«Game of Thrones» ou le devenir autoritaire du «populisme de gauche»

La huitième et ultime saison de la série TV «Game of Thrones», et tout particulièrement son épisode 5, invalident les prétentions émancipatrices du «populisme de gauche» théorisé par Ernesto Laclau et Chantal Mouffe avec des échos du côté des chefs «libérateurs» que croient être Pablo Iglesias et Jean-Luc Mélenchon…Attention spoilers !

game-of-thrones

Game of Thrones (GoT), une des séries TV les plus populaires mondialement dans l’histoire des séries, est une production de la chaîne américaine HBO, dans une adaptation des romans de fantasy médiévale de George R. R. Martin par David Benioff et D. B. Weiss. Le premier épisode a été diffusé initialement en avril 2011 aux États-Unis. La série a pris fin cette année : le premier épisode de la huitième et dernière saison a été diffusé le 14 avril 2019 et le sixième épisode final ce 19 mai 2019.

Un des intérêts politiques principaux de GoT consiste à exprimer un rapport polyphonique à la politique et au pouvoir, où se confrontent et cohabitent notamment des logiques kantiennes (au sens d’une morale en tant qu’« impératif catégorique »), machiavéliennes (au sens du recours à des moyens immoraux pour faire advenir des fins morales) et « machiavéliques » (au sens d’un cynisme faussement attribué à Machiavel), avec des hybridations mouvantes en fonction des situations, mais aussi des formes d’indifférence à l’égard du pouvoir politique. Partant, GoT offre des matériaux intéressants pour alimenter une réflexion politique ayant le goût de la nuance. GoT, dans le registre propre au « jeu de langage » des séries télévisées, distinct de ceux des « jeux de connaissance » de la philosophie et des sciences sociales, constitue même un mode d’investigation spécifique sur la politique, une forme originale de théorisation politique si on l’inscrit dans un dialogue transfrontalier avec les registres savants de la philosophie et des sciences sociales[1].

GAME OF THRONES Saison 8 Bande Annonce VOST (NOUVEAU, 2019) © FilmsActu

 

La Khaleesi : héroïne de Podemos

Le personnage de Daenerys Targaryen, dit la Khaleesi, « Mère des dragons et briseuses de chaînes », a fait rêver il y a quelques années le leader de la nouvelle organisation de la gauche radicale espagnole Podemos, Pablo Iglesias. Elle constituait, à l’aube de cette huitième saison, une des prétendantes les mieux placées pour occuper le fameux Trône de fer. Le secrétaire général de Podemos a dirigé un livre collectif sur la série composé de contributions de dirigeants, d’intellectuels et de proches de son organisation, Ganar o morir. Lecciones políticas en Juego de tronos, paru en Espagne en 2014[2]. Pour Iglesias, en 2014, la Khaleesi constitue une sorte d’incarnation héroïque de sa démarche politique :

« Seule la légitimité qu’elle gagne et démontre au fur et à mesure de la série lui permet d’acquérir un pouvoir conséquent, et c’est ce pouvoir qui lui permet à son tour de renforcer et d’étendre sa légitimité. Pouvoir et légitimité sont liés de manière circulaire […] La Khaleesi n’obtiendrait pas la reconnaissance ni la légitimité qui lui confèrent un pouvoir toujours plus grand si elle n’en faisait pas la démonstration par des actes "exemplaires". Son projet politique de rupture avec l’ordre établi dépend entièrement du caractère exemplaire de ses actions. Lorsqu’on porte un projet émancipateur de rupture, on n’a pas de pouvoir sans légitimité morale. »[3]

Et d’ajouter, contre le personnage de Ned Stark, un homme à la moralité trop rigide selon Iglesias, éliminé dès la première saison et que l’on pourrait qualifier de « kantien » :

« Nous pouvons, sur le modèle de Ned Stark, nous définir nous-mêmes comme bons, ou bien nous pouvons, comme la Khaleesi, aspirer à utiliser la politique pour rendre la société meilleure. »[4]

La perspective d’Iglesias est ici légitime en philosophie politique. On pourrait la caractériser de « machiavélienne » (à distinguer du « machiavélisme », c’est-à-dire d’un immoralisme faussement accolé à Machiavel), au sens où des moyens en décalage avec les fins poursuivies peuvent être utilisés pour promouvoir ces fins[5]. Iglesias parle d’ailleurs de la « vérité […] établie par Machiavel » : « les bons discours ne suffisent pas si l’on n’a ni les griffes ni les dents pour les défendre »[6].

Cette logique « machiavélienne » est celle des dirigeants de Podemos, dans la façon dont ils ont prétendu donner une « solution politique » aux supposées « limites » du mouvement d’auto-organisation citoyenne des Indignados ou Mouvement 15-M (né le 15 mai 2011 sur la Puerta del Sol à Madrid) :

« Cependant, se déclarer "indigné", armé de sa seule légitimité, ne suffira pas si l’on ne se lance pas effectivement dans la lutte pour la conquête du trône. Si l’on n’a pas de stratégie crédible de dispute du pouvoir, si l’on n’a pas de dragon, ni de Khaleesi capable d’unir la puissance des esclaves »[7].

Les riches matériaux quant aux rapports diversifiés à la politique offerts par GoT ne constituent malheureusement pas un appui pour développer l’imagination politique des dirigeants de Podemos, mais servent surtout d’illustration légitimante à une banale entreprise politicienne autoproclamée « nouvelle ». Banale entreprise politicienne ? Car, avec les « leçons politiques » que tire Iglesias de la série, on s’est éloigné de l’inventivité populaire du Mouvement 15-M pour retomber dans du politicien bien balisé et étriqué[8] :

« Dans Game of Thrones, comme dans Le Prince, la politique n’est autre que la lutte pour la conquête ou la conservation du pouvoir. Ici réside l’un des points forts du scénario de Game of Thrones lorsqu’il s’agit d’en proposer une approche politique. »[9]

« Conquérir ou conserver le pouvoir » : voilà bien une conception originale de l’émancipation ! Peut-être de l’émancipation des politiciens professionnels vis-à-vis de ceux qu’ils prétendent représenter ?

la-khaleesi-dragon

Sur le « populisme de gauche » de Laclau et Mouffe

La notion de « populisme de gauche » se présente comme une alternative politique à gauche résultant de réflexions communes ou séparées de deux théoriciens politiques, l’Argentin Ernesto Laclau (aujourd’hui décédé) et la Belge Chantal Mouffe. Dès leur livre commun de 1985, Hégémonie et stratégie socialiste[10], ils font du « peuple » une construction résultant des discours de représentants, et non quelque chose de donné à l’avance à travers des intérêts objectifs (comme « le prolétariat » chez Marx et les marxistes). Chantal Mouffe résume aujourd’hui :

« le "peuple" n’est pas un référent empirique mais une construction politique discursive. Le "peuple" n’existe pas avant l’acte performatif qui lui donne naissance et il ne peut être saisi au moyen de catégories sociologiques. »[11]

Dans ses réflexions sur le populisme, Ernesto Laclau va insister davantage sur l’importance des représentants dans la construction du « peuple » :

« Le représenté dépend du représentant pour la constitution de son identité. »[12] 

Il ira même plus loin en sacralisant la place du leader unique, dans le sillage de la place de Juan Perón dans le populisme « péroniste » en Argentine, en parlant du « caractère central du rôle du leader »[13]. Chantal Mouffe s’est inscrit dans ce sillage dans sa promotion récente d’un « populisme de gauche ». Dans un livre de dialogue avec un dirigeant de Podemos, Iñigo Errejón (ancien allié de Pablo Iglesias devenu un concurrent au sein de Podemos), elle avance à propos de la figure du « leader charismatique » :

« Pour créer une volonté collective à partir de demandes hétérogènes, il faut un personnage qui puisse représenter leur unité, je crois donc qu’il ne peut y avoir de moment populiste sans leader, c’est évident. »[14]

Elle ajoute toutefois un bémol, proche d’une pétition de principe cool plus que d'une analyse des expériences historiques d’oligarchisation de la politique par les leaders, d’extrême droite, de droite ou de gauche :

« il est parfaitement possible d’établir un autre type de relation, moins vertical, entre le leader et les différents groupes faisant partie du mouvement »[15].

pablo-iglesias-con-chantal-mouffe

Bref le rêve du leader sympa, pas autoritaire, vertical mais pas trop…Pablo Iglesias ? Jean-Luc Mélenchon ?...La Khaleesi ? C’est ce rêve sur lequel se brisera l’épisode 5 de la saison 8 de GoT ! En attendant la suite de l’histoire, on comprend mieux pourquoi les théorisations de Chantal Mouffe aient eu un si bon accueil du côté de Pablo Iglesias[16] (et encore plus d’Iñigo Errejón, on l’a vue avec le livre commun) et davantage encore de Jean-Luc Mélenchon[17] (et aussi de François Ruffin[18]) : une justification philosophique de son (possible) leadership est toujours bonne à prendre !

melenchon-mouffe

Dans le cadre de la stratégie du « populisme de gauche », l’action des représentants et du leader pour construire « le peuple » prend place dans une dynamique de confrontation binaire nommée « peuple/caste », « peuple/élites » ou « peuple/oligarchie »[19].

