'origine russe

De Staël, Madame

- écrivaine née des parents suisses

Debbouze Djamel

- humoriste, acteur et producteur franco-marocain

Delli Karima

- politicienne, origine algérienne

Denoël Robert

- éditeur né en Belgique

Derrida Jacques

- philosophe français né à El Biar (Algérie) dans une famille de juifs séfarades

Distel Sacha

- chanteur, guitariste et compositeur d'origine russe

Dolto Boris

- participe activement à l’école française d’orthopédie et de massage qui porte son nom ; origine russe

Domenech Raymond

- joueur et entraîneur français de football; son père était espagnol, sa mère « pied noir »

Drucker Michel

- journaliste français né de père moldave et de mère autrichienne

Druon Maurice

- écrivain, ancien ministre des affaires culturelles, membre de l’Académie française, d'origine russe

Dumas Alexandre

- écrivain, petit-fils d'une esclave noire

Eliade Mircea

- historien des religions, philosophe et romancier né en Roumanie

Elkabach Jean-Pierre

- journaliste et éditorialiste français né à Oran, Algérie

Elmaleh Gad

- humoriste et comédien d'origine marocaine

Elmaleh Judith

- metteur en scène, sœur de Gad, d'origine marocaine

Estrosi Christian

- député-maire UMP de Nice, débute comme pilote de grand prix motocycliste : quatre fois champion de France; d'origine italienne

Fadela Amara

- politicienne, origine algérienne

Fernandez Luis

- footballeur français d'origine espagnole

Ferrat Jean

- journaliste français né d'un père roumain et d'une mère française

Ferreri Jean-Marc

- footballeur français d'origine italienne

Filipachi Daniel

- éditeur de presse d'origine italienne

Filipetti Aurélie

- politicienne française de descendance italienne

Fitoussi Michèle

- journaliste et écrivaine, née à Tunis

Forni Raymon

- homme politique français, président de l'Assemblée nationale, d'origine italienne

Gainsbourg Serge

- auteur-compositeur-interprète français ; son père est né en Turquie, sa mère est russe.

Gambetta Léon

- politicien français dont le grand père était Italien

Gao Xingjian

- traducteur chinois réfugié à Paris, Prix Nobel français de la littérature

Garcia José

- acteur de cinéma et humoriste franco-espagnol

Gary Roman

- aviateur, militaire, résistant, diplomate, romancier, scénariste et réalisateur français d'origine lituanienne

Giroud Françoise

- née Gourdji, journaliste, écrivaine et femme politique française d'origine turque

Globokar Vinko

- compositeur de musique contemporaine et un tromboniste français d'origine slovène

Glucksmann André

- philosophe, fils de Martha Bass née à Prague et de père originaire de l'Ukraine

Goldman Jean-Jacques

- auteur-compositeur-interprète français de descendance polonaise

Goscinny René

- connu pour ses bandes dessinées, né dans une famille ukrainienne et polonaise

Green André

- psychanalyste et scientifique français, né au Caire

Greimas Algirdas

- linguiste d'origine lituanienne, directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales,

Grothendieck Alexandre

- mathématicien, né à Berlin, naturalisé français

Hallyday Johnny

- chanteur, né de père belge et de mère française

Halter Marek

- écrivain français, juif d'origine polonaise

Hanin Roger

- acteur et réalisateur français né à Alger

Haroun Tazieff

- volcanologue français d'origine russe

Hartung Hans

- peintre français d'origine allemande

Hidalgo Anne

- politicienne, maire de Paris, née Ana María Hidalgo Aleu à San Fernando, Espagne

Honegger Arthur

- compositeur d'origine suisse

Horowicz Bronislaw

- metteur en scène né en Pologne

Hossein Robert

- acteur, réalisateur et metteur en scène d'origine russe

Ionesco

- écrivain français d'origine roumaine

Irigaray Luce

- féministe, linguiste, psychanalyste et philosophe française, née en Belgique

Jankélévitch Vladimir

- philosophe français d'origine russe

Jaoui Agnès

- scénariste, réalisatrice et chanteuse française d’origine tunisienne

Jobert Marlène

- actrice, romancière et conteuse née en Algérie

Jonasz Michel

- auteur-compositeur-interprète et acteur français, né de parents hongrois

Kandinsky Vladimir

- peintre français, né à Moscou

Kessel Joseph

- membre de l'Académie française, né en Argentine des parents russes et lituaniens..

