Philippe Corcuff
Enseignant-chercheur, engagé dans la renaissance d'une gauche d'émancipation, libertaire, cosmopolitique et mélancolique
Abonné·e de Mediapart

307 Billets

1 Éditions

Billet de blog 7 janv. 2016

Après Charlie (1) : mélancolie chansonnante et antiraciste

Juste un an après Charlie, la mélancolie des derniers albums de Francis Cabrel (In Extremis) et d’Eddy Mitchell (Big Band), mis en relation avec celui plus ancien d’Olivier Godin (Temps variable en soirée), pourrait fournir quelques ressources éthiques afin de ne pas trop se perdre dans une période politique embrouillée et périlleuse. Cabrel consacre une chanson à Mandela et Eddy à Luther King…

Philippe Corcuff
Enseignant-chercheur, engagé dans la renaissance d'une gauche d'émancipation, libertaire, cosmopolitique et mélancolique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce billet est le premier volet d’une série de trois sur l’« après Charlie ». J’ai été chroniqueur de Charlie Hebdo d’avril 2001 à décembre 2004.

***************************

Deux figures « historiques » de la chanson française, Francis Cabrel et Eddy Mitchell, ont ainsi successivement sorti un album en 2015, alors que le dernier album d’Olivier Godin, auteur-compositeur rochelais presqu’inconnu sur la scène nationale, date de 2009. Des fils, comme un antiracisme populaire et des mots puisés dans nos expériences quotidiennes, sont susceptibles d’être tissés entre eux. Et si cela servait aussi de contrefeux aux nouvelles avancées des xénophobies (islamophobie, antisémitisme, romophobie…), dont les violences fondamentalistes constituent des modalités particulièrement horribles, comme à la réduction de la politique aux roulements de tambour nationalistes et sécuritaires ? Dans une certaine fidélité à l’esprit Charlie, celui qui échappe aux commémorations étatistes...

Francis Cabrel ou la mélancolie au bord utopique du gouffre

cabrel-in-extremis-1

 Les douze titres de l’album In Extremis sont sortis en avril 2015. Mélancolique, l’album l’est parce que marqué par les vagabondages et les écorchures du temps. Cependant les éraflures de l’ego sont pleinement resituées dans le vaste monde. Les dangers sociaux, écologiques et politiques de la période sont même perçus avec acuité.

Dans Le pays d’à côté, l’installation du nauséabond apparaît si proche :

« On séparait par croyance

Les leçons d’auto-défense

Les rues interdites d’entrer »

 Les lâchetés laissant faire le rouleau-compresseur, sans vraiment s’en rendre compte pour certains ou sans avoir l’air d’y toucher pour d’autres, dessinent des situations si familières :

« Braves gens, dignitaires

Tout le monde laissait faire

Par profit ou manque de courage »

 Et l’on trouve toujours des individus pour relativiser la possibilité du pire :

« Y’a pas lieu de s’inquiéter

C’est le pays d’à côté »

 Dans la chanson In Extremis, les périls xénophobes et écologiques se croisent et se conjuguent :

« On voit encore quelques oiseaux encore

Mais grosso modo, ça ne se fait plus

Tout ce chantier multicolore

Au fond, ça salissait la rue »

 Là aussi, la veulerie nourrit l’horreur :

« Il a fallu qu’on se décide  face à cette conspiration

On a voté le génocide par précaution »

 Et ceux d’en bas trinqueront une nouvelle fois sous le joug des chimères des nouveaux représentants du prétendu « vrai peuple » unicolore, comme le note Pas si bêtes :

« Depuis le bord des fossés

Loin, loin au-dessus de nos têtes

Sur l’horizon bleu foncé

On voit venir la tempête »

Nous sommes donc au bord du gouffre…et pourtant une voix venue du passé proche dessine une utopie concrète à rebours des vertiges de l’extrême droitisation. Mandela, pendant ce temps chante Cabrel. Des paroles simples et populaires – un autre « populaire », pas celui fantasmé d’une mortifère « purification ethnique » - résonnent alors :

« La cause dont il est l’apôtre

Y’a pas une couleur mieux qu’une autre

Dans le monde qu’il imagine

Pas une couleur ne domine »

Francis Cabrel -Mandela, Pendant Ce temps © monspell2

Un peuple arc-en-ciel, auquel fait écho l’hommage rendu par Eddy Mitchell à Martin Luther King.

Eddy ou la mélancolie jazzy

bib-band-eddy

 C’est le jazz d’un crooner, lancé par un coup de chapeau à Frank Sinatra (Il faut vivre vite), qui irradie les douze titres de l’album Big Band sorti en octobre 2015. Un jazz inévitablement mélancolique avec Eddy, mêlant subtilement désenchantement, (auto-)ironie et teintes utopiques.

Une mélancolie tentée par la nostalgie avec le Paris de Tu ressembles à hier :

« Et même si tu ressembles à hier, à hier

Je n’te retrouve pas, je te perds, je te perds

Même si tu ressembles à hier, à hier

T’es plus mon Paris, ma ville lumière »

Mais la mélancolie évite pourtant le bien trop convenu « c’était mieux avant » par un mouvement de distanciation auto-ironique :

« Même si tu ressembles à hier

Ton look est moins doux, plus sévère

T’as p’t’être changé en mal, en bien

En fait je ne sais plus très bien

Quand la mémoire se perd

On égare ses repères

Un amnésique n’a pas de rancune

Un utopiste vit dans la lune

J’suis un rêveur, un peu loser

Un optimiste bien trop menteur »

L’ironie se retourne aussi contre certaines attentes mythologiques cultivées par notre monde marchandisé ; par exemple dans Combien je vous dois ? :

« J’veux pas qu’on m’aime

Je veux juste que l’on m’écoute

Comprendre mes problèmes

Mon stress, mes doutes

[…]

Docteur, faites ça pour moi

Combien je vous dois ? »

Le sens utopique de l’ailleurs demeure certes niché au cœur du quotidien avec Un rêve américain :

« J’suis banlieusard

Toujours en retard

Le RER c’est la galère

Aussi, j’pense qu’un jour j’vais tout lâcher

M’évader »

Cependant ses chausse-trappes sont aussi pointées :

« Chacun pour soi

Là, le dollar est roi

C’est la liberté

Se battre pour exister »

Malgré tout, des rêves peuvent devenir réalité, les choses peuvent se transformer, nous dit un passé pas si lointain que ça ! Quelque chose a changé est sans doute la chanson la plus directement politique du Schmoll :

« Quelque chose a changé

Quelque chose a bougé

Quand Martin Luther King a rêvé

A rêvé »

Et à un moment où xénophobes et fachos relèvent avec arrogance la tête en France, en Europe et ailleurs, il est urgent d’entendre les musiques d’hier pour tenter de sauver demain :

« Sam Cooke, Otis Redding l’ont suivi, l’ont chanté

La marche sur Washington a remué, ébranlé

Les préjugés raciaux

Esclavagistes et fachos »

Eddy Mitchell - Quelque chose a changé © EddyMitchellVEVO

L’utopie dans cet album d’Eddy, c’est aussi le swing de l’adaptation de Fly me to the moon (Promets-moi la lune, paroles et musique originale de Bart Howard datant de 1954, chanson rendue célèbre par Frank Sinatra en 1964)

« Promets-moi la Lune

Et envoies-moi dans l’espace

Auprès des étoiles

Vers les planètes, Jupiter ou Mars

En d’autres mots :

Aime-moi

En d’autres mots :

Embrasse-moi »

Frank SINATRA Fly Me To The Moon In Other Words Live 1969 © AldoRaine86

L’ami Daniel Bensaïd savait associer mélancoliquement surgissement amoureux et éruption émancipatrice, comme ici dans son Walter Benjamin. Sentinelle messianique. Á la gauche du possible (1990) :

« Dans la rencontre amoureuse des regards, dans la fulgurance de l’événement, l’infiniment petit domine l’infiniment grand. L’éphémère capture l’éternité. » 

Pourtant le danger de cadenasser ses rêves dans des forteresses égotistes et/ou identitaires ou des arrogances du type « on ne me la raconte pas à moi », afin de se protéger des bosses et incertitudes inéluctables de la vie, continue à rôder. L’adaptation de Hurt (Pleure, paroles et musique originales de Jimmie Crane et Al Jacobs, 1954) en dégage une figure :

« Ton cynisme

Masquant tes sentiments »

Olivier Godin ou la mélancolie du banal

olivier-godin-temps-variable

Qui connaît Olivier Godin, auteur d’albums intermittents, hors de la région de La Rochelle ? Moi et quelques autres…Ancien militant politique révolutionnaire, son engagement perdure sous d’autres modalités, dont certaines chansonnantes. Les seize titres de Temps variable en soirée datent déjà de 2009. Des affinités mélancoliques les relient aux dernières chansons de Cabrel et d’Eddy. La mélancolie s’y fait toutefois encore plus ordinaire, au ras du sol quotidien, à partir duquel la politique émancipatrice devrait se construire, mais qu’elle écrase trop souvent avec des langues de bois venues d’en haut.