 

Ambiguïté de la Khaleesi et impensé du « populisme de gauche »

Dans l’épisode 10  de la saison 3 de GoT, l’ambiguïté pointe son nez quant au rapport de la Khaleesi et de l’émancipation. Elle a, avec son armée, libéré des esclaves. Face à ces esclaves libérés, elle tient pourtant le discours de l’auto-émancipation :

« Vous ne me devez pas votre liberté. Je ne vous l’ai pas donnée. Votre liberté n’est pas quelque chose que je peux vous donner. Elle vous appartient et à vous seuls. Si vous la voulez, vous devez la prendre vous-mêmes. Chacun d’entre vous. »

Puis les esclaves libérés crient « Mère, Mère, Mère… » et portent la Khaleesi, dans la logique de consécration d’un « fétiche politique », telle qu’analysée par Pierre Bourdieu[20]. S’agit-il alors d’auto-émancipation (selon la formule de Marx dans les statuts de la Première Internationale ouvrière en 1864 : « l’émancipation de la classe ouvrière doit être l’œuvre des travailleurs eux-mêmes ») ou d’une émancipation par d’autres ? On a là une ambiguïté classique entre le verbe transitif émanciper (par) et le verbe pronominal s’émanciper ; le premier se donnant chez la Khaleesi les apparences du second. Cette ambiguïté se retrouve chez Pablo Iglesias dans son apologie de l’héroïne de GoT :

« Elle sait, de par sa propre expérience, que pour les faibles, le choix ne réside jamais tant dans la problématique de "l’existence ou de l’absence de pouvoir", mais dans la question de savoir si ce pouvoir doit être dans les mains de ceux qui mettent des chaînes ou de ceux qui veulent les briser. »[21]

On a l’impression que « les briseurs de chaînes » sont du côté des leaders davantage que des esclaves eux-mêmes. Impression renforcé si on se rappelle la formule d’Iglesias à propos de la nécessité, en phase avec le populisme de Laclau et Mouffe, d’une « Khaleesi capable d’unir la puissance des esclaves »[22].

la-khaleesi

L’ambiguïté de la Khaleesi se déplace en impensé chez Laclau et Mouffe, oubliant la critique libertaire (comme chez Bakounine ou Louise Michel) et sociologique (de Max Weber et Robert Michels à Pierre Bourdieu) de la représentation politique[23]. Cette double critique pointe les risques de concentration des pouvoirs, via les mécanismes représentatifs, induisant une domination proprement politique des représentants sur les représentés, domination soft dans nos États de droit, avec des variations plus ou moins autoritaires en fonction des pays et des moments. Ce qui a des conséquences sur la production au sein même des forces se réclamant de l’émancipation de tendances oligarchiques. De cela, les dirigeants de Podemos ou de La France Insoumise ne parlent pas non plus, pourtant Iñigo Errejón a navigué dans les milieux libertaires dans sa jeunesse…

 

L’épisode 5 de la saison 8 de GoT comme moment libertaire

L’épisode 5 de la saison 8 de GoT constitue en quelque sorte un moment libertaire dans GoT. C’est peut-être même un des fils transversaux libertaire (mais pas le fil philosophique transversal, comme croit pouvoir l’affirmer Canjuers sur son blog de Mediapart), ainsi que l’a subtilement mis en évidence le même Canjuers en parlant d’une perspective de « démocratie radicale » : « la démonstration implacable, par le cours des événements lui-même, de la fausseté de tous les destins transcendants utilisés pour légitimer le pouvoir » ou encore « détruire une à une toutes les prétentions à la légitimité transcendante pour un pouvoir souverain »[24].

Ainsi la Khaleesi, qui a libéré les esclaves, qui a contribué à sauver l’humanité de l’armée des morts, qui a souvent à la bouche la perspective d’« une société meilleure » débarrassée du pouvoir des « tyrans », va commettre l’irréparable dans la confrontation avec la cruelle Cersei Lannister. Alors que les troupes adverses étaient défaites, que ses armées pouvaient investir la ville de Port-Réal sans effusion supplémentaire de sang, elle va procéder à un carnage avec son dragon, en brûlant la ville, pas seulement les soldats, mais les civils, les enfants, par milliers… Elle va massacrer au nom du Bien plus de personnes que Cersei dans ses dérèglements cyniques.

Nombre de fans de la Khaleesi n’en sont toujours pas remis. Pablo Iglesias a tweeté lui-même de rage le 13 mai 2019 : « Personne n’a le sentiment qu’ils ont tué la complexité des personnages et l’intrigue ? » (https://twitter.com/Pablo_Iglesias_/status/1128067096418684938). N’est-ce pas, au contraire, une complication supplémentaire de prendre en compte le fait qu’un pouvoir excessif mis entre les mains d’une personne sympathique, amie des opprimés, défenseuse du Bien, puisse être entraînée, dans la dynamique de ses passions personnelles, à abuser de sa puissance et à se transformer elle-même momentanément en tyran, en tyran pour « le Peuple », en tyran du Bien ? Sans que son caractère sympathique, ni ses convictions éthiques et politiques ne soient pour autant invalidés, donc sans manichéisme. Cela pouvait être cela un des sens (libertaire) du leitmotiv « Winter is coming », pas seulement via la menace sur l’existence de l’humanité de l’armée des morts, mais aussi dans les confrontations sanguinaires des Chefs des humains, dans leur « humaine inhumanité », avec le concours de ce qu’Étienne de La Boétie a appelé au XVIe siècle « la servitude volontaire » des opprimés…

L’expérience historique de ce qui a pris massivement le nom de « communisme » au XXe siècle est là pour en témoigner. Les échanges entre la Khaleesi et Jon Snow dans l’épisode 6, appuient cette hypothèse :

« La Khaleesi : On ne peut s’abriter derrière la clémence. Le monde dont nous avons besoin ne sera pas bâti par des hommes loyaux au monde qui existe.

Jon Snow : Le monde dont nous avons besoin est un monde de clémence.

La Khaleesi : Il le sera. Il n’est pas facile d’imaginer quelque chose qui n’a jamais existé. Un monde meilleur.

Jon Snow : Comment le sais-tu ? Comment sais-tu qu’il sera meilleur ?

La Khaleesi : Parce que je sais ce qui est bon. »

La leader du « Peuple » sait ce qui est bon. Comme Iglesias, Mélenchon… ? Certes,  dans ces derniers cas, cela ne concerne pas des hécatombes générées par des batailles entre prétendants à la couronne dans une période médiévale imaginaire, mais seulement de tendances oligarchiques contrôlées dans des États de droit limitant les formes les plus sanglantes de l’arbitraire étatique. Mais, quand même, il y va aussi du devenir autoritaire du « populisme de gauche »…

 

L’épisode 6 de la saison 8 de GoT, entre retour de la verticalité gouvernante et ouvertures libertaires

Après ce moment libertaire, l’ultime épisode a donné un coup de balancier inverse vers notre familiarité avec l’évidence de la verticalité gouvernante. Un nouveau roi, supposé cette fois doté de sagesse et de modération, a été choisi. Certes, comme l’avait anticipé dès la fin de l’épisode 5 Canjuers, il s’agit d’« un disgracié qui n’a pas vraiment d’élection, d’aucune sorte, qui ne se proclame d’aucune légitimité transcendante »[25]. Quoique plane au-dessus du jeune handicapé Bran Stark comme une élection surnaturelle…Après son questionnement radicalement libertaire, GoT revient au rêve mythologique du bon Chef.

Ce mouvement de balancier est peut-être un indice que la série se débat avec une tension propre à la politique représentative moderne, finement perçue par Pierre Bourdieu :

« Il y a une sorte d’antinomie inhérente au politique qui tient au fait que les individus - et cela d’autant plus qu’ils sont démunis - ne peuvent se constituer (ou être constitués) en tant que groupes, c’est-à-dire en tant que force capable de se faire entendre et de parler et d’être écoutée, qu’en se dépossédant au profit d’un porte-parole. Il faut toujours risquer l’aliénation politique pour échapper à l’aliénation politique »[26].

Dans ce passage, Bourdieu pointe deux choses rarement associées dans un même constat, et cela à travers une tension inéliminable. Premièrement, pour exister publiquement, pour voir ses expériences, ses intérêts et son identité pris en compte dans l’espace public, une collectivité aurait besoin de porte-parole. Mais, deuxièmement, l’existence de ces porte-parole enfermerait la possibilité de l’usurpation de la parole, le risque de la domination des représentants sur les représentés.