Klarsfeld Serge

- historien et avocat français, né en Roumanie

Kopa

- Raymond Kopaszewski, footballeur français issu d'une famille venue de Pologne

Kosma Joseph

- compositeur français d'origine hongroise

Kouchner Bernard

- médecin et homme politique français, cofondateur de Médecins sans frontières et de Médecins du monde, né de père lituanien et de mère française

Koyré Alexandre

- fondateur, avec Hélène Metzger, Gaston Bachelard et Georges Canguilhem, de l'histoire philosophique des sciences, est né en Russie

Kristeva Julia

- philosophe française née en Bulgarie

Kundera Milan

- écrivain tchèque naturalisé français

Lavelli Jorge

- metteur en scène français d'origine argentine

Lazareff Pierre

- journaliste, patron de presse, fils d'immigrés russes

Lemarque Francis

- auteur-compositeur-interprète et poète français issu d'un père russe et de mère lituanienne

Levinas Emmanuel

- philosophe d'origine lituanienne, naturalisé français

Lifar Serge

- chorégraphe ukrainien, naturalisé français

Lipchitz Jacques

-peintre né en Lituanie des parents franco-américains

Louis XIV wink

- roi, descendant des ancêtres autrichiens, espagnols, italiens et français

Lustiger

- cardinal, archevêque de Paris, membre de l'Académie française, d'origine polonaise

Maalouf Amin

- écrivain franco-libanais, élu à l’Académie française

Macias Enrico

- musicien, chanteur, compositeur, né en Algérie

Mandelbrot Benoit 

- mathématicien franco-américain, né à Varsovie

Manoukian Missak

- ouvrier poète et résistant français d'origine arménienne

Manu Chao

- auteur-compositeur-interprète, chanteur et musicien français d'origine espagnole

Mas Jeanne

- chanteuse et actrice française née en Espagne

Mendès-France Pierre

- politicien issu d’une famille de vieille ascendance judéo-portugaise

Meyerson Emile

- philosophe polonais, naturalisé français

Meyerson Ignac

- psychologue français d'origine polonaise

Milosz Oscar Vladislas de Lubicz

- écrivain français d'origine lituanienne

Minc Alain

- conseiller politique, économiste, essayiste et dirigeant d'entreprise français d'origine polonaise

Minkowski Alexandre

- pédiatre, parents polonais

Mnouchkine Ariane

- femme de théâtre française d'origine russe

Modigliani Amedeo

- peintre italien vivant à Paris

Montand Yves

- chanteur et acteur français d'origine italienne

Montebourg Arnaud

- politicien, origine algérienne

Moreau Jeanne

- actrice née de mère anglaise

Mourousi Yves

- journaliste français de radio-télévision né de mère russe

Moustaki Georges

- auteur-compositeur-interprète français né de parents juifs grecs

Neuwirth Lucien

- homme politique français d'origine polonaise

Noah Yannick

- joueur de tennis français, né de père camerounais

Noureev Rudolf 

- danseur et chorégraphe d'origine russe

Offenbach Jacques

- compositeur français, né à Cologne des parents allemands ; « plus français tu meurs »...

Oldenbourg Zôé

- historienne et romancière française d'origine russe

Oury Gérard

- réalisateur de cinéma, acteur et scénariste français d'origine russe

Perec Georges

- poète français né des parents polonais

Picasso Pablo

- peintre espagnol qui a passé la plus grade partie de sa vie en France

Pisani Edgard

- haut fonctionnaire et homme politique français né à Tunis d'une famille d'origine maltaise

Pitoëff Georges

- metteur en scène de théâtre français d'origine arménienne

Pitoëff Sacha

- comédien et metteur en scène de théâtre, fils de Georges Pitoëff

Platini Michel

- footballeur français d'origine italienne

Polanski Roman

- réalisateur, producteur et scénariste franco-polonais

Polnareff Michel

- chanteur, compositeur et interprète d'origine russe

Popesco Elvire

- actrice roumaine et française née à Bucarest

Prentki Jacques

- physicien, directeur du CERN, professeur au Collège de France, d'origine polonaise

Pujadas David

- journaliste français, né à Barcelone

Ravel Maurice

- compositeur français d'ascendance suisse et savoyarde

Reggiani Serge

- acteur et un chanteur français d'origine italienne

Reno Jean

- acteur français né de parents espagnols

Rezvani Serge

- compositeur, peintre, romancier français né à Téhéran

Ribeiro Catherine

- actrice et chanteuse française d'origine portugaise

Rothschild

- branche française d'une famille de banquiers d'origine allemande

Rykiel Sonia

- grande couturière française, née de père roumain et de mère russe

Salvador Henri

- chanteur, d'origine guadeloupéenne

Sapritch Alice

- actrice et chanteuse d'origine arménienne naturalisée française

Sarkozy Nicolas

- président de la République française ; son grand-père maternel : Mallah Benedict, médecin juif de Salonique, son père : Hongrois

Sarraute Nathalie

- écrivaine d'origine russe

Savary Jérôme

- metteur en scène et directeur de théâtre français, né à Buenos Aires d'un père français et de mère américaine

Schmitt Eric Emmanuel

- romancier et réalisateur franco-belge

Schneider Romy

- actrice autrichienne naturalisée française

Schroeder Barbet 

- cinéaste suisse né à Téhéran qui a passé la plus grande partie de sa vie en Frace,

Semprun Jorge

- écrivain, scénariste et homme politique espagnol dont l'essentiel de l'œuvre littéraire est rédigé en français

Séralini Gilles-Éric

- biologiste français, né en Algérie

Skłodowska-Curie Marie

- physicienne franco-polonaise, spécialiste de la radioactivité, deux fois lauréate du Prix Nobel

Smaïn Faïrouze

- humoriste, origine algérienne

Soutine Chaïm

- peintre né en Russie

Spassky Boris

- joueur d'échecs russe puis français

Stefanik Milan Rastislav

- astronome slovaque devenu général de l'armée française chargé, entre autre, de contribuer à la fondation de la Tchécoslovaquie

Stoléru Lionel

- haut fonctionnaire, économiste et chef d'orchestre français, né de père juif roumain et de mère originaire d'Autriche

Stora Benjamin 

- enseignant et historien né à Constantine

Stravinsky Igor

- compositeur né en Russie naturalisé français

Sy Omar

- acteur et humoriste français, fils de femme de ménage mauritanienne et de père ouvrier sénégalais

Tati Jacques

- acteur, réalisateur de scénariste, origine russe

Tchernia Pierre

- réalisateur, scénariste et animateur d’émissions de télévisions d'origine russe

Terzieff Laurent

- acteur et metteur en scène d'origine russe

Tigana Jean Amadou

- footballeur né au Mali de père malien et de mère française

Todorov Tzvetan

- critique littéraire, sémiologue, historien des idées et essayiste français d'origine bulgare

Topaloff Patrick

- animateur radio, chanteur humoriste d'origine géorgienne

Triolet Elsa

- femme de lettres française d'origine russe

Troyat Henri

- écrivain français, membre de l'Académie française, d'origine arménienne

Tsonga Jo-Wilfried

- joueur de tennis français, né de père congolais

Tzara Tristan

- poète d'origine roumaine

Uderzo Albert

- dessinateur, né au sein d'une famille d'immigrés italiens

Vallaud-Belkacem Najat

- femme politique française née au Maroc

Valls Manuel

- politicien français né en Espagne

Varda Agnès

- cinéaste, née en Belgique de père grec et de mère française

Vartan Sylvie

- chanteuse française d'origine bulgare

Vasarely Victor

- plasticien hongrois, naturalisé français

Ventura Lino

- cinéaste d'origine italienne, plébiscité en 2005 à la 23e place du classement des 100 plus grands Français de tous les temps

Vercors

- écrivain, né d’un père hongrois

Verneuil Henri

- réalisateur et scénariste de cinéma français d'origine arménienne

Vichnievsky Laurence

- magistrate, née d'un couple russo-français

Victor Paul-Emile

- explorateur polaire, scientifique, ethnologue, écrivain né à Genève de parents autrichiens

Vlady Marina

- actrice d'origine russe

Volkov Vladimir

- écrivain d'origine tatare

Wievorka Michel

- sociologue, d'origine polonaise et russe

Wjazemski Anne

- comédienne et réalisatrice française née à Berlin d'un couple franco-russe

Wolinski Georges

- dessinateur français, né à Tunis de mère franco-italienne et de père juif polonais

Xenakis Yannis

- compositeur, architecte et ingénieur d'origine grecque, naturalisé français

Yade Rama

- femme politique française d'origine sénégalaise

Yves Saint Laurent

- couturier, né en Algérie

Zadkine Osipe

- peintre, né en Biélorussie

Zao Wou-ki

- peintre et graveur chinois naturalisé français

Zidane Zinedine

- footballeur français né de parents algériens

Zitrone Léon

- animateur de télévision français, né en Russie

Zola Emile

- écrivain français, de père italien et de mère française

 

  • Le racisme est la maladie de peau la plus grave. Didier Daenincks

 

En France, un habitant sur cinq est immigré ou enfant d’immigré.

«  Selon les dernières statistiques de l’INSEE, la France compte quelques 5 millions d’immigrés (personnes étrangères nées à l’étranger) auquel il convient d’ajouter 6,6 millions d’enfants d’immigrés dont 3,4 millions sont eux mêmes nés à l’étranger et 3,1 millions sont nés en France. Au total ce dont donc 11,5 millions d’immigrés ou d’enfants ayant au moins un parent immigré qui résident en France soit 19% de la population française. »

http://www.immigration-news.fr/lintegration-des-immigres-un-modele-critique-mais-qui-marche/

L’on vient en France pour trois raisons.

La première est évidemment économique. La France a toujours représenté un pôle de prospérité pour des populations pauvres. Il ne faut pas l’oublier. Car si beaucoup d’Italiens arrivés en France étaient antifascistes, ils étaient avant tout misérables. Deuxième motivation spécifique à la France : le symbole de liberté que représente ce pays. Voir le nombre d’artistes, d’intellectuels, de militants, d’Amérique Latine ayant fui les dictatures du Brésil, d’Argentine, du Chili, ou tous ces Grecs qui ont fui la dictature des Colonels. La troisième raison est importante, même si elle est circonscrite au niveau des artistes : La France est apparue comme un pays qui accordait beaucoup d’importance aux questions culturelles. Pascal Ory dixit, auteur, avec Marie-Claude Blanc-Chaléard, de Dictionnaire des étrangers qui ont fait la France (922 pages...!) https://blogs.mediapart.fr/journal-cesar/blog/201113/pascal-ory-de-picasso-yves-montand-la-france-est-un-grand-pays-d-immigration

Immigration et industrialisation sont indissolublement liés

«  Dans l’Hexagone plus qu’ailleurs, immigration et industrialisation sont indissolublement liés. Pour faire face à ses déficits démographiques et suppléer aux faiblesses historiques de son économie, la France a longtemps fait appel à l’immigration. (…) Afin de dynamiser l’industrie française et donner de la souplesse à l’économie, les autorités favorisèrent l’immigration dès le début du 19e siècle. Ils étaient ouvriers agricoles, manœuvres dans les chantiers de construction, ouvriers d’usine employés dans les postes les plus mécanisés et les plus insalubres. (...) Pour faire face à la pénurie de main d’œuvre, la société Pont-à-Mousson par exemple, allait chercher les ouvriers qu’il lui fallait en Roumanie, en Pologne ou encore en Kabylie. Dans les mines, la sidérurgie, la chimie, l’électrochimie…, les ouvriers-paysans français refusaient alors les travaux pénibles. De plus, la Première Guerre mondiale avait privé l’industrie française d’environ 10% de son personnel. »

http://www.slateafrique.com/84075/faire-l%E2%80%99immigration-est-une-chance-pour-la-france

Le vrai coût de l'immigration

« Le débat fait rage sur l'intégration des étrangers et de leurs descendants. Des faits et des chiffres pour évaluer sereinement leur rôle. Sans ses immigrés, la France ne serait pas la cinquième puissance économique du monde. Loin s'en faut ! Au classement de la richesse nationale, elle serait distancée par le Royaume-Uni, l'Italie, le Brésil et peut-être même talonnée par la Russie. Cela tient à une simple question arithmétique. Selon les calculs de Michèle Tribalat, les étrangers accueillis sur notre sol depuis 1960 représentent aujourd'hui avec leurs descendants une masse de près de 10 millions d'habitants, autrement dit 15% de la population. Or, comme les 55 millions d'autres, ces personnes consomment des biens, travaillent, se logent, bref, nourrissent l'activité dans l' Hexagone. D'après les estimations de Lionel Ragot et Xavier Chojnicki, deux des rares économistes à avoir travaillé sur le sujet, les seuls immigrés de première génération ont acquitté en 2005 un peu plus de 18 milliards d'euros de taxes sur la consommation, c'est-à-dire proportionnellement presque autant que le reste de la population. Autant dire que, sans eux, bien des entreprises devraient fermer leurs portes, faute de débouchés. Et beaucoup d'autres auraient les pires difficultés à demeurer compétitives. Celles qui ne pourraient pas compter sur le personnel étranger pour accomplir des tâches ingrates à bas coût, bien sûr. Dans certains secteurs, comme le bâtiment et le nettoyage, elles sont des milliers à profiter de l'aubaine. Mais aussi celles qui emploient une main d' ouvre venue d'ailleurs ou issue de l'immigration dans des postes qualifiés, et qui auraient beaucoup de mal à s'en passer. Selon le cabinet Goodwill Management, la «diversité des ressources humaines» fait en effet bondir la rentabilité des entreprises de 5 à 15%, en fonction des types d'activité. »

