Philippe Wannesson
Blogueur et militant
Abonné·e de Mediapart

263 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 mars 2019

Philippe Wannesson
Blogueur et militant
Abonné·e de Mediapart

Contre la fourniture de bateaux à la Libye: une pétition

Le gouvernement français a franchi un pas en s'engageant à fournir à la marine libyenne des bateaux destinés à pourchasser les exilé-e-s tentant la traversée de la Méditerranée vers l'Europe. Habitat et citoyenneté, La Roya citoyenne et la Ligue des Droits de l'Homme Nice et PACA lancent une pétition.

Philippe Wannesson
Blogueur et militant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'implication de l'Italie pour que les autorités et parfois les milices libyennes empêchent les exilé-e-s d'atteindre l'Europe ne date pas de Salvini. La politique française qui suit la même orientation ne date pas de Macron. À commencer par le versant de cette politique qui consiste à faire pression sur l'Italie en bloquant la frontière franco-italienne et en augmentant les expulsions Dublin.

Mais un pas est franchi quand à la suite du gouvernement italien le gouvernement français fournit à la Libye des bateaux qui serviront à pourchasser les exilé-e-s en mer pour les ramener vers les camps Libyens. Une chose est d'avoir habillé, chaussé, entraîné au tir l'assassin, une autre est de lui donner son arme.

C'est la politique européenne, assumée par le gouvernement français qui y joue un rôle moteur : les exilé-e-s ne doivent quitter les camps libyens que pour être renvoyé-e-s dans leur pays d'origine par les soin de l'Organisation Internationale des Migrations, sous le nom de "retour volontaire", et pour une minorité qui aura la chance d'être choisie comme caution humanitaire, la réinstallation dans un pays occidental. Dans ce cadre, l'asile n'est plus un droit mais une charité à la discrétion des États - voire un argument de communication pour faire accepter un monde sans droits.

Et qu'importe si les politiques migratoires européennes, l'argent qu'elles injectent et les jeux de pouvoir troubles auxquelles elles s'entremêlent entretiennent l'instabilité en Libye et poussent les exilé-e-s à continuer leur route vers l'Europe, alors qu'au temps de sa stabilité, la Libye, pays riche de son pétrole et peu peuplé, accueillait entre un million et demi et deux millions de travailleur-se-s immigré-e-s, dont une minorité songeait à continuer sa route vers l'Europe.

Face à ce pas franchi, ces bateaux qui doivent être fournis pour retourner les exilé-e-s vers les camps, les traitements inhumains et dégradants, les viols, la torture, le travail forcé, une pétition a été initiée. N'hésitez pas à signer et à relayer :

https://www.change.org/p/m-le-pr%C3%A9sident-de-la-r%C3%A9publique-la-barbarie-permis-de-tuer-pas-en-notre-nom

" Adressée à :
M. Le Président de la République
M. le ministre des Armées

                               LA BARBARIE : PAS EN NOTRE NOM !

          Comment un gouvernement peut-il autant bafouer les droits humains
                                                 en notre nom ?

Après avoir refusé d’accueillir les bateaux comme l’Aquarius qui ont sauvé des milliers de migrant.e.s de la noyade en Méditerranée et avoir participé ainsi à leur disparition, la France vient de décider d’offrir 6 embarcations marines rapides à la Libye.  « Cette action s’inscrit dans le cadre du soutien de la France aux efforts de la marine libyenne pour lutter contre l’immigration clandestine », selon le porte parole du ministère des Armées.

Les migrant.e.s et demandeur.euse.s d’asile qui sont capturés en mer et refoulés en territoire libyen sont placé.e.s en rétention et  soumis à des conditions de vie inhumaines : Insuffisance de nourriture,  d'eau, de soins médicaux, mais aussi  passages à tabac, tortures, violences sexuelles, esclavage, homicides… En bref, droit de vie et de mort sur des personnes otages de la barbarie. Plus personne ne l’ignore.
Le Gouvernement français délivre donc un permis de tuer en notre nom !