Mauvaise passe conte une déprime banale après une rupture sentimentale :

« Je cherche mes mots

Et mes colères,

Je fais l’Rimbaud

Qui pue la bière,

Qu’est plus très beau,

Qui s’désespère »

C’est parfois seulement une tristesse infime qui pointe le bout de son nez, comme dans Il pleut sur le jardin public :

« Il pleut sur le jardin public,

C’est râpé pour la balançoire. »

 Cependant la mélancolie d’Olivier explore différentes couleurs. Sur mon vélo s’attarde à des rêveries anodines :

« J’ai un vélo peu ordinaire,

Qui fait de moi, homme ordinaire,

Un genre de super-héros,

Ça fait marrer que les blaireaux. »

Ce type de tendre auto-ironie ne prédispose pas à se raconter des histoires sur soi. C’est ce qu’exprime tout particulièrement On verra :

« Quand j’aurai de l’amertume

A défaut d’succès posthume. »

L’antiracisme prend également la figure plus ordinaire de Fatou :

« Fatou vient d’avoir 35 ans,

Elle n’a plus d’mari, deux enfants,

Elle habite un hôtel pourri

Situé en lisière de Paris. »

Le propos peut se faire plus directement politique, quand est dénoncée la contribution du sarkozysme à l’extrême droitisation dans Les digues ont cédé :

« Les digues ont cédé,

La bêtise est en cru.

La raison s’est noyée,

On attend la décrue. »

L’espérance continue cependant à couver sous la mélancolie, même face aux ratés quotidiens du Désamour :

« Y s’ra moins fort que notre amour

Le désamour, le désamour… »

Cabrel, Eddy, Godin : leurs albums mettent des mots sur nos frustrations et nos aspirations, nos désenchantements et nos rêves, nos doutes et nos fragilités, à partir du terreau des expériences ordinaires. Les dérèglements et les pièges du moment sont appréhendés avec des mots de tous les jours et sans fatalisme. C’est en ce sens qu’ils peuvent armer nos résistances éthiques et politiques, peut-être mieux que les grands mots du capharnaüm politicien, même si la politique affleure seulement les textes et les musiques. Une sorte d’hommage décalé à nos amis de Charlie - qui ont péri sous les coups d’une violence fondamentaliste aux aigreurs xénophobes - loin des langues de bois étatistes et nationalistes…

********************************

* Prolongements :

- Pour commander l’album d’Olivier Godin :

 Envoyer un chèque de 18 euros (et ne pas oublier de préciser son adresse pour l’envoi du CD) à : Olivier Godin - 61, boulevard de Cognehors - 17000 La Rochelle

- Autres textes à propos des chansons d’Eddy Mitchell sur ce blog :

« Philosophie  Schmoll : Eddy Mitchell et la question du scepticisme dans la société néolibérale », 10 mars 2010

. « Eddy Mitchell ou le blues des héros ordinaires », 9 février 2014

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’impunité et la lâcheté des puissants
Après la révélation des accusations contre l’ancien ministre, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire. Au-delà de son devenir judiciaire, cette affaire nous interpelle sur l’insuffisance de la lutte contre les violences sexuelles et sur l’impunité des sphères de pouvoir.
par Lénaïg Bredoux
Journal — International
Le nouveau variant Omicron, identifié en Afrique australe, déjà repéré en Europe
La communauté scientifique est en alerte depuis l’identification d’un nouveau variant au Botswana. Les premiers séquençages en Afrique du Sud font craindre une propagation à grande vitesse. L’Organisation mondiale de la santé vient de le classer parmi les variants préoccupants et l’a baptisé Omicron.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — International
UE : Paris et Rome s’accordent à moindres frais pour tenter de peser dans l’après-Merkel
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — France
Dans la Manche, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila

La sélection du Club

Billet de blog
Ça suffit ! Pour un accueil inconditionnel des exilé.es
Allons-nous continuer à compter les morts innocents et à force de lâcheté, d’hypocrisie et de totale inhumanité, à nous faire contaminer par un imaginaire rance de repli sur soi qui finira par tout.es nous entraîner dans l’abîme ? Non, il faut commencer par rétablir les faits avant que de tout changer en matière de politique migratoire et de droit des étrangers.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
Tragédie de Calais : retrouvons d’urgence notre humanité
Au moins 27 personnes sont mortes noyées au large de Calais ce mercredi 25 novembre. Ce nouveau drame vient alourdir le bilan des morts à cette frontière où, depuis une trentaine d’années, plus de 300 personnes ont perdu la vie, soit en essayant de la franchir soit en raison de leurs conditions de (sur)vie sur le littoral Nord.
par La Cimade
Billet de blog
À l'indignation, monsieur Darmanin, a succédé la rage
Au lendemain du drame qui a coûté la vie à 27 personnes dans la Manche, Michaël Neuman, directeur d'études au Centre de réflexion sur l'action et les savoir humanitaires de la fondation MSF, dénonce les responsabilités de l'État français et du ministre de l'Intérieur.
par Médecins sans frontières
Billet de blog
Migrants : du naufrage aux larmes de crocodile
Qu’elles sèchent vite, les larmes de crocodile ! De plus en plus vite, car il y en a de moins en moins, de larmes. Même de crocodile. Et surtout pour les réfugiés. Vous vous rappelez la photo du petit corps d’Aylan, 3 ans, rejeté sur une plage de Bodrum en 2015 ? Nous oublierons tout aussi vite le naufrage qui a tué 27 migrants dans La Manche, mercredi. Place au Black Friday !
par Cuenod