Philippe Eliakim http://www.capital.fr/enquetes/dossiers/le-vrai-cout-de-l-immigration-en-france-1030475

« Pauvreté, immigration, assistanat, fraude...: cassons les idées reçues »

« Non, l'immigration ne coûte pas à la France. Elle l'enrichit au contraire. L'immigration coûte chaque année 48 milliard d'euros à la France en prestations sociales, mais elle rapporte 60 milliards d'euros en impôts et cotisations sociales (source ministère de la Santé et des affaires sociales et étude de l'université de Lille-II de juillet 2010, voir http://bit.ly/Ifs8Zo). La population immigrée est en moyenne plus jeune et en bonne santé que les autres habitants de la France. Or dans les prestations sociales la maladie pèse 47% et la retraite 31% (les autres dépenses étant les allocations chômage, le RSA, les allocations logement et les allocations familiales). La population immigrée est donc une chance pour aider au paiement de nos retraites. En moyenne, la contribution nette de chaque immigré (différence entre ce qu'il verse et ce qu'il reçoit en impôts et cotisations sociales) est de l'ordre de 1500 € par an. »

Mouvement ATD (Agir Tous pour la Dignité) Quart Monde France www.atd.quartmonde.fr/ideesrecues (Cette étude est riche en informations et en références : elle mérite d'être lue en entier.)

…....................

« N’oublions pas que l’on considérait au début du siècle les Italiens comme « voleurs », les Polonais comme « fanatiques religieux ». Les Espagnols et les Portugais furent également considérés avec méfiance. Tous forment la France d’aujourd’hui. » http://www.immigration-news.fr/lintegration-des-immigres-un-modele-critique-mais-qui-marche/

En sera-t-il de même avec les Arabes, Africains et Asiatiques qui représentent la plus grande partie de l'immigration actuelle ?

…....................

Pour réfléchir sur ces questions, on peut lire le livre intelligent de Amin Maalouf  Les identités meurtrières, Le livre de poche, éd. Grasset 1998.

Voir aussi https://blogs.mediapart.fr/peter-bu/blog/140415/sassimiler-sintegrer-ou-bien-sadapter

…....................

(1)  Dans leur récent livre Avant, pendant et après le 11 janvier Edgard Morin et Patrick Singaïny rappellent que "la France s’est formée historiquement comme nation multiculturelle en intégrant/provincialisant des peuples très différents les uns des autres (Alsaciens, Bretons, Basques, etc.)"

.............................

Bétisier du racisme

Georges CUVIER
pionnier de l’anatomie comparée et de la paléontologie (1769 - 1832) Les indigènes africains représentent « la plus dégradée des races humaines, dont les formes s’approchent le plus de la brute, et dont l’intelligence ne s’est élevée nulle part au point d’arriver à un gouvernement régulier. » (Recherche sur les ossements fossiles, Paris Deterville 1812,Vol. 1, p.105)

Comte de GOBINEAU
diplomate et écrivain français (1816 - 1882) « Le front étroit et fuyant du nègre semble signaler des capacités de raisonnement inférieures. » (Essai sur l’inégalité des races humaines, Pierre Belfond, 1967)

David HUME
philosophe, économiste et historien écossais (1711 - 1776) « J’incline à penser que les nègres, et en général toutes les autres espèces d’hommes (car il y en a quatre ou cinq différentes) sont naturellement inférieurs aux blancs. Il n’y eu jamais une nation civilisée d’une couleur de peau autre que la blanche, ni même aucun individu éminent, que ce soit dans le domaine de l’action ou de l’esprit. »

Thomas JEFFERSON
philosophe, homme politique, troisième président des États-Unis (1743 - 1826) « Je suis donc amené à penser, mais ce n’est qu’un sentiment, que les Noirs, qu’ils forment une race distincte ou qu’ils aient subi une séparation due au temps et aux circonstances, sont inférieurs aux Blancs quant au corps et à l’esprit. »

Konrad Zacharias LORENZ
biologiste et zoologiste autrichien, prix Nobel de médecine en 1973, (1903 - 1989) « Il faudrait, pour la préservation de la race, être attentif à une élimination des êtres moralement inférieurs encore plus sévère qu’elle ne l’est aujourd’hui. » (Zeitschrift für angewandte Psychologie und Charakterkunde,1940)

Rudolf STEINER
fondateur de l’anthroposophie (1861 - 1925) « Blond hair actually bestows intelligence. » ("Les cheveux blonds confèrent effectivement l’intelligence.")

Extraits de http://sornettes.free.fr/spip.php?article282

......................................................................................

Kofi Annan a déjà tout dit en 2004:

Discours de Kofi Annan, secrétaire général de l’ONU, prononcé , le 29 janvier 2004 devant le Parlement Européen à l’occasion de la remise du prix Andreï Sakharov pour la liberté de l’esprit.

"Des gens émigrent aujourd’hui pour des raisons identiques à celles qui ont incité des dizaines de millions d’Européens à quitter autrefois vos rivages. Ils fuient la guerre ou l’oppression, ou bien partent à la recherche d’une vie meilleure sur une terre nouvelle."

"La situation est d’autant plus tragique que de nombreux États qui ferment leurs portes ont, en fait, besoin d’immigrants.
Les taux de natalité et les taux de mortalité que vous connaissez en Europe ont chuté d’une manière spectaculaire. Votre population diminue et vieillit. (...)
Face à ce problème, il n’y a pas de solution simple, mais une immigration inévitable qui constitue une part importante de la solution."

"Dans les premiers temps de son installation, presque aucun groupe important de nouveaux immigrants n’échappe aux invectives. Ce que vivent les immigrants aujourd’hui rappelle l’hostilité autrefois témoignée aux Huguenots en Angleterre, ou celle vécue par les Allemands, les Italiens et les Irlandais aux États-Unis et les Chinois en Australie. Mais à longue échéance, les perspectives sont bien souvent beaucoup plus positives. L’intégration se fait dans les deux sens. Si les immigrants doivent s’adapter à leur nouvelle société, ces sociétés doivent elles aussi s’adapter."

"Le message est clair : les immigrants ont besoin de l’Europe, mais l’Europe a aussi besoin des immigrants. Une Europe repliée sur elle-même deviendrait plus mesquine, plus pauvre, plus faible, plus vieille aussi. Une Europe ouverte, par contre, serait plus juste, plus riche, plus forte, plus jeune - pour autant que vous sachiez gérer l’immigration."

"On ne saurait minimiser les difficultés que l’immigration engendre. Mais félicitons-nous de l’énorme apport des immigrants aux sciences, au monde universitaire, au sport, aux arts ou à la politique, dont certains députés européens parmi vous."

Extraits cités par https://blogs.mediapart.fr/paco-tizon/blog/190818/quand-kofi-annan-nous-montrait-limmigration-comme-une-solution-et-non-un-probleme
Discours entier : http://www.migreurop.org/article360.html 

....................................................

Alexandre Dumas père,
à la peau bien sombre pour un Français bon teint
répond à quelqu'un qui le lui reproche:

«J'en ai certainement, Monsieur, du sang noir !
Mon père était mulâtre,
mon grand-père était un nègre,
mon arrière-grand-père était un singe.
Vous voyez, Monsieur,
que ma famille commence où la vôtre finit»
.

.....................................................

Pour voir les autres articles de ce site sur le nucléaire, le féminisme, l'environnement, les migrations des populations, l'Europe, la gouvernance :  https://blogs.mediapart.fr/peter-bu/blog/100918/sommaire-de-ce-site 

En relation avec cet article: S'assimiler, s'intégrer ou bien s'adapter

......................................................

Ce que les Européens ne savent pas – et ne veulent pas savoir :

Extraits de https://blogs.mediapart.fr/karthala-editions/blog/181218/des-migrants-traites-comme-des-fantomes

Accordons dès lors un instant d’attention aux migrants !  Ils n’ont pas traversé leur continent sans raisons impératives. Et puis, ils seront sans doute les plus nombreux à se diriger vers l’Europe ces prochaines décennies, tant sont durables les causes de leur exil.

S’ils ont pris la route, ce n’est pas parce qu’ils avaient peur de mourir, c’est parce qu’ils craignaient de ne pas vivre.

Des exemples ? Nombre de femmes fuient le mariage forcé, l’union imposée par leur famille avec un inconnu beaucoup plus âgé qu’elles. D’autres se révoltent contre la condition de servante qui leur est réservée, tandis qu’elles rêvent de scolarité et nourrissent des ambitions. Les hommes sont à peine mieux lotis. Eux aussi subissent la loi du groupe, celle de leurs aînés, auxquels ils doivent obéissance, comme celle de leurs proches, avec lesquels ils sont tenus de partager la moindre réussite. Il faut les entendre les uns après les autres raconter leur histoire dans le détail pour saisir le degré de frustration qu’un tel carcan peut générer chez des jeunes de quinze, vingt ou vingt-cinq ans suffisamment au courant de la marche du monde pour savoir qu’une vie différente, ailleurs, est possible.

Quand ils tentent de s’en sortir en gagnant un pays voisin, ils en font presque systématiquement les frais. A la solitude s’ajoute le déracinement, la confrontation avec des langues inconnues, la disparition de réseaux de solidarité, l’aggravation de la condition d’étranger.

L’argent détermine la route. Ceux qui en possèdent prennent des bus longue distance pour rejoindre le plus rapidement possible les villes de Gao ou d’Agadez, aux confins du Sahara. Ceux qui n’en ont pas pratiquent des petits boulots ou s’endettent pour atteindre en quelques mois, parfois en plusieurs années, les mêmes destinations. Leur passage nourrit une armée de chauffeurs et de rabatteurs, ainsi qu’une myriade de « corps habillés », les porteurs d’uniformes, policiers, militaires et douaniers, qui les rançonnent au gré des barrages. Gare à ceux qui tentent de résister ! Les récits de tabassage et même de torture à l’électricité sont trop nombreux pour pouvoir être mis en doute. Rien de personnel, juste du business. La routine.

Le pire est à venir cependant, en tout cas le long de la principale voie de migration, celle qui traverse la Libye. Du Sahara à la Méditerranée, Nigérians, Gambiens et autres Sénégalais y sont dans l’obligation de recourir à des réseaux de passeurs. Et ces derniers le leur font payer extrêmement cher. A la cruauté du désert, dont le cœur se traverse en quatre jours quand tout va bien, s’ajoute celle des hommes, plus redoutable encore. Entre les mains de leurs guides, puis d’obscurs miliciens, les voyageurs subissent tous les sévices possibles et imaginables : torture, viol, incarcération, travail forcé.

Les migrants qui ont conservé quelques sous sont entièrement délestés dès leur arrivée dans les oasis du sud de la Libye. Les autres sont dépouillés de ce qu’ils n’ont pas. Enfermés dans des prisons clandestines, ils sont sommés de téléphoner à leurs familles pour demander de l’argent et, au cas où leurs interlocuteurs hésiteraient à obtempérer, torturés pendant l’appel. Les ravisseurs répètent les mêmes supplices des jours ou des semaines durant jusqu’à l’obtention de la rançon ou un changement de stratégie. De toute façon, ils disposent d’autres moyens d’exploiter leurs prisonniers, en les contraignant par exemple à réaliser des travaux pénibles, régulièrement non payés, dans les champs et les chantiers de la région. S’ils finissent par les libérer et par les convoyer vers le nord du pays, ce n’est pas qu’ils leur veuillent du bien. C’est qu’ils les ont essorés et souhaitent les remplacer par de nouveaux arrivants.

L’étape suivante, à Tripoli et dans ses alentours, n’est pas fondamentalement différente. Les rescapés des oasis y sont à nouveau soumis aux pires exactions, incarcération arbitraire, travail forcé, viol, torture, meurtre, des crimes largement documentés cette fois par des organisations internationales comme l’Agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR) ou Médecins sans frontières (MSF). Un tel climat a pour effet que les migrants acquièrent en Libye de nouvelles raisons de poursuivre leur périple : ils fuient dorénavant une violence déchaînée dans l’espoir de sauver leur peau.

