Philippe Corcuff
Enseignant-chercheur, engagé dans la renaissance d'une gauche d'émancipation, libertaire, cosmopolitique et mélancolique
Abonné·e de Mediapart

316 Billets

1 Éditions

Billet de blog 24 nov. 2010

Guérilla sociale à Nîmes et ailleurs

Des photos sur des actions directes à Nîmes le 23 novembre pour continuer le mouvement social et un entretien dans l'Humanité du même jour...

Philippe Corcuff
Enseignant-chercheur, engagé dans la renaissance d'une gauche d'émancipation, libertaire, cosmopolitique et mélancolique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

CCI de Nîmes 23/11/2010 © 

Des photos sur des actions directes à Nîmes le 23 novembre pour continuer le mouvement social et un entretien dans l'Humanité du même jour...

© 

Le collectif "AG de Nîmes", interprofessionnel et intersyndical, réunissant des syndiqués et des non-syndiqués qui souhaitent prolonger le mouvement social sur les retraites et au-delà. C'est un collectif de résistances populaires visant à poursuivre des actions multiformes : blocages, actions symboliques, actes de désobéissance civile, grèves, manifestations, etc.

© 

On peut le contacter sur : ag.nimes@laposte.net .

CCI Nîmes 23/11/2010 © 

Au cours de la manifestation intersyndicale de ce mardi 23 novembre après-midi à Nîmes, il a fait entendre sa musique dissonante pour la convergence des luttes. Il a d'abord organisé un "die in" (allongement par terre) symbolique sur le parcours de la manifestation place Montcalm avec une quarantaine de personnes. Puis il a initié un envahissement-occupation de la CCI (chambre de commerce et d'industrie) patronale de Nîmes. Il a réussi à entraîner des centaines de manifestants dans cette action. Puis, sans que cela ait été prévu la Maison de la Région et la gare ont été investies un moment.Voir le compte-rendu du journal régional Midi Libre du 24 novembre 2010 : "Retraites : Mille manifestants encore prêts à en découdre".

© 

Un exemple de la guérilla social durable envisagée le 18 octobre dernier sur Mediapart et dans l'entretien ci-dessous paru le même 23 novembre dans le journal l'Humanité.

Les photos qui illustrent ce billets ont été prises par des membres du collectif : Antony, Gilles et William.

© 

********************************************

© 

« Une guérilla sociale durable »

Pour Philippe Corcuff, maître de conférences de science politique à l'Institut d'études politiques de Lyon et membre du Conseil Scientifique d'Attac France, le mouvement social a déjà gagné, mais insuffisamment.

ENTRETIEN

Après le vote du parlement, peut-on considérer que la loi sur les retraites est une affaire classée et que le mouvement social a subi une défaite ?

Philippe Corcuff. On pourrait plutôt dire que le mouvement social a déjà gagné, mais insuffisamment. Ainsi, une mobilisation d'ampleur sur une durée significative a redonné confiance et inventivité aux résistances populaires. De nouvelles générations, de nouveaux secteurs professionnels et des individus peu ou pas impliqués auparavant se sont inscrits dans une action collective massive. C'est un acquis central à ne pas laisser en friche, soit par auto-aveuglement fataliste, soit au profit d'un horizon principalement électoral.

D'ailleurs des collectifs interprofessionnels et intersyndicaux poursuivent leur action. Et la promulgation de la loi sur les retraites vient se heurter à la diffusion d'un imaginaire de la désobéissance civile, faisant de la contestation citoyenne des lois un des lieux de renouvellement d'un espace démocratique mis sous tutelle oligarchique par une représentation politique professionnalisée intriquée avec des intérêts capitalistes.

Les cadres militants ont souvent tendance à observer la réalité en fonction de schémas pré-établis, en tentant de faire rentrer la réalité dans ces schémas. Ils apparaissent insuffisamment attentifs aux caractéristiques d'une situation à chaque fois spécifique, en risquant, toujours un peu déçus, de passer à côté des potentialités de chaque contexte.

Justement certains ont regretté l'absence d'appel à la grève générale. Qu'en pensez-vous ?

Philippe Corcuff. L'absence de mot d'ordre de grève générale par l'intersyndicale nationale a effectivement constitué, à mon avis, un frein à la généralisation du mouvement. Mais un tel appel n'aurait pas suffi à créer magiquement une grève générale effective. Les mouvements sociaux sont plus compliqués. L'imaginaire de la grève générale, issu du syndicalisme révolutionnaire d'avant la guerre de 1914-1918, constitue une invitation fort utile à la convergence des luttes sociales face à la tendance à leur éparpillement. De ce point de vue, son usage a été bénéfique dans le cours du mouvement. Mais ce mot d'ordre ne doit pas devenir tyrannique, comme si c'était la seule voie possible de la généralisation. En fonction des conditions concrètes, il faudrait être davantage ouverts à une diversité de chemins de généralisation. C'est dans cette perspective que j'ai envisagé une « guérilla sociale durable » (1).

Qu'est-ce qui selon vous caractérise ce mouvement social ?

Philippe Corcuff. Il se situe dans le prolongement des mouvements sociaux de 1995, de 2003 et de 2006, en exprimant des aspirations fortes dans notre pays : l'attachement à la protection sociale et aux services publics, la solidarité intergénérationnelle et la revendication d'une autre répartition des richesses. Comme déjà le combat sur le contrat première embauche, il renforce aussi l'importance prise par la composante individuelle, les attentes des individualités blessées par la logique du capitalisme, que nous venons de traiter dans le livre d'Attac, Le Capitalisme contre les individus (Éditions Textuel). Le succès dans les diverses manifestations du slogan « Je lutte des classes » est de ce point de vue significatif.

Par ailleurs, ce mouvement est marqué par des formes particulièrement prononcées de solidarité (notamment solidarité financière avec les grévistes) et une accentuation des liaisons interprofessionnelles et intersyndicales autour d'actions directes (blocages, actions symboliques, etc.). Enfin, il a fait preuve d'un caractère mobile, multiforme et polyphonique, entre repères nationaux fournis par les journées d'action, grèves sectorisées et mouvantes, actions locales, actes de solidarité, etc. Ce sont des atouts si une « guérilla sociale » se prolonge, à partir du thème de retraites et au-delà de ce thème.

© 

Entretien réalisé par Jacqueline Sellem

Paru dans l'Humanité, mardi 23 novembre 2010, p.13

(1) Dans « Pour une guérilla sociale durable et pacifique », Mediapart, 18 octobre 2010 .

© 
L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr