Le temps suspendu...

Services publics ou sévices pour les habitants des territoires éloignés des grands centres urbains ? Des infrastructures à l'abandon, est-ce cela le nouveau monde promis, le grand rêve des oligarques ?

cabla4

 … et son fil surtout qui parfois se tord d'un doute existentiel, serpente, hésite à suivre son cours dans une nature hostile, se fourvoie en d'incertaines arabesques et s'abolit pour les hommes décriés des contrées oubliés de la ruralité française. 

Jeudi 14 Novembre 2019. Dans la Drôme il fait froid, la neige tombe à gros flocons sur les feuillus qui n'ont pas encore subi les rigueurs d'un automne qui tarde à roussir les collines. Les arbres ploient … et rompent entraînant dans leurs chutes tous ces fils qui relient les hommes et les alimentent en chaleur et en lumière.

Six semaines plus tard après la parenthèse électrique (relatée dans 20 centimètres), tous ces câbles censés irriguer les territoires et faire la cohésion d'une nation, sont encore laissés à leur triste sort de lambeaux inutiles, le tout dans une méprisante indifférence. Téléphonie et liaison internet seraient-ils jugés inutiles aux gueux ? C'est la question posée à notre Fournisseur d'Accès Internet (FAI) qui, redoutant de perdre un client nous répondra régulièrement : « Pour pallier aux désagréments provoqués par les incidents climatiques récents, nous vous invitons à vous rendre à votre Boutique *** et profiter du prêt gratuit de notre clé 4G ». Mais pas de chance, les 10 exemplaires en stock dans cette Boutique *** n'ont pas suffit à satisfaire les 1500 naufragés du net. Après moult péripéties et le prêt d'une de ces merveilles, cette minibox-4G appelée pompeusement WebTrotter ne mérite qu'à moitié son nom : les 4 voyages effectués jusqu'à la fameuse Boutique *** (1) m'ont beaucoup fait trotter ... mais nib de web pour cause de mauvaise configuration du boîtier, de fermeture intempestive du dossier de prêt puis d'extrême difficulté à le ré-ouvrir … Bref, seulement 4 jours d'un fonctionnement trop lent mais quand même suffisant pour avoir pu saluer quelques-uns d'entre vous.

Le service public est suspendu lui aussi à la bonne volonté de France Telecom devenu Orange qui n'a pas daigné déplacer quelques agents pour au moins faire semblant d'inspecter les lignes. Malgré ses obligations de garantir la qualité du service universel de téléphonie fixe, le choix de ne plus desservir certains territoires , s'il n'est pas très républicain est bien dans la droite ligne de l'orthodoxie libérale négligeant le non-rentable au prétexte que le haut débit par fibre optique commencera à atteindre les zones reculées à partit de 2023 mais qui, d'après les fournisseurs de fibres ne seront pas opérationnelles avant 2030/2040.

Et pourtant Orange fait de louables efforts ...

poteau1-1

 ... et nous promet pour fin janvier peut-être, le rétablissement des lignes.

Mais nous, les ploucs des collines oubliées, on est resté cool et résilients, les boules, on les a accrochées en déco de Noël aux fils laissés aimablement à disposition et puis on n'a pas attendu que les promesses se réalisent. On connaissait déjà le goût fielleux des oranges amères, le poids des lourdeurs administratives et le mépris des puissants. Notre sagesse paysanne a gardé en mémoire les anciennes techniques de communication qui ne craignent ni le vent ni la neige. 

semaphore4

On s'est réapproprié le temps, on a réappris la lenteur, on a troqué l'écran d'ordi pour un couché de soleil, le bruit du clavier pour un air de guitare, le stress du speed pour un chouia de spleen ...mais c'est bon !

soleil

Et puis, du haut de nos collines, on peut regarder passer, mi-désolés mi-goguenards, le paquebot France voguer inconscient vers les récifs du nouveau monde.

Alors je vous quitte encore, mais si vous scrutez le ciel, vous verrez peut-être au milieu des gros nuages noirs qui s'amoncellent, quelques théories de fumée blanche qui, en vous saluant vous souhaiteront malgré tout bonne et heureuse année.

schtroumpf

PS : Notre charmante voisine qui par bonheur a gardé la ligne, la bonne, celle du poteau d'à coté, nous accueille parfois de sa wifi bienveillante, soucieuse de nous maintenir quand même dans le monde dit civilisé.

(1) Notez que je me suis abstenu de faire mention du sigle SFR pour ne pas porter préjudice à ce fournisseur d'accès.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.