La verticalité gouvernante traditionnelle n’est toutefois pas le seul horizon sur lequel s’achève GoT. Des peut-être alternatifs demeurent en pointillés, sous la forme de trouées libertaires. Tout d’abord, une ouverture utopique se dessine avec l’âme exploratrice d’Arya Stark vers des ailleurs inconnus par-delà les océans. Une ouverture mélancolique clôt également l’épisode 6, quand Jon Snow part avec les « sauvageons », ou « Peuple libre », au-delà du Mur de « la civilisation » en s’éloignant dans des paysages enneigés…

 

arya-stark-en-route-pour-de-nouvelles-aventures

 

image-finale-got

*********************************

 

Prolongements sur Game of Thrones :

 

- Game of Thrones et Podemos :

. "Notes exploratoires sur Podemos, Game of Thrones et le populisme", par le politiste Manuel Cervera-Marzal, site libertaire Grand Angle, 13 mai 2019, http://www.grand-angle-libertaire.net/notes-exploratoires-sur-podemos-game-of-thrones-et-le-populisme/

. "Le mort saisit le vif. Deux dirigeants de Podemos face à la série Game of Thrones", par le politiste Philippe Corcuff, site libertaire Grand Angle, 13 mai 2019, http://www.grand-angle-libertaire.net/le-mort-saisit-le-vif-deux-dirigeants-de-podemos-face-a-la-serie-game-of-thrones/

 

- Eclairages de la philosophe Sandra Laugier :

. sur les débuts de la saison 8 : « "Game of Thrones", du côté des vivants », Libération daté du 27 avril 2019, https://www.liberation.fr/debats/2019/04/26/game-of-thrones-du-cote-des-vivants_1723603

. sur l’ensemble de la série : "Valar morghulis et en attendant. Narration et politique après Game of Thrones", site libertaire Grand Angle, 13 mai 2019, http://www.grand-angle-libertaire.net/valar-morghulis-et-en-attendant-narration-et-politique-apres-game-of-thrones/

 

- Sur Mediapart :

. Canjuers, « L’illégitimité du pouvoir légitime. Sur les raisons de Daenerys », blog Mediapart, 17 mai 2019, https://blogs.mediapart.fr/canjuers/blog/170519/l-illegitimite-du-pouvoir-legitime-sur-les-raisons-de-daenerys

 

 Notes :

[1] Pour une présentation de l’approche en termes de dialogues transfrontaliers entre « jeux de langage » des cultures populaires (chansons, romans noirs, cinéma, séries TV…) et « jeux de connaissance » de la philosophie et des sciences sociales, inspirée du philosophe Ludwig Wittgenstein, voir Philippe Corcuff, « "Jeux de langage" du noir : roman, cinéma et séries », revue Quaderni. Communication, technologies, pouvoir, n°88, automne 2015, pp. 21-33, https://journals.openedition.org/quaderni/917.

[2] Pablo Iglesias (éd.), Les leçons politiques de Game of Thrones [1e éd. espagnole : 2014], Fécamp, Post-éditions, 2015.

[3] « Vaincre ou mourir », présentation par Pablo Iglesias des Leçons politiques de Game of Thrones, ibid., p. 10.

[4] Ibid., p. 12.

[5] Sur la perspective « machiavélienne », distincte du « machiavélisme », voir Philippe Corcuff, « Merleau-Ponty ou l'analyse politique au défi de l'inquiétude machiavélienne », Les Études Philosophiques, n° 57, avril-juin 2001, pp. 203-217, http://www.cairn.info/revue-les-etudes-philosophiques-2001-2-page-203.htm

[6] Pablo Iglesias, « Matchs de boxe et parties d’échecs entre l’ombre et l’épée », dans Les leçons politiques de Game of Thrones, op. cit., p. 106.

[7] Daniel Iraberri Pérez, Luis Alegre Zahonero et Pablo Iglesias, « Vaincre ou mourir sur l’échelle du chaos : légitimité et pouvoir », dans Les leçons politiques de Game of Thrones, ibid., p. 58.

[8] Sur l’appauvrissement des possibilités ouvertes par GoT dans la lecture de Pablo Iglesias, voir Philippe Corcuff, « Le mort saisit le vif. Deux dirigeants de Podemos face à la série Game of Thrones », site libertaire Grand Angle, 13 mai 2019, http://www.grand-angle-libertaire.net/le-mort-saisit-le-vif-deux-dirigeants-de-podemos-face-a-la-serie-game-of-thrones/, et Manuel Cervera-Marzal, « Notes exploratoires sur Podemos, Game of Thrones et le populisme », », site libertaire Grand Angle, 13 mai 2019, http://www.grand-angle-libertaire.net/notes-exploratoires-sur-podemos-game-of-thrones-et-le-populisme/.

[9] Pablo Iglesias, « Matchs de boxe et parties d’échecs entre l’ombre et l’épée », op. cit., p. 101.

[10] Enesto Laclau et Chantal Mouffe, Hégémonie et stratégie socialiste. Vers une politique démocratique radicale [1e éd. anglaise : 1985], préface d’Étienne Balibar, Besançon, Les Solitaires Intempestifs, 2009.

[11] Chantal Mouffe, Pour un populisme de gauche [1e éd. anglaise : 2018], Paris, Albin Michel, 2018, p. 91.

[12] Ernesto Laclau, La raison populiste [1e éd. anglaise : 2005], Paris, Seuil, collection « L’ordre philosophique », 2008, p. 187.

[13] Ibid., p. 121.

[14] Chantal Mouffe et Iñigo Errejón, Construire un peuple. Pour une radicalisation de la démocratie [1e éd. espagnole : 2015], préface de Gaël Brustier, Paris, Les Editions du Cerf, 2017, p. 169.

[15] Ibid., p. 170.

[16] Par exemple, dans Les leçons politiques de Game of Thrones, Pablo Iglesias cite positivement à deux reprises les travaux de Chantal Mouffe : pp. 102 et 116 ; et Iglesias reprend, par exemple, les catégories de Laclau et Mouffe dans son analyse de la victoire de Donald Trump : « Trump et le moment populiste » [1e éd. espagnole : 9 novembre 2016], site ReSPUBLICA, 10 novembre 2016, http://www.gaucherepublicaine.org/etats-unis/trump-et-le-moment-populiste/7399510.

[17] Voir la vidéo du débat entre Jean-Luc Mélenchon et Chantal Mouffe sur « L’Heure du peuple », organisé à Paris le 21 octobre 2016 par l’association Mémoire des luttes sur YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=FtriFMxsOWw ; et sur l’analyse par Mélenchon de la victoire de Donald Trump : « Trump comme symptôme de la cécité de la caste », blog « L'ère du peuple », 14 novembre 2016, http://melenchon.fr/2016/11/14/trump-comme-symptome-de-la-cecite-de-la-caste/.

[18] Voir la vidéo du débat entre François Ruffin et Chantal Mouffe sur « Théorie et pratique du populisme de gauche », le 26 août 2017, dans le cadre des AMFIS d’été de La France insoumise, sur YouTube :  https://www.youtube.com/watch?v=yPrs329mls0.

[19] Voir Chantal Mouffe et Iñigo Errejón, Construire un peuple, op. cit., pp. 203-220, et Chantal Mouffe, Pour un populisme de gauche, op. cit., p. 41.

[20] Dans Pierre Bourdieu, « La délégation et le fétichisme politique », revue Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n° 52-53, juin 1984, pp. 49-55, https://www.persee.fr/doc/arss_0335-5322_1984_num_52_1_3331.

[21] Daniel Iraberri Pérez, Luis Alegre Zahonero et Pablo Iglesias, « Vaincre ou mourir sur l’échelle du chaos : légitimité et pouvoir », dans Les leçons politiques de Game of Thrones, op. cit., p. 51.

[22] Ibid., p. 58.

[23] Voir Philippe Corcuff, « Nos prétendues "démocraties" en questions (libertaires). Entre philosophie politique émancipatrice et sociologie critique », site libertaire Grand Angle, 5 mai 2014, https://www.grand-angle-libertaire.net/nos-pretendues-democraties-en-questions-libertaires-philippe-corcuff/.

[24] Dans Canjuers, « L’illégitimité du pouvoir légitime. Sur les raisons de Daenerys », blog Mediapart, 17 mai 2019, https://blogs.mediapart.fr/canjuers/blog/170519/l-illegitimite-du-pouvoir-legitime-sur-les-raisons-de-daenerys.

[25] Ibid.

[26] Dans Pierre Bourdieu, « La délégation et le fétichisme politique », art. cit., p. 49.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.