L’arrivée en Europe se joue à quitte ou double. Les hommes et les femmes qui remplissent les canots pneumatiques sur les plages libyennes comprennent au premier coup d’œil que leur vie ne tient plus qu’à un fil. Ces embarcations, pompeusement appelées zodiacs, n’ont pas été conçues pour prendre la mer. Et nombre d’entre elles prennent l’eau dès la phase d’embarcation. Les passeurs ne les utilisent pas pour acheminer leurs clients vers l’Europe mais pour s’en débarrasser, en leur soutirant une dernière fois de l’argent. Peu leur importent visiblement les milliers de décès décomptés en Méditerranée centrale par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) : les bateaux employés se sont avérés toujours plus fragiles au cours des ans.

Si nos enfants ou nos petits-enfants s’étonnent un jour de l’indifférence glacée avec laquelle l’Europe considère actuellement les plus misérables de ses prétendants, en les privant notamment de secours en mer et en les condamnant ainsi à mort par milliers, notre génération ne pourra pas dire qu’elle n’avait pas les moyens de connaître la détresse de ces gens.

«Les naufragés - L’odyssée des migrants africains», Etienne Dubuis, Karthala, collection terrains du siècle, 2018. 

….................

Nous daubons sur les Turcs et nous abhorrons les cannibales ; mais est-il très impossible que certains d'entre eux soient admis au Ciel avant certains d'entre nous ? Est-il très impossible que nous ayons des corps de civilisés, et pourtant des âmes de barbares? (…) ce n'est que lorsque nous aurons compris qu'une seule souffrance pèse plus que dix mille joies, que nous serons devenus ce que le christianisme s'efforce de faire de nous."  

Herman Melville : "Redburn ou Sa première croisière", p.438-439. Traduction Armel Guerne. Folio Gallimard, Paris 1976.

......................

Disons que cette ville a dix  millions d’âmes,
Certains vivent dans des demeures, d’autres vivent dans des terriers :
Pourtant il n’y a aucun endroit pour nous, mon amour, pourtant il n’y a aucun endroit pour nous. 

Autrefois nous avions un pays que nous pensions être un pays de justice,
Regarde sur l’atlas et tu le trouveras là :
Maintenant, nous ne pouvons pas y aller, mon amour, maintenant nous ne pouvons pas y aller.  Dans le cimetière du village pousse un vieil if,
Chaque printemps il fleurit à nouveau :
Les vieux passeports ne peuvent pas faire cela, mon amour, les vieux passeports ne peuvent pas faire cela. 

Le consul a tapé sur la table et a dit :
«  Si vous n’avez aucun passeport vous êtes officiellement mort » 
Mais nous sommes encore en vie, mon amour, mais nous sommes encore en vie.
 
Suis allé à un comité ; ils m’ont offert un fauteuil ;
M’ont demandé poliment de revenir l’année prochaine :
Mais aujourd’hui, où irons-nous, mon amour, où irons-nous ? 

Me suis rendu à une réunion publique ; le président s’est levé et a dit :
« Si nous les laissons entrer, ils nous volerons notre pain quotidien » ;
Il parlait de toi et moi, mon amour, il parlait de toi et moi.  Ai pensé entendre le tonnerre gronder dans le ciel ;
C’était Hitler recouvrant l’Europe ; il disait :  « Ils doivent mourir » ; 
Oh ! nous étions dans ses pensées, mon amour, nous étions dans ses pensées. 

Ai vu un caniche habillé d’un manteau fermé d’une broche,
Ai vu une porte s’ouvrir et rentrer un chat :
Mais ce n’étaient pas des juifs allemands, mon amour, mais ce n’étaient pas des juifs allemands. 
Suis descendu jusqu’au port et me suis tenu sur le quai,
Ai vu nager les poissons comme s’ils étaient libres :
À seulement dix pieds de moi, mon amour, à seulement dix pieds de moi.  Ai traversé un bois et vu les oiseaux dans les arbres ;
Ils n’avaient aucun politicien et chantaient à leur aise :
Ce n’était pas la race humaine, mon amour, ce n’était pas la race humaine.  Ai rêvé que je voyais un immeuble d’un millier d’étages,
D’un millier de fenêtres et d’un millier de portes ;
Aucun d’entre eux n’était à nous, mon amour, aucun d’entre eux n’était à nous.  Me suis tenu dans une grande plaine sous la neige tombante ;
Dix mille soldats allaient et venaient :
Nous cherchant toi et moi, mon amour, nous cherchant toi et moi.    
« Refugee Blues » ne figure pas dans le volume Poésies choisies de W.H. AUDEN  publié dans la collection “ Du monde entier“, Gallimard,1994.



Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.