Nous exigeons que la France renonce à ce projet qui bafoue une fois de plus les valeurs constitutionnelles françaises : Liberté, Egalité, Fraternité. Parce qu’il est du devoir absolu de tout gouvernement de la République d’en assurer le respect, nous demandons que la France accueille dignement ces hommes, ces femmes et ces enfants : cinquième puissance économique mondiale, nous pouvons le faire, nous devons le faire !


Pétition initiée par :
Roya citoyenne - Ligue des droits de l’homme, Comité régional PACA et section de Nice - Habitat & Citoyenneté.

Premiers signataires :
Mouvement Contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples – Ensemble ! – Médecins Du Monde - Réseau Education Sans Frontières - Syndicat des Avocats de France – Alternatives & Autogestion

Alpes-Maritimes :
Somico 06 (Soutien Migrants Collectif 06) : Artisans du monde 06 - Attac 06 - Citoyens solidaires 06 - Collectif citoyen Bevera - Défends Ta Citoyenneté ! - FCPE, FSU 06, LDH Paca, LDH Nice, Mouvement de la Paix, MRAP 06, Planning familial 06, Réseau décolonial 06, RESF 06, Solidaires 06, Solidaires étudiant-e-s Nice,  Vallées solidaires 06.
et : Association pour la Démocratie à Nice – CIMADE 06 - Diem 25 Nice - Ensemble ! 06 - France Insoumise 06 – Nouveau Parti Anticapitaliste 06 - Parti Communiste 06 - Parti de Gauche 06 - Tous citoyens ! – UD CGT 06

Et ailleurs :
Collectif Agir (Aix-en-Prov.) – Les Ami.e.s de la Roya - AID  –  L’Auberge des migrants – Cent pour un Avignon - Cimade Figeac – Cimade 66 –  Collectif Migrants Var - Collectif les Etincelles 75 – Collectif des Hébergeurs solidaires de Nantes et alentours – Collectif Louis Guilloux - – Emancipation tendance intersyndicale - Enfants Venus d’Ailleurs - FI Avignon – Itinérance Cherbourg - Justice et Libertés 67 – Mouvement Utopia – MRAP Vaucluse - Paris d’exil - PCF 65 – Refuges solidaires Briançon – Collectif Réfugiés du Vaucluse – Résister aujourd’hui - RESF 13 – RESF 23 – RESF 44 - RESF 63 – RESF 65 – RUSF 13 –  RTM (Rencontres avec le Tiers Monde) - Solidarité migrants Oise - Système B - Terre d'errance - Tous migrants - Tous pour Calais/la Maison solidaire – Un ailleurs pour tous - Union Juive Française pour la Paix (UJFP) – WISE

Rappel sur la situation faite aux personnes migrantes en Libye :
https://www.infomigrants.net/fr/post/15432/migrants-tortures-en-libye-les-images-insoutenables-du-reportage-de-channel4?fbclid=IwAR2FHSTrdF00zfFo2kCsn6zMGjTgdbiSx1cGNPwicqbKYRpwdVFuxbe6JAU

22/1/2019 M. Yaxley du HCR (agence des Nations-Unies pour les réfugiés) : « Le contexte actuel en Libye où sévissent des flambées de violence et des violations généralisées des droits de l’homme, aucun réfugié ou migrant sauvé en mer ne devrait y être renvoyé »
https://www.unhcr.org/fr/news/press/2019/1/5c4360dda/hcr-atterre-informations-deces-refugies-migrants-mer-mediterranee.html "

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal
Les gueules noires du Maroc, oubliées de l’histoire de France
Dans les années 1960 et 1970, la France a recruté 80 000 Marocains pour travailler à bas coût dans les mines du Nord et de la Lorraine. La sociologue Mariame Tighanimine, fille d’un de ces mineurs, et la journaliste Ariane Chemin braquent les projecteurs sur cette histoire absente des manuels scolaires. 
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier
Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier
Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey